Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 08:23

cerazette.pngSi tu as des enfants, que tu les as allaités, et que pendant ton allaitement tu as pris une contraception orale, tu connais bien ce mot: Cérazette.


C'est LA pillule contraceptive compatible avec l'allaitement. La seule. Je m'explique: pour faire du lait, certaines hormones présentes dans les autres pillules sont interdites, sinon tu risques fort d'avoir une forte diminution de ta lactation.

La seule pillule possible, c'est Cérazette.


Déjà j'aime moyen le concept de monopole. Mais surtout, ce que je déplore, c'est qu'elle a deux défauts majeurs.


Le premier, c'est d'être chère, et pas remboursée. La boite pour 3 mois m'a coûté plus de 40 euros, et franchement, je trouve ça abusif, dans le sens où je n'ai pas le choix. C'est celle-là, à ce prix, ou rien. De plus, pourquoi est-ce que je cotise à la sécu et à ma mutuelle, si c'est pour ne pas me faire rembourser un produit qui est à la fois quotidien et nécéssaire???

 

Le second, c'est d'avoir, sur certaines femmes, au bout d'un certain temps, des effets secondaires. Quand j'ai eu la Pouillette, je l'ai allaitée 8 mois. J'ai donc eu cette pillule, car je souhaitais une contraception orale. Et aucun souci. Mais là, j'allaite le Cromignon depuis presque un an, et depuis 3 mois j'ai des douleurs et des saignements. Des douleurs vraiments fortes, comme des douleurs de règles, mais plus fortes. Et des saignements tous les jours, tout le temps. Pas très abondants, mais continus. 


Donc je suis obligée de me bourrer de spasfond et de dolipranes en prime (c'est peut-être les mêmes labos??? C'est étudié pour???) et d'acheter des protèges-slips, ce qui rajoute au budget initial (j'ai essayé de me faire rembourser les protèges-slips par la sécu...ils m'ont dit non, pffff!).


J'ai été voir mon gyneco, qui m'a dit d'un air blasé que c'était un des effets secondaires classiques de cette pillule, et qu'il n'y avait rien à faire. A part arrêter la pillule. Ou arrêter l'allaitement. Chic. Merci, 40 euros de consultation, au revoir.


C'est moi, ou c'est juste scandaleux qu'il n'y ait que cette pillule possible pour allaiter? Ils font quoi les labos concurrents? Et pourquoi ça n'est pas remboursé? 

 

 

C'est mon pavé dans la mare de la Mère Cane!

 

pavédanslamare

 

Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 08:41

Si tu me lis de temps en temps, tu sais que j'ai un lapin fort poilu, du nom de Leïa. Oui, je suis adepte de star Wars. Et non, aucune ressemblance réelle entre la bête  en question et la princesse, elle serait plus proche de Chewbacca d'ailleurs.


Le lapin est peut-être le membre de la famille le plus heureux d'avoir déménagé. Elle a un jardin, elle peut cavaler partout, elle ne passe plus toutes ses journées en cage à part quand on la mettait sur le balcon. elle saute partout, elle a la pêche, son poil est brillant, on voit qu'elle est super contente.

Elle n'a pas encore commencé à creuser un terrier, mais je suis sûre qu'elle va bientôt s'y mettre!


J'étais en plein rangement de la cuisine. L'homme montait un meuble dans une chambre. Le Cromignon faisait sa sieste. La porte-fenêtre de la cuisine était ouverte, le calme régnait au jardin. Quand soudain...j'ai entendu un gros aboiement, puis j'ai vu passer en trombe mon lapin, suivi de près par un gros chien, genre terre-neuve, tu vois, un labrador noir quoi, et un autre plus petit. C'est marrant comme on agit d'instinct dans ce genre de situation d'urgence. La seule chose que j'avais à faire, c'était de sauver mon lapin. Dans la direction où il allait, il se retrouvait acculé contre un mur et je ne donnais pas cher de ses poils.

chien-mechant.jpg

J'ai poussé un hurlement comme rarement, je n'ai même pas pensé que j'allais réveiller Cromignon. Je suis sortie en courant à leur suite, en criant tant que je pouvais, pour effrayer les chiens.

Le lapin était coincé contre le mur, le gros chien devant lui (je n'ai même pas calculé le petit, un genre de yokshire hargneux). Et là, je te jure, je me suis jetée sur le gros chien, tout en l'abreuvant d'injures! Je l'ai roué de coups de pieds, je suis devenue une vraie furie (j'appelle cette mutation ma transformation en Glen Close, tu la vois, dans "harcèlement"? C'est moi).


Et sans bâton, juste avec moi-même, j'ai repoussé les chiens jusqu'à la grille du jardin!

Après coup j'ai réfléchi et j'ai eu très peur. Ce clébard pouvait me bouffer la jambe, ou pire! Je m'étais attaquée à lui sans protection, les jambes nues, sans instrument aucun! L'homme m'a engueulée, il m'a dit que j'aurais pu me faire mordre!


Et c'est vrai, je suis une vraie folle, non???? Je me suis battue avec deux chiens pour sauver Léïa!

Repost 0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 07:30

plage.jpgMe revoilà, en plein déballage de cartons et installation de meubles. Ca n'avance pas assez vite à mon gré, mais au final le déménagement s'est bien passé, et le Cromignon s'acclimate très bien.


Cette semaine le Cromignon a été gardé deux après midi, et a départ c'était pour avancer plus vite sur le déballage mais...l'homme et moi avons décidé que nous avions bien mérité une petite pause, et que les cartons seraient bien encore là à notre retour. Nous sommes donc allés tous les deux à la plage, en amoureux. Et ça, c'est un sacré bonheur, parce que je n'avais pas été me baigner, ni fait de "vraie" journée plage depuis trois ans. Soleil au zénith, mer à 29, pas trop de monde, le top quoi. Ca nous a vraiment fait du bien! Et, cerise sur le soleil, j'ai eu la surprise de rentrer dans mon maillot!!!

Merci le déménagement, ça m'a toujours fait maigrir! Alors certes il reste encore quelques kilos, et puis c'est bien mou tout ça, mais ça fait vraiment plaisir!

 

Aujourd'hui je pense essayer d'avancer dans le déballage de notre chambre...il y a du boulot!

Repost 0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 01:13

Eh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.


Suite de ma série dont tu peux lire ici les épisodes 12345, 6


 

medecin-osteopathe

Après ces mois d'attente, ces deux fausses couches, je me sentais vide. Je n'avais plus aucun espoir d'être à nouveau maman. Je ne sentirais plus de petit bébé bouger dans mon ventre. Je n'en n'aurais plus accroché à mon sein, tétant de toutes ses forces avant de s'endormir blotti contre moi. L'homme n'aurait pas d'enfant, enfin pas avec moi. Ma Pouillette resterait fille unique.

Je n'arrivais pas à faire ce deuil impossible.


J'ai repris le travail, je suis partie en vacances. Mais plus rien n'avait de saveur, rien ne m'amusait, rien ne me distrayait de cette peine. J'ai visité Stockholm sans la voir. Je suis partie randonner en montagne, espérant que cette autre passion aurait le même effet salvateur que le ski, mais le troisième jour je me suis foulée la cheville, et on est rentrés. Je suis allée au cinéma, au restaurant. Les plats n'avaient aucun goût. Les films ne m'intéressaient pas.


Évidemment, je voyais des ventres ronds et des bébés partout. Autour de moi, à la télé, dans les films, dans les pub...dans ma tête.


Je pleurais pendant des heures. Un psy m'a dit de pleurer, pleurer, le plus possible, de laisser cette tristesse s'évacuer, et que j'en trouverais le fond. Mais j'avais beau pleurer, la peine restait, elle n'avait pas de fond.

Je me demandais comment je pourrais vivre avec cette idée, ne plus avoir d'enfant.


Parallèlement je ne pouvais pas arrêter d'essayer, c'était ma bouée de sauvetage. Tout arrêter aurait mis un point final à cette histoire, je ne m'en sentais pas la force.

J'ai donc continué, l'acupuncture, le régime, les vitamines, etc...sans y croire le moins du monde.

J'étais désormais persuadée que je ne serais plus enceinte, ou alors que je ne ferais plus que des fausses couches.

J'ai même arrêté de me documenter, pour trouver de nouvelles idées pouvant booster la fertilité.


Un jour, une amie m'a appelée. On a parlé de tout ça. Elle m'a raconté le cas d'une de ses connaissance qui avait vécu une situation similaire. Un premier enfant, puis pas moyen d'avoir le deuxième, et plusieurs fausses-couches. Cette nana a vu un ostéopathe viscéral, qui lui a dit que suite à sa césarienne, son utérus s'était mal repositionné, et que donc elle ne pouvait que enchaîner les fausses couches. Que ça n'était pas visible aux examens médicaux classiques, et que seul des manipulations ostéopathiques pouvaient remettre tout ça en place. Elle a fait son suivi, et 3 mois après elle était enceinte, pour de bon cette fois.


Une lueur d'espoir a rejailli en moi, même si je refusais de recommencer à espérer. Je ne savais pas ce qu'est un ostéopathe viscéral, je me suis renseignée. J'en ai trouvé un, spécialisé dans les problèmes de fertilité et les femmes enceintes, à Paris. Je te file ses coordonnées si tu veux. Ce mec est un génie.

Ce qui a été extraordinaire, c'est qu'avec un mec pareil, en plein Paris, j'ai pu avoir un rendez vous en mois de 15 jours. Phénoménal!

Je lui ai expliqué mon problème. Il m'a dit qu'il ne pouvait rien faire pour l'homme, mais qu'il me demandait 3 mois de consultations régulières pour moi.


Un truc en plus, pourquoi pas...

Lors des consultations chez l'osthéo, rien d'extraordinaire, pas de manipulations à grands fracas de craquement, juste sa main posée sur mon ventre, et une vraie sensation de détente ensuite. Je suis très sujette aux ballonnements, et souvent, vu que j'arrivais chez lui vers 19h, c'était l'heure à laquelle mon ventre était bien gonflé et douloureux (si tu es sujette à ça tu sais de quoi je parle...). J'en repartais une heure après sans plus aucune douleur, incroyable! Rien que pour ça je ne regrettais pas le déplacement.

Les 3 mois sont passés, sans que j'y prenne garde. Il m'a dit que pour lui tout était ok, que mon utérus n'était plus comprimé, que maintenant c'était à moi de jouer. Mouais. 


Et puis j'ai continuer ma petite vie à trois, avec cette douleur en moi qui me faisait perdre le goût de tout. Je me souviens qu'un jour j'ai emmené la Pouillette à la piscine, et j'ai cru avoir attrapé une gastro tant je me sentais nauséeuse. Puis au bout de quelques longueur, c'est passé. Mais chaque jour j'avais une petite heure de nausées bizarres, à n'importe quelle heure. Je n'y croyais tellement plus que je n'ai même pas pensé tout de suite à une nouvelle grossesse.

Pourtant...un jour, me rendant compte que je ne savais plus du tout quand j'avais eu mes dernières règles, j'ai fait un test, tout de même. Il était positif, pour la 3ème fois en un an. Je n'ai même pas sauté de joie. J'ai pensé que ça serait encore loupé. J'ai décidé d'attendre le résultat de la prise de sang et le rendez vous chez le gygy pour savoir ce que ça voulait dire.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!


 

 

Repost 0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 01:50

Le-temps-qui-passe-a20043768.jpgJ'en ai pris conscience à un gala de gym de la Pouillette. Non loin de moi était assis un jeune couple venu voir la petite cousine de la fille. Ils avaient autour de 18 ans. Elle mignonne, habillée sexy, mince, longues jambes, maquillée comme une voiture volée. Lui beau gosse, sûrement sportif, habillé avec un maillot de foot, barbe de 3 jours, bronzé, un regard bleu à rendre jaloux Alain Delon.

Un petit couple déjà officiel, pas encore installé.


Je les regardais et je voyais leur vie: chez papa-maman, en première année de fac ou en BTS, avec un petit job pendant les vacances, ou le week-end. Lui frimant avec sa position de mec bien, de mec casé, avec une très jolie fille fort convoitée. Occupé à jongler entre elle et ses potes, pour ne froisser personne. Venant déjeuner le dimanche chez elle, et faisant bonne figure devant ses futurs peut être beaux parents. Refusant de faire l'impasse sur sa soirée foot avec ses potes même si c'est la Saint Valentin. Se faisant pardonner le lendemain avec une rose, ou un collier avec un coeur qui se casse en deux (ne me dis pas que tu n'en n'as pas eu, je ne te croirais pas!).


Elle cherchant à être la plus belle pour son mec. Frimant devant les copines, d'être casée avec le beau gosse footeux, et amoureux d'elle en plus. "Regaaaaarde ce qu'il m'a offert!!!!". A la recherche du dernier gloss qui lui fera une bouche trop sexy comme à la Star'Ac. Voulant à tout prix que son homme et ses copines s'entendent super bien. Rêvant de, dimanche, farniente à la plage dans ses bras (ça tombe bien on est à Perpi, on peut!). Faisant une scène pas possible parce qu'il ne l'a pas appelée en rentrant de l'entraînement de foot. Refusant de décrocher le téléphone pendant 3 heures en représailles.

Quelque chose comme ça...

J'ai eu une ou deux pensées amusées, maintenant je sais que le gars s'en contrebalance, de ton gloss. J'étais là aussi, je sais, t'as vu. J'ai eu une ou deux pensées aigries, attend ma fille, dans 15 ans et 3 gosses, le gros beauf que tu auras dans ton canap' ne sera même plus l'ombre de ton gars populaire et sexy.

 

Puis j'ai regardé les filles de 15 ans qui participaient au gala. Jolie peau tendue, cuisses fermes, petits seins arrogants. Fières, droites, sportives, musclées. Pleines de vie, et d'illusions. 

J'ai regardé dans le public, leurs petits copains, les jeunes mecs de 16 ans, venus les regarder. Les hormones en furie. Un petit peu de barbe, encore légère. Fixant ces créatures comme l'âne de Burridan devait regarder son eau et son avoine avant de mourir de faim et de soif. Limite la bave aux lèvres, les minots!


Je me suis rappelée, quand c'était moi. Quand c'était eux, quand c'était lui. Les premiers sentiments. L'importance de ce genre de soirées. Les fêtes, les premières boites. Les rêves, les premiers baisers. Quand je rêvais devant eux, quand je les faisais rêver. C'était hier, et j'étais là, à leur place.

Ils veulent grandir, vite. Pour vivre une vie ressemblant à la mienne. Comme c'est ironique.


C'est fini pour moi. Être la fille populaire de la soirée. Les grands sentiments, les fêtes qui ont plus d'importance que notre vie. La confiance en l'avenir. Le sentiment d'être unique. D'avoir une vie, un destin pas comme "les autres". L'espoir...

Repost 0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 03:28

DSCF8161.JPG

 

Au détour d'une balade dans une ville fortifiée...hum, j'aurais aimé demander si le patron était là! 

 

C'est mon Clic-clac pour Cricri

 

clic-clac

Repost 0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 03:43

J'en ai un peu parlé ici, c'est le Pic du Canigou.

Avec l'homme, on l'a découvert une première fois avec des amis, et ensuite une autre fois, tous les deux, en faisant le GR10 partie Pyrénées Orientales. En fait, le Canigou n'est pas sur le GR, les puristes vous le diront! Normalement, le GR le contourne. Mais en passant par le pic, on gagnait 4h de marche! Et comme on l'avait adoré...on a pris le raccourci! 

DSCF0842.jpg

au pied du pic, le refuge de Mariailles. On y a dormi la première fois, et campé devant la seconde.

DSCF0849.jpg

Devant la table d'orientation, au départ.

 

DSCF0856.jpg

A Mariailles, il y a des hommes, et des vaches.

 

DSCF0876.jpg

Sur la route...


 DSC01192.JPG

Au sommet on réalise qu'un pic, c'est vraiment un pic!

 

 

Et toi, dans ton coin, des sommets?

 

Pour Faistoilabelle!

Repost 0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 01:13

P1050226.JPGEn sortie avec le Cromignon et la Pouillette au festival des petits éco-mangeurs, avec ma copine V., on s'est baladés, on a vu quelques ateliers sympa, la Pouillette a aimé les jeux en bois...et vu qu'il faisait bien chaud, on s'est payées une glace...J'adore les glaces. J'en mangerais presque autant que les pastèques. Par contre, en général, dans ce genre d'endroit, tu n'as pas de très bonnes glaces...


Premier bon point, comme c'était un festival de bouffe écolo, les glaces étaient bio. Gage, souvent, de goût. Mais pas toujours. Ensuite, j'ai vu qu'ils avaient des parfums originaux.


La Pouillette manquant de curiosité cullinaire a choisi chocolat. Habituellement, elle mange une partie de sa glace, veut goûter la mienne, préfère la mienne, et je me retrouve avec la glace chocolat.


En bonne crapule que je suis (dans le 9-3, même si t'as pas faim, t'apprends à protéger ta bouffe, il y a des morfales partout! ;-), j'ai trouvé une parade à ça: j'ai choisi le seul parfum qu'elle ne pouvait pas me taxer: pèche-amande. Parce que la Pouillette est allergique aux amandes. J'suis trop forte. J'ai même pas honte en plus, je suis même plutôt fière de moi, je suis une vraie rapiat!!!! Même mes gosses ne tapent pas dans mon asiette!

J'ai donc choisi ce parfum pour pouvoir boulotter ma glace pépère.


Mais en fait, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant qu'elle était juste hallucinament excellente! Trop trop bonne! Une des meilleures que j'ai mangées! Et pourtant, j'en ai mangées!

Je vais me mettre aux glaces bio, moi (euh oui mais non en fait, quand je rebosserais alors...)

 

Et c'est mon Mercredi Gourmand pour AnneLaureT!

Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 03:02

nuit.gifOk, j'ai choisi un titre un peu...accrocheur. Alors qu'au final je pense que mon propos est plus calme...quoique.

 

J'entends tout un tas de mamans et autres dire que quand un bébé ne fait pas ses nuits, il ne faut pas le laisser pleurer, c'est horrible, c'est barbare, c'est traumatisant pour l'enfant.

Certes. Que voilà un beau discours.

Cependant.

Il y a beaucoup de cas différents de bébés qui ne font pas leur nuits.


Chères mamans qui tenez ce discours, avez vous pensé à ces mamans qui ont 4 enfants, qui bossent, qui courent partout toute la journée, et dont le petit dernier (et l'avant-dernier aussi!) se réveille toutes les deux heures chaque nuit? Pendant des mois? Cette maman, usée jusqu'à la corde, quand elle lit ce genre de propos, forcément, elle culpabilise, et elle se lève,et se relève, 4 ou 5 fois, chaque nuit. Elle tente d'expliquer au bébé, de rester près de lui en lui tenant la main, de lui donner à manger, à boire, que sais-je...

Sauf que rien ne marche. Et elle, épuisée, ne sait plus à quel saint se vouer...elle déprime sec, elle ne tient debout que sur les nerfs, et toi aussi tu sais ce que ça donne, pas vrai, l'épuisement. Je ne vais pas te faire un dessin.


Et encore si ces partisans du no-cri proposaient des solutions qui marchent...mais s'il y en avait ça se saurait, et l'inventeur ferait fortune.

Attention je ne prône pas le fait de laisser crier un bébé comme solution décisive et efficace. Surtout pas, et surtout pas un tout petit. Avant 3 mois de toutes façons, la plupart des bébé ont besoin encore de manger la nuit. Mais je ne rejette pas non plus la possibilité. Je comprend qu'on ne veuille pas laisser pleurer son bébé, mais je ne comprend pas qu'on estime que personne ne devrait le faire.


J'ai une petite soeur, qui n'a pas fait ses nuits pendant 2 ans. J'avais 11 ans. Pour qu'elle dorme, il fallait la bercer sans arrêt. Si on s'arrêtait, elle se réveillait. Ma mère n'a pas voulu la laisser pleurer. Ca a été les deux années les plus horribles de notre vie de famille je pense.

Mon père travaillait tôt le matin, il était réveillé plusieurs fois par nuit, dès que ma mère flanchait et que la petite se réveillait en hurlant. Je pense qu'en deux ans il a du perdre 10 kg (en même temps comme régime, super efficace!). Ma mère bossait toute la journée. Au jour d'aujourd'hui, plus de 20 ans après, je ne sais pas si elle s'en est jamais remise. Pas moralement en tout cas.

Et moi j'allais en 6ème avec les cernes les plus creusées de la classe...


Je ne dis pas que la laisser pleurer aurait été LA solution, pas qu'une fois en tous cas. Mais à ce stade, je pense qu'il aurait fallu essayer, plutot que de nous laisser tous sombrer dans une vie de fatigue...la petite comris d'ailleurs...ma soeur a toujours des problèmes de sommeil. Elle n'arrive pas à s'endormir seule. Elle est insomniaque. Elle se réveille fréquement la nuit. Cause, ou conséquense?


Tout ça pour te dire que si toi, tu ne veux pas laisser pleurer ton bébé pour qu'il fasse ses nuits, c'est ton problème. Mais il n'y a pas lieu de juger ceux qui le font, ou de les culpabiliser. Parce que face à la fatigue, une des pires tortures à mon avis, on fait feu de tout bois.

Et au final, si ça fonctionne, pour ma part je préfère être une mère reposée, disponible pour mes enfants la journée, en forme pour eux, plutot qu'un zombie épuisé. Je pense que les quelques nuits ou ils auront pleuré une demi heure ne seront pas si traumasitantes que ça, par rapport au fait d'avoir ses parents à bout de force pendant des mois.

Je n'ai pas eu besoin de réfléchir à ça avec la Pouillette. Ce fut le cas pour le Cromignon.


Je suis une faible, je ne supporte pas la fatigue. Si je n'ai pas mes heures de sommeil, je suis une épave. Les premiers mois, ça va, je tiens. Mais au bout d'un moment, c'est fini, je ne répond plus de rien. Le Cromignon me réveillait totues les deux heures la nuit. Quand je n'en ai plus pu, je l'ai laissé pleurer. Un peu, car je me suis rendu compte qu'au bout d'une vingtaine de minutes, il se rendormait. Au fil des nuits, le temps des pleurs s'est racourci. Un quart d'heure, puis dix minutes, puis juste quelques pleurs. Et au bout de 3 semaines à ce rythme, il dormait de 23h à 7h.

Aujourd'hui c'est un bébé heureux, qui dort très bien, qui s'endort tout seul dans son lit, heureux d'y retrouver ses doudoux. Je ne regrette vraiment pas. Je dors la nuit, je suis heureuse, en forme.


Si tu juges que c'est mal, c'est ton jugement. Garde le pour toi. Je ne te juge pas de faire autrement, chacun gère comme il peut.

 

 

C'est mon pavé dans la mare de la Mère Cane!

pavédanslamare

Repost 0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 04:11

Et les fortifications valent le détour! Même si je n'y retournerais pas tous les dimanches...

C'est la ville de Villefranche de Conflent, nichée au coeur de la montagne. Les fortifications ont la particularité d'avoir un chemin de ronde couvert, je n'avais jamais vu ça avant.

DSCF8132.JPG

Devant la ville, c'est beau...

DSCF8138.JPG

Dans la ville, c'est beau, surtout si tu aimes la perpective!

DSCF8153.JPG

Les début de la visite du chemin de ronde...qui fait tout le tour de la Ville!

DSCF8162.JPG

Il ne faut pas être clausto, parole de claustro!

DSCF8163.JPG

Il faut 40 minutes pour en faire le tour, n'y va pas en tongs!

 

DSCF8166.JPG

Je crois qu'à un moment on s'est paumés et on a tourné en rond...

 

Et près de chez toi, des villes fortifiées?

 

 

Pour Fais toi la belle!

Repost 0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog