Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:00

Pour diverses raisons, je n'étais pas sortie manger (ou sortie tout court presque...) depuis 18 mois...Alors qu'avant, qu'est ce que je sortais!

Et là, j'ai profité de la venue de ma copine V. pour une bonne semaine pour aller au ciné, et au resto!

J'étais déjà allé bruncher dans ce petit restaurant assez récent à Canet-plage, et j'avais été ravie. Donc comme je ne connais pas grand-chose ici, et qu'à Perpi tout était fermé dimanche soir (...), avec V. on s'est finies à la Planxa. 

J'ai eu peur que le service ne soit long car il y avait foule, mais ça a été très raisonnable. Il faisait doux, on s'est assises en terrasse, face à la mer. Cliché un peu touristique certes, mais très agréable!

Le service est vraiment sympa et sans chichis.

Et on y a très bien mangé!

Spéciale dédicace à la salade de supions à la plancha, avec une petite sauce à tomber...

P1050239.JPG

et j'ai complêtement craqué pour le burger catalan (!!!!) au jambon cru, terrible, une vraie tuerie! Avec de bonnes "vraies" frites!

P1050245.jpg

 

 

C'était pour AnneLaureT et ses Mercredis Gourmands!

 

 

 

 

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 09:08

astuce-liste-de-courses-247.jpgVu que je suis une maman-mamelle, comme tu pourras l'avoir compris si tu me lis de temps en temps, j'aime bien aider celles qui veulent allaiter, parce qu'en 10 mois d'allaitement pour Cromignon, comme tu peux le lire ici, j'ai appris plein de trucs plus qu'utiles que j'aurais bien aimé savoir avant d'avoir des galères, celles que je raconte ici et .


Il faut savoir que le corps médical n'est pas formé en ce qui concerne l'allaitement. Donc ils ne peuvent être utiles que s'ils se sont auto-formé dessus, mais souvent malheureusement ils énoncent des lieux communs sans aucun fondement, du type de ceux que ta grand-mère va te sortir alors qu'elle a allaité 3 jours il y a 45 ans.


Non pour se faire aider, il faut une VRAIE consultante en lactation, que tu peux trouver près de chez toi ou au téléphone en regardant sur le site de la Leache League


En attendant, pour une future maman qui se reconnaîtra parce que son prénom commence par R., j'ai eu envie de dresser l'inventaire du trousseau de la future allaitante avec les produits qui sont selon moi incontournables. Mieux vaut les avoir acheté en avance que de se retrouver dans le pétrin, un dimanche à 22H14.


D'ailleurs je remarque que là aussi il y a une méga lacune: personne ne vous donne la moindre liste de ce qu'il faut avoir pour allaiter, alors que quand on ne l'a jamais fait, eh bien, on n'y connaît rien de rien!


Alors dans le désordre et sans exhaustivité aucune (et ce billet n'est pas sponsorisé!), il m'a fallu:


-un tire-lait manuel Avent. Tu le trouvera ici: Boutique avent entre autres. Il va te servir à vider tes seins qui vont être trop pleins les premiers temps, et crois-moi ça fait mal, et en plus ça peut vite dégénérer en infection. Au début souvent on fabrique trop de lait pour bébé, il faut quelques temps pour que ça se régule. De plus grâce à ce tire-lait tu vas pouvoir tirer du lait que tu pourras conserver dans les petits récipients vendus avec, et conserver ça au congélateur. Ça peut servir au cas où tu dois t'absenter, ou si tu as ensuite une petite baisse de production. J'ai testé plusieurs tire-lait, c'est vraiment le meilleur pour moi, comme tu peux le lire ici.


-De la crème pour les mamelons. Il semble que la meilleure actuellement soit la crème Lansinoh, qui coûte un bras et se trouve en pharmacie. Car tes mamelons vont subir un traitement de choc et peuvent se crevasser, ce qui fait très mal. Donc masse tes mamelons avec cette crème, je dirais un mois avant d'accoucher pour bien les hydrater, et ensuite garde-en à portée de main si tes mamelons deviennent douloureux. Elle a l'avantage de pouvoir être avalée par bébé sans problème, donc elle évite de devoir nettoyer ses seins avant chaque tétée.


-trois TRES BONS soutiens-gorge d'allaitement. La, ça dépend de toi et de ta poitrine. A tester dans les boutiques, donc. Je sais que chez Etam lingerie par exemple il y en a un plutôt joli, qui soutient bien.


- des bouts de sein en silicone. Je n'ai pas testé de marques particulières, j'ai pris ce qu'ils m'ont vendu à la pharmacie. Ultra utile, vital même, en cas de crevasse du mamelon.


-des coquilles d'allaitement Avent. Attention n'achète pas les coquilles d'une autre marque, car beaucoup ne sont pas du tout physiologiques et peuvent te blesser les seins. J'ai testé une marque quelconque vendue en pharmacie, ça m'a fait mal et en plus ça fuyait. Dès que j'ai acheté les Avent mes seins on guéri. Elles sont super bien faites et très confortables, on ne les sent pas.


-des coussinets d'allaitement. Ça permet d'absorber le lit qui coule un peu (ou beaucoup!) en dehors des tétées, le premier mois. A ne pas mettre en cas de crevasse, là il faut les coqquilles!

 


Ce qui précède, c'est vraiment vital à mon avis. En tous cas c'est ce que j'aurais eu beson d'avoir en amont. Maintenant voilà deux ou trois petites choses bien sympa mais pas indispensables:


-de la tisane d'allaitement. Comme tu vas éviter le café et le thé pendant ta période d'allaitement (enfin tu vas en boire juste un peu, et pas en fin de journée, les exitants passent dans le lait...), c'est sympa de trouver une bonne tisane. Si elle favorise la lactation, c'est encore mieux. Je bois celle de la marque Welleda, tu peux en trouver ici: bébé au naturel ou ailleurs. Elle est bonne, enfin moi j'aime bien. Mais tu peux en chercher d'autres si celle-là ne te pleit pas.


-de l'huile de massage pour les seins. Ca permet de les hydrater, d'éviter que les vergetures te rattrapent lors des grosss montées de leit du premier mois, d'éviter les engorgements en massant bien, et de favoriser le bon fonctionnement de la lactation. J'ai également utilisé celle de Welleda, disponible aussi chez bébé au naturel, mais il doit en exister d'autres si tu n'aimes pas celle-là.


 

Voilà, je pense qu'une liste de ce genre devrait être distribuée dans les maternités AVANT les accouchements. Quand je pense que dans beaucoup d'endroits de jeunes mamans repartent sans même savoir ce qu'est un tire-lait...on n'est pas aidées, vraiment...

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Tests et avis
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 08:29

8853.jpgAprès les galères qu'on peut rencontrer en allaitant, dont je t'ai déjà parlé ici et , je vais te parler du bonheur que c'est, pour moi, d'allaiter le Cromignon. Parce que les galères, ça va un moment!


Attention, pas de prosélytisme dans ma démarche. Si tu n'allaites pas, si tu n'as pas allaité, c'est ton histoire, je ne me permets ni de juger ni de donner des conseils. C'est mon histoire ici, c'est tout.


La question de l'allaitement ne s'est jamais posée à moi. Je ne me suis pas demandé si j'allais allaiter mes enfants ou non. Pour moi c'était une évidence. Peut-être parce que j'ai vu ma mère allaiter ma petite soeur. Peut-être parce que je m'efforce souvent de faire ce que la nature a prévu (parce que sisisisi elle fait bien les choses...).


Peut-être parce que j'ai appris que c'était bon pour la santé du bébé, pendant l'allaitement mais aussi durant toute sa vie. Je me souviens de cette étude que j'ai dû lire quand j'étais au collège, qui expliquait que les gens qui ont été allaités bébés présentaient moins de maladies, toutes maladies confondues, de la gastro au cancer, durant toute leur vie. Car l'allaitement, semble t'il, permet en fait de construire un meilleur système immunitaire. De plus apparemment ça préserve aussi des allergies, notamment alimentaires. Et les allergies alimentaires, c'est ma phobie!


Attention je parle ici de statistiques, hein. Après c'est toi et ta chance. Un tel aura été allaité deux ans et sera tout le temps malade, tel autre ne l'aura pas été et aura une santé de fer. Les statistiques, c'est général, ça ne s'applique pas à l'individu.


Ensuite l'allaitement protège la mère également du cancer du sein, en partie du moins. Car les cellules du sein (lesquelles exactement je ne sais pas hein...) n'arrivent à maturité qu'en remplissant leur fonction de produire du lait, et des cellules arrivées à maturité sont moins susceptibles de déconner que celles qui n'y sont pas arrivées. En bref l'étude parlait de 50% de moins de cancer du sein chez les femmes ayant allaité deux enfants ou plus pendant 6 mois.


Il y a tout un tas de bonnes raisons sanitaires d'allaiter.


Il y a plein de bonnes raisons pratiques aussi: c'est toujours prêt, à la bonne température, la nuit c'est vite fait, si tu sors pas besoin d'emmener tout le barda pour faire les bibs.


Mais laisse tomber tout ça. Car si bien sûr ça m'a motivée pour l'allaitement, ça n'est pas vraiment ça qui est en jeu.


Le bonheur d'allaiter, c'est quand on me donne ma Pouillette de 2 heures, qu'elle ouvre grand la bouche en fouinant sur mon ventre meurtri, qu'elle réussit à choper le mamelon sous mes yeux ébahis, et qu'elle commence à téter, alors que personne ne lui a jamais apris à le faire. Que son petit corps tout chaud se détend tout à coup. Que l'expression de son visage exprime la plénitude la plus totale.

 

Le bonheur d'allaiter, c'est quand le Cromignon s'endort tout à fait, lové contre moi, mon sein dans sa bouche, refusant de le lâcher pendant tout son sommeil.

 

C'est quand le Cromignon a les yeux qui se révulsent de plaisir tant ça doit lui apporter EXACTEMENT ce dont il a besoin.

 

C'est quand le Cromignon me regarde en tétant, avec dans ses yeux tout l'amour du monde.

 

C'est quand le lait ressort de sa bouche parce qu'il s'est endormi. 

 

C'est ce lien fusionnel entre lui et moi, qui nous rend l'un à l'autre unique.

 

Il a bientôt 10 mois et je l'allaite encore, je ne me pose pas la question "jusqu'à quand". Il est très bien comme ça et moi aussi. Pour moi c'est juste vital, ça fait partie de la maternité, c'est comme le vote: un droit et un devoir. J'ai fabriqué mon petit dans mon ventre pendant 9 mois, et je continue. C'est moi qui le fait grandir. C'est mon rôle, mon job, ma responsabilité de maman.

Je le redis: pas de jugement ni de conseil ici, c'est mon ressenti personnel. Chacun fait ce qu'il veut.


Je suis contente car pour le moment je n'ai pas autour de moi de réaction inappropriées, comme je peux en lire un peu partout. Mon entourage est bienveillant, voire admiratif. Parfois on me demande "jusqu'à quand", ou on me donne un avis, mais toujours gentiment. Au pire j'ai prévu une ou deux répliques bien senties pour ceux qui s'aventureraient à me donner des conseils non demandés!

 

Et toi, que penses tu de l'allaitement?

Repost 0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 08:24

main-dans-la-main.jpgMa Pouillette a 9 ans et demi. Jusqu'à récemment, je n'avais pas remarqué qu'elle grandissait: elle suce toujours son pouce, elle a besoin de son doudou, elle veut des gros câlins et sa petite chanson pour dormir. Elle est toujours mon "bébédoux" comme je l'appelais, petite, et comme je l'appelle encore.

 

Mais...en allant à l'école, j'ai voulu lui prendre la main, comme toujours. Elle ne m'a pas donné la main et m'a regardée en coin. J'ai compris. Il y avait une copine juste derrière nous. Elle ne veut pas être prise en flagrant délit de "je donne la main à maman".

On en a ri. Je lui ai raconté que moi aussi j'avais eu un peu honte d'être vue donnant la main à ma mère, même si c'était un peu plus tard, plutôt vers 11 ans je crois.


C'est vrai qu'elle est toujours très "bébé", très "maman, câlin" mais son corps n'est plus le même, je ne peux plus la prendre dans mes bras d'un seul coup, ses jambes sont longues, ses pieds ne sont plus tout petits mais commencent vraiment à ressembler aux miens. (en même temps j'ai de tout petits pieds!)


Elle me raconte encore ses histoires de copines et d'amoureux, elle veut encore que je lui beurre ses tartines, que je lui épluche ses pommes, que je lui lise des histoires, mais pour combien de temps?


J'ai toujours aimé la voir grandir, s'émanciper peu à peu, devenir autonome. Ca ne m'angoissait pas. Mais là, elle commence à se passer de moi.


Ma Pouillette, un jour, ne voudra plus que je l'appelle "Pouillette"....

 

 

C'est ma participation à "Quoi de neuf les Loulous" chez Anaïs et Maman Poussinou.

Repost 0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 23:00

boite-aux-lettres.jpg

 

Ah le courrier...Tous les jours le facteur passe entre 11h et midi. Quand on attend une lettre importante, on est tous comme des abeilles dans une ruche, on attend de pied ferme! Jusqu'au jour où ladite lettre arrive.


Mais même quand on n'attend rien de précis, on guette le facteur. Un peu comme un ami qui viendrait avec une surprise. Chaque jour c'est une petite surprise. Même quand c'est juste une pub pour une nouvelle pizzeria! 


Comme avant Noël, on est plus excités par l'attente que par la chose réelle. C'est le même principe, on est dans l'attente de quelque chose qui pourrait arriver, quelque chose de chouette, on ne sait pas quoi, et c'est ça qui est bien!


Quand le temps le permet, vers midi, je dis au Cromignon: "viens avec moi Cromignon, on va aller chercher le courrier!". Je le  prend dans mes bras, je descend l'escalier et on parcours les deux mètres qui nous séparent de la petite boîte verte.

J'ai le coeur qui bat un peu plus fort, je suis toute contente, peut-être y a t'il une chouette lettre, une jolie carte postale, un petit paquet? Le Cromignon n'y comprend encore rien mais il sait que je suis contente d'y aller.


J'aime ouvrir les enveloppes. Je me demande ce qui s'y cache. Parfois je fais durer le plaisir, et je remonte les lettres et ne les ouvre qu'un peu plus tard...entre-temps je me demande ce que peut bien cacher cette petite enveloppe verte manuscrite, ou cette grande enveloppe blanche...


C'est un de mes petits bonheur de chaque jour...sauf du dimanche!

 


Et c'était mon courrier à moi, pour les défis du jeudi chez Sysyinthecity et MaCyMa!

Repost 0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 09:33

DSCF7889.JPG

 

Tu auras compris que je n'ai ni le temps ne trop l'envie ni le matériel pour cuisiner. Ni l'énergie. Sans avoir de four, il faut trouver des recettes bonnes et vite fait. En voici une que j'affectionne tout particulièrement: pas chère, vite fait, et qui en jette quand même un peu.

Il faut: 

-des spaghettis. Complets si possible.

-un sachet de fruits de mer surgelé.

-de l'huile d'olive.

-du basilic (frais si possible, c'est meilleur)

-20cl de crème fraîche, allégée ou non.

-un oignon.

-une gousse d'ail.

 

Dans une casserole, fais cuire les spaghettis, attention, al dente! Trop cuits ça serait pas top. 

Dans une autre casserole, tu fais bouillir de l'eau, tu mets dedans les fruits de mer congelés 5 minutes.

Tu éminces oignon et ail, et tu fais revenir dans une poêle 5 minutes avec une cuillère à soupe d'huile d'olive. Tu rajoutes une cuillère de basilic.

Tu égouttes les pâtes et les fruits de mer et tu les mets dans la poêle avec l'oignon et l'ail revenus. Tu remets une bonne cuillère de basilic. Tu laisses ça mijoter 10 minutes à feu doux en remuant.

Tu rajoutes la crème fraiche. Tu laisses encore mijoter 2 ou 3 minutes.

Et voilà!

C'est ma participation aux Mercredis Gourmands chez AnneLaureT !

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 19:25

Ces derniers temps dans la blogosphère et sur des forums je suis tombé sur plusieurs articles et discussions autour de l'accouchement avec et sans péridurale. Certaines discussions, et surtout le ton de certaines discussions, m'a amené à réfléchir un peu. Pas à mon expérience personnelle (pour une fois je ne me regarde pas le nombril!) mais à une tendance qui prend vraiment del'ampleur.peridurale.jpg

Quand la péridurale a été inventée, c'était une révolution. Que les femmes attendaient. Depuis que l'homme existe. Depuis que l'homme existe les femmes souffrent (et meurent aussi parfois...) pour donner la vie. On peut dire que c'est un grand progrès.

En ce moment il y a un courant "naturaliste" qui consiste à considérer comme positif le fait de s'en passer et d'accoucher "naturellement", et donc comme négatif le fait de réclamer la péri. On admire les femmes qui "ont réussi", qui"ont tenu" et qui n'"ont pas craqué". Du coup celles qui ont choisi d'atténuer la douleur se sente dévalorisées par rapport à ces wonder-parturientes, insensibles à la douleur, fortes et qui ont "pleinement vécu leur accouchement". Il y a des variantes, avec le renouveau de l'accouchement à la maison, etc...

Attention je ne souhaite pas minimiser l'exploit. Mais je ne vois pas en quoi il serait plus admirable de choisir de souffrir que de choisir le contraire. Ce qui est admirable,c'est de donner la vie. Le reste est une question de choix personnel. La plupart du temps aujourd'hui les péri sont bien faites et bien dosées, ce qui permet à la mère de ne pas trop souffrir tout en ayant les sensations de la naissance (j'ai accouché par césarienne avec une péri, je vous garanti que j'ai tout senti alors que franchement j'aurais préféré le contraire! Sentir qu'on vous ouvre le ventre c'est très particulier!). Evidement il y a toujours la possibilité que la péri soit mal faite, mal dosée, c'est possible. Mais c'est de plus en plus rare. Je pense qu'on peut tout à fait vivre pleinement son accouchement avec une péri, ne pas trop souffrir et du coup etre plus dispo pour accueillir son bébé car moins épuisée par les douleurs. Si on voit les choses sous cet angle, il me semble, à moi et à moi seule hein, je ne donne de leçon à personne, que si j'avais le choix, je choisirais de voir si je souffre beaucoup et si c'est le cas, demander la péri. On n'est pas aux J.O.

J'ai lu un témoignage sur un forum, qui m'a bouleversée. C'était une malheureuse primipare () qui disait son angoisse de l'accouchement et qui exposait son choix d'accoucher sans péridurale. Elle était super angoissée, terrorisée par la perspective de souffrir trop et de "craquer" et de demander la péri, ce qu'elle risquait de se reprocher ensuite. Se reprocher! Comment se reprocher de demander à vivre un des évenements les plus marquants de sa vie dans les meilleures conditions possibles? Si pour certaines c'est sans péri, pour d'autres c'est avec! Est-ce qu'on se reproche de prendre un doliprane quand on a la migraine???

Alors je m'interroge sur les motivations de cette pauvre nana qui exposait son malaise sur la toile, et qui ne doit pas être la seule dans ce cas...

C'est un choix personnel, je le répète, qui n'a rien de plus ou moins admirable et qui regarde chacune d'entre nous...

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:27

test.jpgEh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.

 

Certaines femmes arrêtent la contraception et sont enceintes dans la foulée. Ça n'est pas mon cas. Quand nous avons décidé, l'homme et moi, de faire des petits parce qu'on est trop exceptionnels pour laisser notre magnifique patrimoine génétique se perdre (j'rigole hein!), c'était avant même de se marier. C'était pendant l'hiver 2008, vers février je crois. Nous venions de déménager.


Dans la foulée, nous avons décidé de nous marier, je te raconterais ça une autre fois, parce que ça vaut le détour, comme petite histoire de mariage. Programmation du mariage pour octobre, toujours 2008, et débuts d'essais bébé dans la foulée.


J'ai tout de suite su que quelque chose ne tournait pas rond. D'abord mon cycle ne revenait pas. Je suis d'un naturel anxieux, alors j'y pensais tout le temps, ce qui évidement n'aide pas! Au bout de 3 mois sans cycle, j'ai consulté ma gygy, femme charmante mais très old school, au bord de la retraite depuis des années. Elle m'a d'abord prescrit un médoc charmant à prendre chaque jour, qui devait faire revenir mon cycle et régulariser tout ça.


Pourquoi ai-je senti que ça ne suffirait pas? Est-ce que mon corps m'envoyait des messages subliminaux? Toujours est-il que je n'y ai pas cru un instant, à ce cachet.


Mon cycle est effectivement revenu, mais toujours pas de grossesse. Étant très sportive, j'ai appris que la pratique intensive pouvait être un facteur d'infertilité, j'ai ralenti. Et puis j'ai grossi un peu, parce que ça aussi, c'est un facteur.


Ça a pris plusieurs mois tout ça.


Avec l'angoisse qui me tenaillait: et si je n'arrivais plus à avoir d'enfant? Si ma Pouillette, devenue grande maintenant, était la seule? Si l'homme se rendait compte que j'étais infertile, qu'il voulait absolument avoir des enfants, que ferait-il? et si...enfin tout ce qui peut passer la tête quand on a une idée fixe, qu'on est pessimiste, qu'on culpabilise pour tout.


Des mois à scrutter les signaux de mon corps. A faire des tests de grossesse au moindre retard de règle, donc presque tous les mois.


Des mois à pleurer devant les tests négatifs. En refaire au cas où le premier test était mauvais. Ne pas oser boire d'alcool au cas où. Ne pas oser faire de cheval au cas où. Finalement des mois à adopter le comportement d'une femme enceinte, au cas où. Mais sans être enceinte.


Au boutd'un moment, ma gygy a décidé de passer à l'attaque. J'ai eu droit à deux ou trois monitorings d'ovulation, pour voir ce qui se passait là dedans. On a vu que mes ovulations étaient insuffisantes. J'ai du faire des piqûres pour booster tout ça, à jour et heure fixe. Encore quelques mois. A programmer les galipettes aussi. Bon pour ça on s'en est bien sortis, parce qu'on a assaisonné ces contraintes avec une bonne dose d'humour. Mais il faut se rendre à l'évidence: ce genre d'épreuve ne rapproche pas un couple. 


J'entendais dire "n'y pense pas!".


C'est vrai que c'est ce qu'il faut faire, car fixer toute son attention sur son fonctionnement ovarien ne sert qu'à augmenter l'anxiété et dérégler encore plus le mécanisme de la fertilité. Mais c'est drôlement facile à faire quand vous êtes une femme. Un homme peut plus facilement s'en détacher je pense, parce qu'il n'a pas, une fois par mois, du sang qui vient rappeler que ça ne sera pas encore pour cette fois. Mais pour moi, c'était dur. J'avais si peur de réussir et finalement de faire une imprudence qui m'aurait fait tout perdre. Je voulais absolument, si j'étais enceinte, le savoir au plus tôt afin d'adopter un comportement protecteur, ne pas aller courir, ne pas porter de trucs lourds...ne prendre aucun risque.


Au bout d'un an et quelques mois, je me suis rendu à l'évidence. Ma gygy était très bien pour me faire des frottis. Mais pour l'infertilité, il fallait du lourd. J'ai donc pris rendez-vous chez les pontes de la PMA (procréation médicalement assistée). Cependant ces pontes-là sont très demandés, de plus ils sont dans un hôpital public ET parisien, et donc il faut des mois avant d'avoir un rendez-vous. J'ai donc eu un rendez pour 3 mois après.


3 mois de plus à espérer puis à désespérer, à broyer du noir, à faire ressentir mon mal-être à mes proches.


Et puis le jour du rendez-vous arriva.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 10:14

 


jumper.jpg

Alors ce machin n'est pas en vente en France. Je n'en n'avais jamais vu!  J'étais en ligne avec une copine qui vit aux USA, sur Skype, et derrière elle je vois sa petite de 6 mois dans ce truc, en train de sauter et manifestement de s'éclater comme une folle! Je lui demande ce que c'est que ce jouet, et là elle me dit que c'est un Jumperoo, qu'aux USA tous les parents en ont un...Ca m'a tellement semblé génial que je me suis mise en quète de ce jouet extraordinaire pour le Cromignon. En France il n'y en a qu'un en vente, chez Fisher-Price, il a l'air bien moins chouette (pas autant de joujoux qui pendouillent partout!) et coûte autour de 140 euros neuf. On a hésité à en prendre un d'occasion sur le boncoin, mais on n'en n'a pas trouvé pléthore non plus...et sur un site marchand aux USA je vois qu'on peut se le faire expédier en France! Là bas il coûte à peu pres 60 dollars...vive l'euro fort parfois!

PAr contre avec les frais de port ca nous a coûté le même prix que si on avait acheté le fisher price neuf en France...mais ça vaut le coup!!!! Cromignon s'éclate comme un fou là dedans! il saute, chope les jouets, tourne sur lui-même, c'est un vrai bonheur de le voir là dedans! Alors d'après la PMI, attention à ne pas le mettre trop longtemps dedans...pour le développement psychomoteur il parait que c'est pas terrible...maintenant rien que d ele regarder s'amuser on se dit que ca ne peut pas être mauvais!!! A partir de 4/5 mois.

 

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Tests et avis
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 14:43

femme-enceinte.jpgJe suis toujours énervée devant ces deux lieux communs: la grossesse te déforme, l'allaitement rend tes seins moches.

 

De manière générale, je suis toujours énervée devant les a priori, même si bien sûr, j'en ai aussi...ce qui a le don de m'énerver après moi-même quand je m'en rend compte!

Mais je m'égare.

 

Donc il est communément admis que la grossesse va te faire prendre 30 kg, qu'à terme il t'en restera 20, évidement que ça ne t'ira pas du tout (parce qu'on peut tout à fait prendre 30 kg et être belle hein!) et qu'évidement encore tu ne ressembleras plus à rien.

Que tu seras couverte de vergetures. Que tu seras totalement dé-musclée. Que la peau de ton ventre sera toute relâchée. Je ne te parle même pas de tes fesses, et de la cellulite qui t'enveloppera comme un sac de couchage. Adieu, vêtements moulants, petits hauts sexy, féminité et séduction (veaux, vaches, cochons, poulets...). Tu deviendras une MERE et puis c'est tout. 

Si d'aventure tu as la chance de ne pas garder lesdits 20 kg, c'est pour voir tes mignons petits seins (ou fiers et plantureux...) tomber lamentablement, se couvrir également de vergetures et ressembler à des gants de toilette pendouillant après la douche...

Quoique tu peux aussi cumuler les deux! +20 kg ET seins qui pendouillent.

 

Eh bien je dis non!

 

Parce que d'abord chacune fait avec sa nature, sa morphologie, son métabolisme. 

Grossesse ou pas, tu peux être: grosse, maigre, belle, moche, avec ou sans cellulite, avec ou sans vergetures. Avec ou sans jolis seins.

Tu peux être du genre à prendre 1 kg en pensant à un fondant au chocolat, ou du genre à ne rien laisser paraître après une cure pizza-raclette d'une semaine.

Le comportement qu'aura ton corps pendant et après tes grossesses va en dépendre.

 

Chacune réagira différemment. Celle-ci prendra 25 kg et les reperdra avec régime et sport. Celle-là en prendra 10 mais en gardera 5. Celle-ci a une bonne élasticité de peau et ne marquera pas, en plus elle se mettra les bonnes crèmes tout au long de la grossesse (ça aide quand même). Celle-là aura le ventre tout zébré. Celle-ci n'aura aucune marque sur sa poitrine car elle a de la chance (et elle a crémé aussi à fond, ça aide je vous dit!), celle-là aura effectivement les seins marqués.

 

Ensuite il est vrai que la grossesse va ficher un coup à ton corps, il ne faut pas se leurrer. Les athlètes de haut niveau peuvent avoir un enfant et revenir au top, mais elle vont vraiment en ch... pour y arriver. Mais elles vont revenir au top. C'est possible.

 

Évidemment, telles les stars qui hantent nos tabloïds et qui rentrent dans leurs fringues deux semaines après avoir accouché, c'est plus simple quand on est aidé, quand on a de quoi se payer femme de ménage, coach, cuisinier, nounous...et se dégager des contraintes du quotidien.

 

Mais on connaît toutes, ou peut-être même en es-tu une, des nanas toutes simples, qui récupèrent leur corps (à peu près...) après un ou deux ou trois ou plus...enfants. Et allaitements. Elle sont sûrement : de la chance, une bonne nature, certes. Mais c'est la preuve que rien n'est inéluctable, ni même définitif. Pour certaines c'est facile, naturel. Pour d'autres il faut beaucoup d'efforts. Mais c'est possible.

 

Le comportement pendant la grossesse va sans doute beaucoup jouer, même s'il ne fait pas tout. Il est plus facile de retrouver la forme, je pense, quand on a eu une grossesse active, qu'on n'en n'a pas profité pour se goinfrer de tout ce dont on se privait avant, quand on avait des envies de fraises plutôt que de profiteroles. Encore une fois on n'est pas toutes logées à la même enseigne face à sa grossesse.

 

Quant à l'allaitement, c'est un peu la même chose. On a plus de chances de retrouver ses jolis seins d'avant (s'ils étaient jolis, enfin ceux d'avant quoi...) sans trop de dégats si on gère le crèmage, les bons soutiens gorges d'allaitement, etc.

 

Alors quand certains/certaines affirment que la grossesse ou l'allaitement flingue le corps de la femme, ben moi je dis non. Il n'y a pas de fatalité. Pas de généralité.

 

A chacune son histoire.

 

 

Et toi, quelles séquelles gardes-tu de ta/tes grossesse(s)?

 

 

Repost 0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog