Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 06:55
Avoir un bébé, ce que ça entraîne.

Avoir un bébé, un troisième bébé dans mon cas, ça crée des effets "collatéraux". En lien certes mais qui dépassent le bébé en lui même.

 

 

En fait c'est bien utile finalement, un bébé! Ça permet...

 

- d'être bien moche, mais de s'en foutre. Non, non, n'y vas pas de ton couplet "oh mais non tu es superbe", je sais ce que je dis hein, je me vois...disons que niveau glam' attitude j'ai déjà fait mieux. Mais c'est normal, à moins d'un mois après avoir accouché, et je ne m'en fais pas.

Et donc avoir un bébé permet d’être grosse voire déformée (option nichons ENNNOOOORRRRMMMMMES mais asymétriques!) avec des cernes pas possibles, pas coiffée, le teint terrifiant avec rougeurs boutons points noirs (pas trop l'énergie de faire des soins, là tout de suite), d'être même sale par moments, pas épilée (mes sourcils sont...OMG...), mal fagotée vu que rien ne nous va encore...mais de s'en contrecarrer, mais oui! Limite même d’être bien dans sa peau quand même. Moi, je kiffe mon corps moche parce qu'il a fait ce joli bébé et qu'il le nourrit tous le temps, et ça c'est bien mieux que d'être un top model.

 

-De regarder plein plein de séries. Forcément, je passe beaucoup de temps à la maison, en fait j'y passe tout mon temps. Et comme je récupère, hors de question que je me fatigue avec le ménage ou les tâches diverses, pour le moment. Alors j'ai le temps de regarder plein de trucs que j'avais en retard! Et tant pis pour le bordel, la santé d'abord.

 

-De faire un sacré tri parmi mes connaissances, copains, amis. Eh oui, quand tu as une grossesse un peu difficile, un accouchement horrible et un bébé tout neuf mais que tu ne peux pas sortir de chez toi, ça permet de voir pour qui tu comptes. Quand ceux pour qui tu t'es quand même mobilisée à des périodes intenses de leur vie ne prennent pas le temps de t'envoyer un sms ou un petit message FB pour prendre de tes nouvelles une fois en 10 mois (ne parlons même pas de te renvoyer un minimum l’ascenseur si jamais...), tu sais à quoi t'en tenir sur eux. Inversement, tu découvres avec bonheur que plein de gens adorables t'entourent et que même s'ils ont une vie compliquée, bien remplie, même s'ils sont loin, même s'ils ne te connaissent pas IRL, même s'ils ne t'ont pas vue depuis 20 ans, il te consacrent un peu de leur temps et de leur énergie, (te font un petit cadeau, prennent de tes nouvelles, ou autre marque d'intérêt), parce qu'ils sont vachement sympa et plein d'empathie.

 

-de bouloter plein de chocolat et de gâteaux. Quoi, tu allaites, hein. Et faut récupérer, ça aide. Et puis c'est bon pour le moral. C'est important, le moral.

 

-d'apprendre à déléguer. Quand on ne peut pas tout faire, et dans mon cas, quand on ne peut rien faire, arf, on délègue forcément. Et on accepte que les choses ne soient pas faites comme on le ferait nous... On en ressort avec plus de sagesse, du coup. Mais si!

 

-de faire copain avec le facteur. Forcément, comme je ne sors pas, je me fais tout livrer. Le facteur, le mec de chronopost, celui de GLS et de colissimo sont mes meilleurs amis, on s'appelle par nos prénoms et on se tape la bise. Ça tombe bien, ça me fait une vie sociale les jours où je n'ai pas de visite!

 

 

Si avec ça, je ne t'ai pas convaincu de repeupler la planète!

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 06:37
Le bébé qui rassurait sa maman.

A la base, je suis assez stressée de la grossesse. Quand j'attendais Cromignon j'ai dû rester alitée et ça ne m'a pas aidée à rester zen sur le sujet. Pour la Pouillette j'étais plus tranquille, mais tout de même, à chaque examen j'avais un peu d'appréhension, j'attendais que le doc me dise "tout va bien" pour respirer.

 

Quand Cromignon est né, j'ai découvert une espèce de communication "télépathique" avec lui. Ne rigole pas, j'ai vraiment eu la sensation par moment qu'on était comme "reliés" et qu'il ressentait mes émotions, d'une pièce à l'autre de la maison même.

Je sais bien que ça parait dingue mais c'est vraiment une impression que j'ai eue. S'il dormait paisiblement dans sa chambre et que moi, au salon, j'avais un coup de stress pour une raison ou une autre, tu peux être certain qu'il se réveillait dans l'instant.

Bref.

 

Cette troisième grossesse me fait encore aller plus loin dans une espèce de communication inexplicable avec bébé.

J'ai l'impression qu'il me rassure. Sans rire.

 

Dès le début, quand j'avais peur pour un oui ou un non, une drôle de douleur, un manque de nausées un peu long...j'ai ressenti comme des émotions rassurantes qui me seraient venues de bébé directement.

Je pète peu être un peu les plombs? Je ne sais pas.

 

Mais c'est ce que je ressens.

On dirait qu'à chaque fois que j'avais peur pour lui, bébé me disait, à sa manière: "t'inquiète maman, je vais très bien".

 

Il y a eu des courts moments où, ne l'ayant pas senti bouger depuis quelques heures, je me mettais à m'inquiéter un peu. Et tu peux être sûr que dans les secondes qui suivaient je prenais un petit coup ou je sentais un mouvement de sa part. Sans même avoir bougé moi même, ni eu le temps de chercher à le stimuler.
 Je ne suis pas allée vérifier quoi que ce soit aux urgences, alors que pour la Pouillette j'y avais été deux ou trois fois et pour Cromignon c'était carrément mon QG.

 

Aujourd'hui je suis en panique totale, à la veille de sa naissance. Mais là encore je crois l'entendre me dire avec douceur: "tout ira bien, maman, je suis là..."

Repost 0
Published by PetitDiable - dans Baby Bump
commenter cet article
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:47
Baby-bump: 36 semaines inside.

Voilà, dans une semaine ce bébé sera parmi nous, d'une manière ou d'une autre.

Et je pense que je serais un peu moins présente par ici, mais on verra bien.

 

Me voici avec 10 kilos en plus, des nausées, mal au dos, à moitié boîteuse, incapable de digérer autre chose que du jus d'orange...oui la grossesse c'est chouette mais c'est dur. Et quand tu fais 1m57 et que tu vas, comme une fille d'1m80, fabriquer un bébé de 3,500 kg avec tout ce qu'il lui faut autour, ça empiète sérieusement sur son propre corps.

Je vois l'otsthéo toutes les semaines.

Jusqu'ici j'avais échappé aux insomnies, mais ça y est elles sont bien là. Toute les nuits je ressasse les naissances des deux premiers diablotins, ce qui était chouette, ce qui l'était moins. Je crois que mon cerveau a besoin de se vider pour se préparer à cette nouvelle rencontre. Rien n'y fait, pourtant 'n connais un petit rayon sur le sujet: sophrologie, méditation, respiration...seul le donormyl fonctionne. Je ne suis pas adepte de ces trucs là mais parfois, il en faut.

 

Tout n'est pas prêt, mais j'ose espérer que rien ne manquera pour les débuts. Je suis sur le point de boucler ma valise.

Bébé se porte toujours comme un charme, il est toujours doux, aime les caresses, réagit aux mains de son père quasi dans la fraction de seconde. Il semble qu'il sera plus gros que son frère et sa soeur. Je crois moyennement aux estimations médicales, mais je le sens vraiment bien lourd, en effet. Bon, de toutes façons, il n'ira pas jusqu'au terme donc on ne saura pas quel aurait été son poids le jour J.

 

Ah, grande nouvelle, on a enfin une short list de prénoms, mais oui! Il ne s’appellera donc pas Polochon, mais je me demande si ça ne restera pas son surnom bloguesque. Je te sens déçu...oui c'était mignon Polochon, certes...

 

Les diablotins réagissent un peu: la Pouillette me reproche de ne pas trop écouter ses histoires de collégiennes (attends, tais-toi, j'ai une contraction!) et de ne plus venir la voir à la gym et au cheval. Le Cromignon nous fait une petite régression d'autonomie et est sans cesse en demande d'attention, c'est mignon d'ailleurs. Lui qui a toujours voulu tout faire seul et jouait pendant 1h sans soucis avec ses pirates, veut que je l'habille et que je lui fasse moult câlins avant de solliciter son père sans arrêt pour des parties de cache-caches.

Ils savent comment ça va se passer, chez qui ils vont aller, on leur a bien expliqué. Ca devrait aller.

J'ai même droit au chien qui me colle sans arrêt, et j'ai lu des trucs sur des sites véterinaires pour savoir comment lui amener bébé. Certains animaux peuvent carrément faire une dépression après l'arrivée d'un nouveau petit maître, et je voudrais éviter qu'elle le vive mal.

 

L'homme a beau sembler calme, je sens bien que la pression monte. Beaucoup de choses vont reposer sur ses épaules. Sa grande interrogation du moment est: je vais probablement rester hospitalisée plus de 3/4 jours, et lui aura ses 3 jours seulement (faudra en parler de ça, aussi, quelle barbarie...), comment faire, les jours où il va travailler pour gérer les diablotins et venir nous voir... Mais je sais qu'il trouvera une solution.

 

Voilà, cette grossesse se termine, bientôt un nouveau diablotin et de nouvelles aventures!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by PetitDiable - dans Baby Bump
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 06:15
Avac, Ava2c, césarienne? Le choix impossible.

Lors de mon précédent billet sur le sujet, je te racontais comme il est difficile de pouvoir tenter d'accoucher par voie basse après deux césariennes en France. Pourtant, c'est pratiqué dans d'autre pays, avec des taux de réussite très encourageants et pas plus d'accidents qu'ailleurs. Depuis j'ai appris encore pas mal de choses, comme par exemple que l'Ava2c (accouchement par voie basse après deux césariennes) n'est pas du tout plus risqué qu'une césarienne, opération qui peur entraîner des complications, comme toute opération d'ailleurs.

 

Bref.

Après moult recherches j'ai donc trouvé un gynéco qui accepte de tenter un Ava2c, et jusque là j'étais plus que motivée.

Mais.

C'est à 80 km de chez moi, 45 minutes de route. En soi ça ne m'effraie pas, beaucoup de femmes ont ce genre de timing avant d'arriver à la maternité. Dans mon département, plein de mes copines vivent en montagne et peuvent même mettre plus de temps. Quand j'étais parisienne, si les embout' s'en mêlaient, je pouvais mettre le même temps pour y arriver, aussi. Rares sont les femmes qui accouchent en moins d'une heure.

 

Ce qui m'ennuie le plus ce sont les aller-retour que ça va imposer à l'homme ensuite. Si l'Avac est complété, ce ne sera que trois jours, mais sinon....ce sera 5 ou 6 jours. C'est court et c'est long, pour lui qui devra gérer les diablotins tout en assurant auprès de moi.

 

Soyons méthodique, qu'en dis tu? Les pour et les contre...

 

Pour: possibilité de voie basse=meilleure récupération, pas d'opération, pas de cicatrice douloureuse pendant des mois, moins de fatigue, je serais bien plus vite et bien plus opérationnelle qu'avec une césarienne. Je ne passerais que 3 jours à la maternité. L'homme ne sera pas obligé de rester auprès de moi H24 au début, je pourrais me lever pour m'occuper de bébé. PAs de perfusions partout, pas de sonde urinaire (ma bête noire, je hais ce truc!). Si l'Avac n'est pas complété et que je finis quand même en césarienne, je n'aurais pas de regrets, pendant des mois voire plus, de ne pas avoir eu le cran d'essayer. Et t'inquiète que cette saleté de cicatrice me le rappellera, à avoir été ouverte 3 fois, je ne doute pas qu'elle saura se manifester encore plus que les deux premières fois.

 

 

Contre: peu de chances de compléter mon Avac, en France. Si le Canada a entre 65 et 70% de réussite, dans notre pays les Ava2c sont marginaux. Les médecins qui acceptent de les pratiquer finissent en césarienne d'urgence à la moindre anomalie, ralentissement dans le travail, saignement suspect...ce qui laisse peu de chances. Il faut vraiment que l'accouchement se déroule vite et bien.
On dira que si je le tente, c'est possible, mais peu probable.

Finir en césarienne à 80 km de chez moi ce serait très con, quand même.Surtout que dans cette clinique, les papas ne sont pas présents au bloc. Et ça, c'est vraiment une grosse source de stress pour moi.

De plus l'hôpital qui est à 5 minutes de chez moi pratique un protocole de césarienne qui progresse de jour en jour dans le respect de l'humain. J'aurais une chance que l'homme puisse être présent, mais oui, les choses avancent tu vois. Comme quoi, il faut l'ouvrir, argumenter...Je devrais récupérer plus vite qu'avec une césarienne "classique" et même...ne subir cette satanée sonde urinaire que 8h. Avoir aussi des antidouleurs dignes de ce nom, et pas du Dafalgan.

Pour l'homme, la proximité sera un atout non négligeable pour tout gérer. Et pour moi, la possibilité d'avoir les visites des copines, ce qui n'est pas du luxe pour le moral. Sans parler des deux premiers diablotins qui pourraient voir plus vite et plus souvent leur petit frère.

 

Il reste une semaine pour la deadline. Si bébé se manifeste avant, j'espère faire le bon choix. Mais je ne sais pas toi, on dirait que le "bon" choix ne dépend pas vraiment de moi.

 

 

 

 

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 06:01
Pensées en vrac de fin de grossesse.

Dans quelques jours maintenant, le troisième diablotin sera parmi nous.

 

Je trouve que mon cerveau s'emballe beaucoup à ce sujet, hormones, flippe intégrale d'avoir...OMG....3 enfants...un peu de tout ça.

 

Je me disais qu'il y a bon nombre d'injustices dans ce bas monde, et la grossesse n'en n'est pas exempte, loin de là. La prise de poids par exemple. Admettons, ce qui n'est pas du tout le cas, qu'on prenne toutes les 12kg "règlementaires". Eh bien 12 kg en plus, si tu mesures 1m80 ou 1m57 (comme moi, naine que je suis!), ça n'a pas le même rendu crois moi. Et j'ai autant de difficultés à me mouvoir qu'une grande qui en aurait pris 25, alors que je ne suis même pas (pas encore?) aux fameux 12kg.

 

Je me dis que je n'ai pas de chance sur mon environnement de fin de grossesse: pour Cromignon, nous étions SDF, en plein déménagement, on était hébergés chez d'adorables amis, et à 11 jours le Cromignon a vécu son premier déménagement. A 900km. Dans un appart en foutoir plein de cartons partout.

 

Cette fois c'est moins le bordel, mais je suis loin d'être en train de coller de jolis stickers sur les murs de la chambre de bébé. On fait des travaux, du rangement, à n'en plus finir, et ça n'en finit pas d'ailleurs. Si la chambre de Cromignon est terminée, ou presque, le reste est un chantier. Je n'ai pas d'armoire, la moitié de mes fringues est dans ma nouvelle chambre, l'autre moitié dans la future chambre de bébé. Qui sert de débarras général. Bref il y en a de partout, et je ne suis bonne à rien pour avancer tout ça.

 

Est ce qu'il va me manquer des trucs importants? Est- ce que je vais finir cette foutue valise?

Est ce que ma liste de naissance n'a pas trop de trucs superflus?

 

Je me demande si la Pouillette se sentira concernée. Est ce qu'elle va participer. Est ce qu'elle va demander plus d'attentions?

Je me demande comment va réagir Cromignon. Est ce qu'il va être fidèle à lui-même, tour à tour l'enfant parfait et un monstre sorti tout droit de tes pires cauchemars? Est ce qu'il va régresser, ou au contraire se sentir grandir d'un coup, propulsé grand frère?

Et le chien?

 

Est ce que c'est le JAF qui lui donnera son prénom à ce bébé? J'exagère à peine, on n'a rien...

 

Est ce que je l'aimerais au premier regard ce bébé, comme sa sœur, ou est ce que ça me prendra quelques temps pour qu'on s'apprivoise, comme son frère?

 

Est ce que je vais y arriver sans trop de casse? Est ce qu'on va être heureux?

 

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 06:19
Eviter les vergetures pendant la grossesse.

Qui dit grossesse, dit corps qui se déforme à grande vitesse. Parmi les petits maux et les séquelles courantes que beaucoup de femmes tente d'éviter, il y a les fameuses vergetures.

 

Oh, pas besoin d'être enceinte pour en avoir, et je ne pense pas connaître une seule femme qui n'en n'a pas, de ci de là. Mais c'est tout de même une période particulièrement à risque, vu l'importante variation de poids en peu de temps.

J'ai la peau très claire et très fine, une vraie peau à vergetures, parait-il. L'adolescence m'en a laissé quelques unes. Pourtant, je susi aujourd'hui à la fin de ma troisième grossesse et aucune ne m'en a laissé une seule, malgré le poids, malgré deux allaitements longs aussi.

 

Un peu de chance sans doute, mais aussi une sacrée discipline, car j'avais décidé de tout faire pour ne pas me retrouver avec le ventre de tigrou.

Déjà à la base, j'ai la peau sèche, je dois quotidiennement l'hydrater. Enceinte, c'est pire.

 

Dès le test positif ou presque, j'ai commencé à appliquer matin et soir des crèmes anti vergetures sur les zones qui allaient être soumises à rude épreuve, sans oublier le bas du dos car là aussi, ça va tirer!

 

Si tu me suis un peu tu sais que je fais attention à la composition des produits que j'applique sur moi, et que je réalise moi-même nombre d'entre eux afin de contrôler tout ça. Mais niveau vergetures, j'ai renouvelé cette fois encore les recettes qui avaient fonctionné pour mes deux premières grossesses, en fermant les yeux les produits chimiques voire toxique.

 

D'abord, la crème qui n'est pas destinée du tout à ça à la base: Jonctum. C'est un reconstituant cellullaire pour les brûlures notamment, un peu comme de la Biafine. C'est ma gynéco de l'époque qui me l'avait conseillée. Le tube est vraiment petit, du coup je l'applique seulement sur les zones à risque et en petite quantité, je complète avec une "vraie" crème anti vergeture avec une contenance plus grande. Je suis persuadée que ce petit truc détourné a joué un grand rôle dans la conservation de l'élasticité de ma peau. Depuis, j'ai découvert qu'une crème Jonctum spéciale vergetures avait été mise sur le marché, je ne l'ai pas essayée, mais c'est à voir donc.

 

Pour cette grossesse, j'ai reçu le spray hydratant anti vergetures Palmers au beurre de cacao, et j'avoue que c'est une belle découverte. L'application est très facile, la contenance est suffisante pour une grossesse et j'adore la sensation de fraîcheur que procure l'effet "spray".

 

Pour les zones moins exposées aux variations de poids, je continue à hydrater avec ma crème du moment, une crème hydtatante bio dont par contre, j'ai bien vérifié tous les ingrédients.

 

Et toi, des astuces pour éviter les vergetures?

Repost 0
Published by PetitDiable - dans Tests et avis Baby Bump
commenter cet article
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 07:43
Les cartes de naissance des Faire-part de Gaspard.

Le choix d'une carte pour annoncer la naissance de bébé, c'est une des joies à laquelle je m'adonne avec grand plaisir à chaque grossesse.

Pour ce troisième diablotin, je n'ai pas encore arrêté mon choix, mais c'est en cours, car j'ai découvert une superbe boutique: Les Faire-part de Gaspard.

Une super découverte, vraiment! Des cartes originales, colorées comme j'aime, personnalisables, sur du papier de grande qualité et assorties de jolies enveloppes dont on peut aussi choisir la couleur. Ainsi, on obtient une belle annonce pour la naissance de bébé, parfaitement à son goût et unique.

On peut choisir jusqu'au papier lui-même: mat, brillant ou texturé.

Pour imprimer son œuvre, deux possibilités: soit on télécharge et on imprime, soit on reçoit les faire-part imprimés chez soi. La qualité de l'impression est alors très soignée: elle est assurée par des imprimeries françaises respectueuses de l'environnement. Et ça, pour moi, ça compte.

Passons à une petite revues de leurs merveilles, et tu vas comprendre que le choix est vraiment difficile, tant tout est chouette!

J'attends un petit garçon (nommé Polochon pour l'instant...), et j'aime beaucoup ces cartes:

Les cartes de naissance des Faire-part de Gaspard.
Les cartes de naissance des Faire-part de Gaspard.
Les cartes de naissance des Faire-part de Gaspard.
Les cartes de naissance des Faire-part de Gaspard.
Les cartes de naissance des Faire-part de Gaspard.

J'avoue que j'ai vraiment du mal à me décider!

Je pense assortir avec une jolie enveloppe ivoire ou bleue et choisir un papier texturé, mais rien n'est encore fait.

Et toi, lequel tu préfères?

Repost 0
Published by PetitDiable - dans Tests et avis Baby Bump
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 05:04
Baby-bump: 33 semaines inside.

Voilà, voilà, je vais bientôt entrer dans le dernier mois de cette grossesse.

Je n'ai pas commencé la fameuse valise. A chaque fois que j'y pense, je me dis: demain. Et non, je n'ai même pas réfléchi à ce que j'allais mettre dedans. Allez, demain je m'y mets.

Je n'ai d'ailleurs pas décidé où accoucher. Il faut que je revienne te raconter ça. Un sacré dilemme.

 

L'homme continue frénétiquement les travaux, il prépare le nid, un truc du genre syndrome Bonobo, je crois. Mais je ne me fais d'illusions: ce ne sera pas terminé pour l'arrivé du troisième diablotin. Pas grave, il terminera ensuite. Après tout, un tout petit bébé, ça a besoin de quoi? Des couches, des vêtements, des nichons. J'ai. Tiens il faut aussi que j'appelle la Leache League, pour voir comment je peux faire pour éviter, si possible, les galères des débuts de mon précédent allaitement.

Les préparatifs avancent au niveau de l'équipement, surtout grâce aux copains qui nous font les cadeaux de la liste de naissance finalement!

 

J'ai l'impression que la taille de mon ventre est exponentielle en cette fin de grossesse, ça n'arrête pas d'enfler. Je suis une larve et j'ai mal partout. Tout s'écarte pour laisser place à ce bébé, côtes flottantes, ligaments du haut, du bas, mes organes se mettent où ils peuvent, ils n'aiment pas trop ça et me le font savoir. Un soir j'étais si percluse de douleurs que je n'arrivais plus à marcher, et je me suis déplacée dans la maison à 4 pattes! Ce qui a bien fait rire Cromignon: il a cru que je jouais à être un chien. Bah, bien sûr...

Je ne suis bien que tranquille chez moi seule sur mon canapé!

 

La Pouillette est parfois aux petits soins, surtout quand je suis visiblement pliée en deux.

Le Cromignon aime bien sentir les petits coups dans mon ventre, mais il n'est pas très patient pour attendre.

La chienne me colle tout le temps, elle doit croire qu'il faut qu'elle veille sur moi. Pas une seconde où elle me lâche.

Le futur diablotin n'a toujours aucun prénom, ça en devient presque marrant.

 

Il est plus "calme" que les deux premiers, enfin si mes souvenirs sont bons. Ses mouvements sont délicats, doux, bien loin des violents coups de lattes que me balançaient son frère et sa sœur. Aujourd'hui il doit peser environ 2,500, d'après les estimations médicales (qui valent ce qu'elles valent). Il semble toujours en pleine forme et a une étrange manière de me rassurer quand je commence à m'inquiéter. Je te promets, c'est dingue, mais c'est vrai. Il communique énormément.

 

Je continue avec plaisir le yoga prénatal, l'haptonomie, l'hypno-naissance. Je te parlerais un de ces jours de tout ça.

 

Il me tarde de retrouver une vie "normale", enfin, avec un diablotin de plus!

 

 

 

 

 

 

 

Baby-bump: 33 semaines inside.
Repost 0
Published by PetitDiable - dans Baby Bump
commenter cet article
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 06:18
Wish List #50: cocooning de fin de grossesse.

Eh oui, fin de grossesse, purée, que c'est passé vite...

 

 

Je me déplace avec lenteur et difficulté maintenant, mon ventre pèse lourd, il prend beaucoup de place et me gène pour bouger, j'ai beaucoup de douleurs ligamentaires et digestives, et autres.

 

 

 

Du coup j'ai du mal à prendre soin de mon pauvre corps.

 

 

 

*A commencer par l'épilation...qui laisse vraiment à désirer! Il faudrait pourtant que je m'y colle. Je voudrais bien faire appel à une esthéticienne à domicile pour faire un débroussaillage total!

 

 

 

*J'en profiterais, si c'est peu de temps avant mon accouchement, pour me faire teindre les cils en noir...oui oui!

Attends, je t'explique: mes cils sont blonds. On ne les voit pas, et je déteste ça. D'où mon addiction pour le mascara, sans lequel je ne sors pas de chez moi...presque une phobie!

Mais après un accouchement, on est souvent décalé, au niveau du rythme, et quand j'ai eu Cromignon je n'ai pas remis de mascara pendant des semaines tant je craignais de m'endormir sans l'enlever. La teinture des cils, c'est une solution que j'ai déjà pratiquée avant de partir en randonnée 2 semaines sac au dos sur le GR10...

 

 

 

*Une pédicure: mes pieds, c'est mon complexe. Du coup, j'en prends grand soin tant je les ai secs et je déteste les voir négligés, crevassés...Et mes ongles doivent être colorés sans quoi je les trouve trop laids! Encore plus depuis que je vis dans le Sud: 5 mois les pieds à l'air, ça ne pardonne pas. Oui mais...je commence à avoir bien du mal à les atteindre! Comment leur faire un bon gommage, les vernir? Ça devient de plus en plus compliqué...

 

 

 

*Un massage-gommage-crèmage: à corps douloureux, réconfort massageux! J'adorerais me faire poupouner de pied en cap, et puis ça me détendrait!

 

 

 

* une bonne coupe de cheveux: depuis que j'ai donné mes cheveux, il sont courts et repoussent en bataille. Il faudrait que je m'offre les services d'un pro pour arranger ça avant l'arrivée de bébé, parce que je me souviens qu'après Cromignon je n'avais pas eu la possibilité d'y aller avant 4 ou 5 mois!

 

 

 

*un peu de shopping. Winter is coming et je n'ai pas vraiment ma taille habituelle, hein...il me faudrait quelques trucs confortable pour passer les mauvais jours confortablement avec un nouveau né. Deux ou trois chemisiers à manches longues qui se déboutonnent facilement pour allaiter, quelques gilets bien chauds qui ferment avec des boutons pour la même raison, et un ou deux ponchos. Le poncho est un truc qui est très souvent laid, je sais. mais pour se couvrir rapidement et confortablement, c'est très pratique. J'en avais un ou deux pour ma précédente grossesse, et j'adorais. En ce moment, les premières fraîcheurs me prennent au dépourvu et je me retrouve à piquer les sweats de l'homme, ce qui, tu en conviendras, est moins glam' encore.

Et un ou deux pantalons amples et confortables, mais bien coupés quand même, du style pantalon de danse, tu vois le genre?

 

 

Voilà, y a plus qu'à?

 

 

Repost 0
Published by PetitDiable - dans Wish List Baby Bump
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 06:37
Cette grossesse et ses maux.

Tu sais, j'ai connu le mal d'enfant.

Je sais ce que ça fait de vouloir un bébé et que mère nature se fasse prier. Ca fait mal. C'est très vite obsessionnel. Ca peut bouffer la vie et engloutir tous ses bonheurs. J'ai eu la chance que ça ne dure pas si longtemps que ça, et que la vie soit généreuse finalement. J'en garde une certaine pudeur par rapport à la difficulté que c'est, de porter la vie. Je n'aime pas trop faire pleurer dans les chaumières niveau nausées, douleurs, et autres "petits" maux que pourtant, je rencontre plutôt en force.

Parce que je l'ai voulu ce bébé, sachant ce que ça implique, même si on oublie. C'est mon choix. Je suis souvent agacée par les gens qui ne font que se plaindre de ce qu'entraînent les décisions que personne ne les a forcés à prendre.

Cependant il faut bien l'avouer: j'en bave.Je ne laisserais ma place pour rien au monde, mais j'en bave.Dès 3/4, semaines de grossesse, la fatigue s'est installée. Puis vers 6, les nausées sont arrivées pour ne me lâcher que 7 ou 8 semaines plus tard. Je ne me suis alors nourrie que de caprice des Dieux et de pain, va savoir pourquoi seul ce fromage assez gras et insipide passait bien.

Ma tension a également chuté très tôt, à moins de 8 parfois. Le combo avec les nausées m'a transformée en épave incapable de se lever de son canapé.
L'homme étant alors en plein passage d'agrégation, je me retrouvais souvent seule avec les diablotins et soyons claire: je n'ai pas assuré, les laissant le plus possible devant pléthore de Disney, et chargeant ma grande du soin de baigner et nourrir son petit frère pendant que je décédais dans mon lit.

Pas de répit, pendant des semaines.

Puis les nausées se sont estompées, la tension n'est pas remontée mais ça allait bien mieux. Il a commencé à faire très chaud et à plus de 4 mois, c'est dur, la grosse chaleur.

Je me suis traînée, les pieds dans une bassine d'eau froide, avec un gant mouillé sur le front, devant mon ventilateur et allongée sur le carrelage...

Et là, paf, j'ai commencé à avoir des contractions trop régulières pour être honnêtes. Déjà, c'est pénible, ça fait mal. Et puis, c'est inquiétant. Visite chez le gyneco et verdict: repos. Hem, c'est pas comme si je m'agitais, pourtant....

Je te passe les douleurs ligamentaires, digestives, lombaires de cette période et j'en arrive à aujourd'hui: à 31 semaines de grossesse, soit 33 SA, mon ventre est lourd et me pèse. J'ai très mal au dos malgré les séances de kiné et le yoga prénatal. Je marche comme un canard, et à 2 à l'heure.

Mon estomac comprimé me fait mal après chaque repas, j'ai des points de côté partout. Mes côtes flottantes s'écartent et pétard, ça fait mal!

Quand bébé est en bas, il s'amuse à me ficher des coups de pieds au c...et ailleurs de l'intérieur, sensation inimaginable...Je fais dont les pieds au mur pour le faire remonter. C'est charmant.

N'oublions pas les migraines, liées à une quantité de sang supérieure pendant la grossesse et qu'il faut bien mettre quelque part, l'essoufflement dès que je suis debout et les gencives sensibles et gonflées (toujours ce truc avec le sang...).

Ce à quoi (pour le moment, croisons les doigts!) je coupe et que d'autres vivent (les pauvres...): les gonflements des membres, les infections urinaires, le masque de grossesse, la prise de poids trop importante. Mais attends, c'est pas fini!

Bref c'est que du bonheur mais faut quand même en baver un peu...Etre enceinte n'est pas une maladie, disent certains. C'est vrai. Aucune maladie ne m'a mise dans cet état, et aussi longtemps!

Et toi, des grossesses pleines de petits maux, ou épanouies?

Repost 0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog