Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 01:00

DSCF7953.JPGJ'ai gagné ce super gâteau chez Sysyinthecity! Trop de chance, moi qui ne gagne jamais rien! Alors pour toi qui ne saurait pas ce que c'est: il s'agit d'un gâteau breton, à base de pâte feuilletée, avec du beurre demi-sel et du sucre. Que du light hein! On sent bien le beurre et il y a un fond de caramel. 

J'en avais déjà mangé il y a très, très longtemps, mais l'homme et la Pouillette, jamais.DSCF7954.JPG Ma belle-mère et ma belle-grand-mère étant là, je leur ai également fait goûter, elles ne connaissaient pas.

Un peu tiède, c'est vraiment délicieux! tout le monde a aimé, sauf ma belle-mère qui n'aime pas le goût du beurre. 

Par contre ça tient au corps, un petit bout en fin de repas ou au goûter avec du thé te suffira!

En attendant on a tout mangé! Miam!

Merci encore à Sysyinthecity!

DSCF7956.JPGEt si ça te tente d'essayer, les super pâtissiers qui le font peuvent livrer, tu trouvera toutes leurs délicieuses préparations typiquement bretonnes sur leur site www.kouignamann-locronan.fr, il s'agit de la pâtisserie Le Guillou à Locronan.

 

C'était pour AnneLaureT et ses Mercredis Gourmands!

 

Bon ap'!

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 01:00

Eh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.

Suite de ma série dont tu peux lire ici les épisodes 1, 2 et 3.

"Ah. Je vois une grossesse arrêtée."

 

depression.jpgJe me souviens m'être pris la tête dans les mains. Avoir dit "non, non, pas ça!". Avoir entendu le médecin dire que l'embryon, MON BEBE, avait arrêté de se développer à 5 semaines. Que le coeur ne battait plus.

 

Si tu as suivi, vu que j'en étais normalement à 9 semaines de grossesse, ça veut dire que ça faisait 4 semaines que mon bébé était mort dans mon ventre,et que moi je continuais à avoir des nausées, à être enceinte quoi! D'un bébé mort.

 

Le médecin a dit qu'on allait attendre une semaine et que si rien ne se passait naturellement, on me ferait un curetage. Je me suis relevée. En larmes. L'homme était tout blanc, enfin je crois, je ne voyais pas grand-chose. Je répétais "ça n'est pas possible...pas ça!".

 

Je suis repartie de là comme dans un rêve. Le reste du monde autour de moi était devenu flou, comme cotonneux. Je suis rentrée. Je crois bien n'avoir jamais autant pleuré.

 

La Pouillette a dormi chez nos amis. Je ne voulais pas qu'elle voie sa maman comme ça. Elle est restée chez eux deux jours.

 

Il a fallu trouver les mots pour lui expliquer. Je lui ai dit que la petite graine dans mon ventre n'avait pas bien poussé. Que maman allait devoir aller à l'hôpital pour qu'on la lui enlève. Elle a pleuré aussi. Depuis le temps qu'elle réclamait un petit frère ou une petite soeur! J'ai récolté sa peine en plus de la mienne, je ne me sentais pas assez forte pour nous deux.

 

Trois jours après j'ai commencé à saigner,et je suis partie aux urgences à nouveau. Ils m'ont gardée pour une nuit, pour me faire le curetage. 

 

A mon réveil après l'opération, j'avais très mal au ventre, et très froid. Le médecin qui était dans la salle de réveil m'a remis plusieurs fois de l'anti-douleur. Ils m'ont mise dans une chambre avec une autre personne, une vieille femme qui venait de se faire opérer des pieds.

A notre arrivée dans la chambre, toute sa famille était là, ils étaient six, ils avaient posé plein d'affaires sur mon lit, ils parlaient fort et n'ont pas eu un regard pour moi quand je suis rentrée, j'étais transparente. Il a fallu que l'infirmier leur demande de dégager mon lit. Je me suis couchée et ils ont continué à parler fort, à rire, comme s'ils étaient seuls dans la chambre. Moi j'étais seule, l'homme était reparti récupérer la Pouillette. 

 

Je sanglotais en silence, sous ma couverture, je me sentais horriblement seule, j'avais mal au ventre, je voulais qu'ils se taisent, qu'ils me laissent, je ne voulais pas être en compagnie d'inconnus, je voulais mes amis, ma famille, mon homme...

 

Le lendemain je suis rentrée chez moi, et j'ai voulu reprendre le travail tout de suite, pour passer à autre chose. Mais je n'aurais pas du, j'avais besoin de quelques jours, ou plus, pour me vider de ma tristesse, de ce désespoir qui avait pris dans mon ventre la place de mon bébé.

 

J'ai tenu deux jours au boulot, et je me suis effondrée à mon bureau. Je suis rentrée et mon médecin m'a arrêtée deux semaines pour commencer. Pendant ce temps l'homme gérait la Pouillette, et je m'efforçais de la rassurer, mais j'en était à peine capable. A la fois j'étais avide d'être entourée, d'avoir mes amis, d'être écoutée, et à la fois je n'en pouvais plus d'entendre que: ça n'est pas grave, ça arrive à beaucoup de femmes, ça vaut mieux que d'avoir un enfant mal-formé, que ça vallait mieux de le perdre maintenant qu'à 6 mois de grossesse, que ça n'était pas encore un bébé, parce que si pour moi, c'était MON bébé, et par dessus tout, que la nature est bien faite parce que NON elle n'est pas bien faite de permettre qu'un petit embryon s'accroche, se développe pendant 5 semaines et ensuite meure dans le ventre de sa mère, non, elle n'est pas bien faite. Il y a un bug là.

Entendre ces phrases toutes faites, même si elles partent d'une bonne intention, me donnaient l'impression que ma douleur si forte n'était pas justifiée, était ridicule.


Je suis restée chez moi, j'ai fait le minimum pour la Pouillette, j'ai tenté de me reposer. Mais j'avais l'impression qu'une tristesse sans fond s'était emparée de moi, et j'avais beau creuser et creuser, pleurer tout ce que je pouvais pour éspérer être ensuite soulagée, rien à faire, ça me semblait infini.

D'ailleurs ça l'est car après tout ce temps, même après avoir eu mon Cromignon d'amour, elle est toujours là, cette douleur dans mon ventre.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

 

 

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 09:18

bonne-fete-maman.jpg

 

Demain c'est la fête des mères. J'aimerais avoir une mère pour la lui souhaiter. Mais je n'en n'ai pas. Non que la femme qui m'a donné la vie soit décédée, mais je ne la considère plus comme ma mère, et elle ne me considère plus comme sa fille.


La personne qui est censée m' aimer d'une manière inconditionnelle, être toujours là pour moi, avoir pour moi cet immense amour que j'ai pour la Pouillette et le Cromignon, et que tu as pour tes enfants, si tu en as; elle ne m'aime pas.


Elle n'a pas jugé que j'étais digne de son amour.


Elle m'a tourné le dos à un moment de ma vie où j'avais le plus besoin d'elle. Pour le premier drame de ma vie. Elle a décidé que nous n'aurions plus rien à voir ensemble. Elle m'a fait tant de mal, tant de coups tordus, avec la complicité de mon père, depuis ce moment.

 

J'ai du lutter sur tous les fronts. Je devenais mère célibataire, avec une petite Pouillette de 2 ans, d'une manière très brutale. Le père de la Pouillette a alors décidé de me pourrir la vie, bien comme il faut, ne supportant pas d'être rejeté, pourtant à juste titre et par sa faute, après le genre de trahison qu'on voit dans les séries B.

J'ai du me battre au quotidien, pour rester forte, pour rester droite dans mes bottes. Gagner ma vie et celle de ma Pouillette. Éviter qu'on ne me prenne mon rôle de mère.

 

Ma mère et mon père n'étaient pas là pour moi, et au contraire, ils étaient contre moi. A essayer de m'enlever ma fille, à me refuser la compétence de l'élever.

 

J'ai manqué d'argent. Ils n'ont pas été là. Au contraire, ils m'en ont demandé. J'ai travaillé comme un âne, cumulant les heures sup', samedi compris, jusqu'à 21h parfois. Car quand on ampute la moitié du budget d'un foyer, on n'en diminue pas de moitié les charges.

 

J'ai été aidée. Beaucoup. Énormément. Par des amis formidables, par la nounou de ma fille. Aussi par une autre partie de ma famille. Ce que je leur dois, je ne pourrais jamais le leur rendre je pense, car c'est mon équilibre qu'ils m'ont permis de restaurer, et celui de la Pouillette. J'ai été émue par tant de soutien, venu de là où il n'était pas forcément le plus attendu.


Quelle mère n'aide pas sa fille trahie et trompée d'une manière odieuse pour prendre le parti du malhonnête? 


Quelle fille est si infâme qu'elle n'est pas digne de l'amour de sa mère....? Je me pose encore la question. Suis-je si nulle, si mauvaise, pour que ma propre mère ne m'aime pas? Qu'ai-je fait de si mal? Qui pourrait m'aimer si mes propres parents me rejettent, eux qui devraient m'aimer envers et contre tout? Comment m'aimer moi-même si même eux me rejettent?


Je me suis reconstruite, sans eux. L'homme m'y a bien aidée, sans le savoir, sûrement. Mais au fond de moi la plaie est là, et elle le restera.


Alors la fête des mères aujourd'hui, c'est la mienne, juste la mienne, car je n'ai personne à qui la souhaiter. Mais quand la Pouillette m'offrira son joli dessin demain, je me jurerais comme chaque année que je serais toujours là, moi, pour elle. 

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 23:00

tag.jpgCette fois-ci c'est Mam'Zell A qui m'a taguée!

 

Je rappelle les règles pour celles qui auraient hiberné ces 6 derniers mois:

 

Les règles que tu dois suivre...

Postes ces règles * Écris 11 choses sur toi * Réponds aux 11 questions posées par la personne qui t'a taguée * Créé 11 nouvelles questions pour les personnes que tu auras choisit de taguer * Choisis 11 personnes et mets le lien de leurs blog sur ton post * Rends-toi sur leur blog et dis leur qu'elles sont taguées (ne faire aucun tag sans les prévenir).

 

Alors 11 choses sur moi...


1/ Je suis à moitié Italienne. J'ai passé toute mes vacances, enfant, dans un petit bled en montagne, entre Parme et Milan.


2/Pourtant je suis rousse avec la peau très blanche, comme une Irlandaise!


3/J'ai honte mais...je regarde les Feux de l'amour! C'est comme une drogue pour moi!


4/Je déménage dans 40 jours et on a à peine commencé les cartons, j'angoisse!!!


5/Notre télé est en mode off depuis le déménagement d'il y a 10 mois. On s'en passe très bien!


6/Je voudrais 12 enfants. Sans rire. Mais bon au niveau timing ça risque d'être juste...


7/Je ne peux pas sortir de chez moi sans mascara. Éventuellement sans être coiffée, ni lavée, limite en pyjama. Mais pas sans mascara.


8/Je déteste ma tête en photo.


9/Je peux être super hypocrite en cas de nécessité. Et en plus je n'en n'ai pas honte, au contraire.


10/Je suis d'une timidité maladive. Petite, je me cachait sous les tables aux anniversaires. Je ne jouais avec personne. J'étais terrorisée par les autres. 


11/Ma vie a été un long fleuve tranquille sans drames, ou presque, jusqu'à mes 28 ans.


 

Les questions de Mam'Zell A:


1. A quel âge as-tu eu ton/tes enfant(s) ???

La Pouillette à 26 ans à peine, et le Cromignon à 34.


2. Es-tu plutôt "casanière" ou "globe trotter" ???

Globe trotter dans l'âme. A fond. Le monde est si vaste, il y a tant à voir...


3. Combien de prénom a ton/tes p'tit(s) bout(s) ??? (et si ce n'est pas trop indiscret, quel(s) est/sont ce(s) prénom(s) ???

Mes deux diablotins ont 4 prénoms chacun! Je te dis juste les derniers: Ayélé pour la Pouillette, et Désiré pour le Cromignon (clin d'oeil au long, long très long chemin vers lui...)


4. Tu aimerais être un homme pour...

ne pas souffrir la première fois.


5. Tu as appelé ton blog comme ça parce que...

C'est très long comme histoire. Et ça n'est pas définitif, j'avais mis ça au début, avant même de publier, pour mettre quelque chose, et puis je ne me suis pas repenchée sur la question...il y a encore du taf!


6. Quel objet apporterais-tu avec toi sur une île déserte ???

Un soutien-gorge. Pas moyen de rester les néné qui pendouillent!


7. Ton péché mignon...

Regarder les Feux de l'amour en mangeant un carré de chocolat noir et en buvant une bière (sans alcool!)


8. Tu as horreur de... 

ces gens qui croient détenir LA vérité. Et les choux de Bruxelles. Mais QUI aime ça???


9. Une recette simple, rapide et bonne...

Ouh j'en connais pas mal...le fondant au citron!


10. Certaines chansons donnent des frissons, pour toi laquelle est-ce ???

"Supplique pour être enterré à la plage de Sète", Brassens.


11. Si tu avais une baguette magique, que ferais-tu ???

Hum, il y a tant à faire...Je m'accorderais tous les voeux et le temps nécessaire pour que cette planête tourne enfin à l'endroit!

 

Mes questions:


- C'est quoi, ton ordi?

-et ton appareil photo, c'est quoi?

-la couleurs de vernis à ongles que tu affectionnes?

-la tâche ménagère qui te rebutte le plus?

-la qualité dont tu es le plus fière?

-ton pire cauchemar?

-ton petit-dej idéal?

-et ta voiture, c'est quoi?

-tes prochaines vacances?

-ce que tu repproches le plus à ton homme?

-ce que ton homme te repproche le plus?

 

 

Et je taggue, donc:

Mme E

Madame Moustick

Family5

Inzemood

Mamans et Créations

Lalotte

Foxymama

O Bonheur des femmes

Mon-Nid

 

A suivre...

Repost 0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 21:47

Eh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.

Je reprend la suite de mon récit commencé ici après un aparté que tu peux lire .

fausse-couche-300x300.jpgLe jour du rendez-vous avec le ponte de la PMA dans un grand hôpital parisien arriva donc.


Mais depuis quelques jours je me sentais un peu étrange, et j'avais des tiraillements bizarre dans les seins.

J'avais eu tellement de faux symptômes, j'avais fait tant de tests de grossesse sur un doute, toujours de la déception, que je m'étais interdit d'en refaire un...et ce matin là, avant de partir au rendez-vous, j'ai décidé de le faire.

Je me suis dit que si j'étais encore déçue, au moins je m'y attendais, et puis ça serait de courte durée puisqu'on allait commencer une vraie prise en charge, et que j'allais en retirer beaucoup d'espoir.

Donc j'ai fait un test (ben oui quand tu es en essai BB depuis un an et demi, tu as des tests en réserve...).


Positif.


Oui tu lis bien: POSITIF.


J'ai failli en tomber dans la cuvette des WC!

Encore incrédule, le coeur battant à 10 000 pulsations/minutes, le pantalon encore sur les mollets, je me suis ruée sur l'homme, qui mettait ses chaussures dans le canap': "arghmeuigyerch!" ais-je dit.

Enfin je crois. Évidemment il n'a rien compris. Alors, incapable de prononcer un autre mot, je lui ai montré le test. Mais c'est un mec hein, alors ce machin avec ses deux trais roses, il n'a pas la moindre idée de ce que c'est!

J'ai respiré un grand coup, j'ai cru que mon coeur allait s'arrêter de battre et j'ai dit "positif! enceinte!"


Je me demande bien ce qu'il a ressenti, ou pensé. Que j'étais tellement une chieuse que j'attendais qu'on parte au rendez-vous pour entammer une PMA pour être enceinte? Une réflexion de mec dans le genre, sans doute!


Je me suis vautrée dans le canap', à bout de souffle, pour reprendre mes esprits (et accessoirement remonter mon pantalon, on a sa dignité quand même).

A partir de là je me souviens de ce que j'ai fait comme dans un rêve: appeler l'hôpital pour annuler le rendez-vous, appeler ma vieille gygy pour faire les exam' appropriés, appeler ma best friend....


Les semaines qui ont suivi ont été assez classiques dans un début de grossesse. J'ai fait la prise de sang, tout ok, vérifié la toxoplasmose et la rubéole, dit adieu au saumon fumé...commencé les nausées, mais elles étaient bien plus supportables que pour ma première grossesse, où j'avais carrément été alitée tout le deuxième mois tellement j'étais malade.


Je me sentais bien un peu fatiguée, un peu serrée dans mes vêtements, mais rien de marquant.Je n'ai manqué que 2 jours de travail en 9 semaines de grossesse, deux jours où j'étais particulièrement épuisée, vers la 5ème semaine, parce que j'avais un gros rhume. Que j'ai fait soigner d'ailleurs, et mon médecin m'a dit "on va surtout faire vite baisser ta fièvre, les embryons n'aiment pas la fièvre".

J'ai revu la gygy avec mes analyses, elle m'a fait ma déclaration de grossesse. Je lui ait dit avoir un gros rhume, et des frissons de fièvre tout le temps, malgré le traitement. 

Et puis c'était tout, j'allais bien.


Pourtant j'avais une peur panique de perdre ce bébé. C'était étrange, je n'avais pas du tout ressenti ça pour la Pouillette.

Bien sûr j'avais eu peur, mais au fond de moi j'étais confiante. En même temps j'avais 25 ans à l'époque, et pas peur de la mort. J'ai mis cette nouvelle peur sur le compte de cette longue année et demi avant de réussir à être enceinte, et après s'être rendu compte que mes petits soucis additionnés à ceux de l'homme risquaient de faire de nous un couple stérile...


A chaque fois que j'allais aux toilettes, je jetais un coup d'oeil, au cas ou je saignerais...mais tout allait bien.


La 9eme semaine de grossesse arriva, je commençais à me détendre, encore 3 semaines et on serait arrivés à la fatidique 12ème semaine. Je me disais que j'angoissais pour rien, que si je n'étais pas si malade que ça c'était juste parce que chaque grossesse est différente, et puis j'avais quand même pas mal de nausées.


Un jour je suis allée aux toilettes. J'ai remarqué des pertes légèrement, oh, très légèrement rosées. J'ai eu un peu peur, mais je n'ai pas paniqué. J'ai expliqué à l'homme que ça n'était sûrement rien, mais que je voulais en avoir le coeur net, et nous sommes partis aux urgences, en posant la Pouillette au passage chez des amis.


A l'arrivée, il n'y avait pas trop de monde. Un généraliste m'a rapidement reçue. Il était sympathique, souriant, il m'a rassurée avant tout examen, me disant que des petites pertes de sang sont fréquentes pendant la grossesse, que ça n'était sans doute rien.

Il m'a fait une échographie externe, et a souri. Il a dit qu'il voyait quelque chose qui remuait, que sans doute tout allait bien. Qu'il appelait le gynéco de garde quand même pour faire une echo pelvienne, pour confirmation.


Ledit gyneco était en train de faire une césarienne. Nous l'avons donc attendu, dans la joie et la bonne humeur. L'homme me taquinait sur mon côté hypocondriaque. Je lui répondait que grâce à moi nous allions voir notre bébé en avant-première, avant l'écho du 3ème mois, prévue pour 3 semaines plus tard. On riait. 


Le gyneco est arrivé. Il avait l'air sympa aussi, quoique plus tendu. Normal après une césa en même temps. Il m'a demandé pourquoi j'avais eu une césarienne pour la Pouillette. Il m'a conseillé pour ce bébé à venir de ne pas manger trop de sucre pour éviter d'avoir un gros bébé qui ne passe pas mon bassin (n'importe quoi, soit dit en passant, la Pouillette n'était pas grosse du tout.). Il a pris la sonde, l'a préparée. Je souriais, j'allais voir mon bébé. Ce bébé tant attendu. On avait bien bossé pour le faire!

 

Il s'est assis à coté de moi, a introduit la sonde. Je déteste vraiment ça, toute intrusion d'un corps étranger en moi, sonde, aiguille, n'importe quoi, je déteste, je suis limite phobique. Mais là j'étais détendue, heureuse.


Il a regardé l'écran. Je ne pense pas que j'oublierais jamais l'expression qui s'est alors inscrite sur son visage.

 

Il s'est pincé les lèvres. Il a froncé les sourcils. Il a du se dire qu'il avait pris la chose trop à la légère. Qu'il avait mal géré. Qu'il s'était trop avancé. Qu'il n'avait pas été prudent. Que son collègue généraliste s'était bien planté.

 

Il a pris un ton neutre et froid, sans doute celui qu'il doit employer dans son métier, pour se protéger.

 

Il a dit "Ah. Je vois une grossesse arrêtée."


Et le monde s'est écroulé autour de moi.

 


 

Laisse moi te dire que j'en ai bavé pour écrire ça. Que je pleure devant mon écran.


 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

Repost 0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 23:00

DSCF7933.JPG

Mais mais mais qu'est-ce qui se passe????

DSCF7934.JPG

C'est rigolo ce machin!

 

On a emmené le Cromignon et la Pouillette dans un joli parc près du Théâtre de l'Etang. Et le Cromignon a testé la balancoire...il a adoré!!!

Pour Anaïs et Maman Poussinou.

 

Repost 0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 23:00

Ah le rose!

 

Il parait que c'est une couleur de fille...

Je n'aime pas trop les catégorisations, mais le fait est que j'aime le rose!

Peut-être que , quand j'étais petite, mes parents soixante-huitards évitaient de m'habiller en rose, et même en fille, et du coup par la suite, j'ai compensé...


DSCF7949-copie-2.JPG

Les chaussons de la Pouillette...

 

Un jour je suis partie, me marier et en voyage de noces. J'ai laissé la Pouillette à une copine chez qui elle s'est éclatée pendant ces quelques jours. Je lui avais préparé une valise, bien sûr. A mon retour, ma copine m'a dit "hum il doit y avoir un truc psy chez toi...toutes les fringues, mais TOUTES! de la Pouillette sont...roses!!!!"


Je ne m'en était pas rendu compte!!!! C'est sûr que je l'ai habillée "en fille", parce qu'enfant j'avais souffert de mon allure garçon manqué et je ne voulais pas que ma fille vive la même chose, toujours en pantalon, sans aucune touche girly. Mais de là à l'habiller toute en rose...et pourtant, c'est ce que j'avais fait!!!


Depuis j'ai un peu compensé heureusement, et s'il reste du rose, on a varié les couleurs!

 

Pour MaCyMa et Sysyinthecity!

Repost 0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 14:35

medecin-osteopathe.jpgJe vais faire ici un petit flash-back dans ma série, dont tu peux lire le début ici.

Je suis quelqu'un qui aime agir. Je ne suis pas patiente. Quand j'ai un problème, j'ai besoin de faire des choses pour le résoudre. Et comme je suis assez control freak aussi, tu comprendras que les soucis de fertilité c'est vraiment pas facile à vivre pour moi. Parce que c'est quelque chose qu'on ne contrôle pas, mais alors pas du tout.


Dans le courant de l'année et demi qui s'est écoulée depuis le début des tentatives bébé, l'homme a tout de même été faire un test, prescrit par ma vieille gygy, pour voir si ses zozos n'étaient pas en cause aussi. Je passe sur le côté monstrueux de la chose qui n'a pas été faite dans un endroit spécialisé, mais au labo d'analyse du coin, dans les toilettes, tout seul, avec les nanas venues faire une analyse d'urine qui attendent en trépignant derrière la porte. Je l'ai récupéré à la petite cuillère, mon homme, après ça.


Verdict: soucis de zozos aussi.


Voyant qu'on était mal barrés, j'ai acheté des bouquins, j'ai fait plein de recherches. J'avais besoin d'agir pour me sentir mieux, pour me dire que le problème serait réglé puisqu'on s'en occupait. J'ai trouvé à boire et à manger, du bon et du très mauvais. Enfin du bon, au final je n'en sais rien, mais des choses qui m'ont semblées sensées.


Et je vais vous livrer ici le fruit de mes intenses recherches, tout ce qu'on a testé.


D'abord il faut savoir que pour certaines personnes, la qualité de vie va influer sur la fertilité, homme ou femme. Évidemment vous avez toujours ceux et celles qui boivent, fument, se droguent, et pondent des marmots comme si de rien n'était.


Mais ce n'est pas notre cas, à l'homme et à moi. Il semblerait que tout ce qui peut être toxique, ou se transformer en toxines dans notre corps, peut contribuer à l'infertilité masculine comme féminine.


Donc voilà ce que nous avons retenu, et expérimenté.


1/ Ce que je pense être efficace. Valable pour homme et pour femme.

- pas d'excitants ou le moins possible (café, thé...)

- pas de tabac, d'alcool, de drogues.

- manger bio. Les pesticides et engrais chimiques ont un impact plus ou moins important sur la fertilité.

- nourriture équilibrée, peu de graisses et de sucres. Favoriser les fruits et légumes frais. engranger le plus de vitamines possibles. Mais pas de régime amaigrissant surtout!

- compléments alimentaires plein de bonnes vitamines, de zinc et d'acide folique. Là tu as le choix: il y en a en comprimé, sinon tu peux essayer des trucs bio: la Maca par exemple, le ginseng, etc...

- du sport mais à petite dose. Du yoga, 1/2h de natation, 15 minutes de course à pied...rien d'intensif, mais il faut se bouger pour éliminer les toxines et permettre au corps de bien fonctionner.

- boire pas mal d'eau, ça aide aussi à éliminer les toxines.

- déstresser. Ça peut paraître facile à dire. A chacun de trouver des moyens d'y arriver: massages, réflexologie, sophrologie...moi j'ai tout fait!

 

2/ Ce qui ne peut pas faire de mal, qui peut marcher sur certains, à tester donc (de toutes façons t'es plus à ça près):

- l'homéopathie. Voir donc un homéopathe pour avoir un traitement adapté à son cas.

- l'acupuncture. J'en ai fait pas mal, et l'homme aussi. Au pire ça déstresse bien, ça détend. Je ressortais des séances un peu schlass...

 

3/ Ce qui est CRUCIAL.

- Déstresser. Ne pas y penser. C'est facile à dire, mais c'est absolument nécessaire. 

- ne pas calculer. L'ovulation c'est à J+14 dans tes rêves. Pour info, j'ai conçu le Cromignon à J+5, donc...calculer c'est vraiment le truc qui bloque.

-faire l'amour, pas la guerre: les rapports avec chéri juste pour concevoir, c'est un peu la loose quand même...

- pour monsieur, il est HYPER IMPORTANT d'aérer tout ça. La machine de fabrication des zozos ne fonctionne pas en surchauffe. Donc: des caleçons et pantalons larges. 


4/ Ce qui, je pense, a été déterminant dans mon cas:

-voir un ostéopathe viscéral. Késako??? me diras-tu. Je te racontes toute l'histoire. Une copine m'a dit qu'une amie à elle n'arrivait pas non plus à faire BB2. Que comme moi, elle avait accouché par césa de BB1. Qu'au bout de 2 ans d'essais infructueux, on lui a conseillé un ostéopathe viscéral.

Il s'agit d'un osthéo, qui a fait quelques années d'études de plus qu'un osthéo qui ne fait que les articulations, et qui manipule aussi les organes. T'inquiète, pas en mettant la main à l'intérieur de toi, mais en faisant des petites pressions sur l'organe en question.


Pourquoi? Alors d'après ce que j'ai lu et ce que l'osthéo que j'ai vu m'a expliqué, lors d'une césa, l'utérus peut se remettre un peu tordu, enfin pas vraiment comme il faut, ce qui ne se voit absolument pas aux echos vu que l'écho regarde l'intérieur de l'organe. Et avec ton utérus tordu, ben tu ne vas pas pouvoir fixer d'embryon.

L'osthéo remet ton utérus en place, comme il te remettrait tes cervicales après un torticolis. J'ai vu l'osthéo, il m'a dit "donnez moi 3 mois". Je l'ai vu deux fois par mois. Hasard, coïncidence? Pile 3 mois après, j'attendais le Cromignon.


- en acupuncture, il y a plusieurs types de gens (désolée pour mes explications vaseuses, je ne suis pas une experte en acupuncture). Moi apparemment j'avais les ovaires qui déconnaient parce que mes reins étaient trop "froids". Il fallait me chauffer les reins, donc. J'avais droit à des aiguilles dans les reins à chaque séance, et à faire chez moi, un coup de sèche-cheveux sur les reins après chaque douche.

Et au salon Marjolaine à Paris, j'ai trouvé un coussin rempli de noyaux de cerises, que tu mets au micro-onde quelques minutes et ensuite ça diffuse une super bonne chaleur pendant un bon moment. Tous les soirs je me calais le coussin dans le creux des reins, c'est super agréable et...deux semaines après j'étais enceinte du Cromignon. Hasard ou coïncidence, ou coup de pouce...Attention apparemment ça ne serait valable que dans un profil comme le mien, à voir avec ton acupuncteur, donc.

 

Après 6 mois de ce traitement, l'homme avait retrouvé un bon niveau de zozos...

 

Voilà un petit tour d'horizon de ce que j'ai pu tester, pendant toute cette longue, longue période...

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

 

Repost 0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:00

Pour diverses raisons, je n'étais pas sortie manger (ou sortie tout court presque...) depuis 18 mois...Alors qu'avant, qu'est ce que je sortais!

Et là, j'ai profité de la venue de ma copine V. pour une bonne semaine pour aller au ciné, et au resto!

J'étais déjà allé bruncher dans ce petit restaurant assez récent à Canet-plage, et j'avais été ravie. Donc comme je ne connais pas grand-chose ici, et qu'à Perpi tout était fermé dimanche soir (...), avec V. on s'est finies à la Planxa. 

J'ai eu peur que le service ne soit long car il y avait foule, mais ça a été très raisonnable. Il faisait doux, on s'est assises en terrasse, face à la mer. Cliché un peu touristique certes, mais très agréable!

Le service est vraiment sympa et sans chichis.

Et on y a très bien mangé!

Spéciale dédicace à la salade de supions à la plancha, avec une petite sauce à tomber...

P1050239.JPG

et j'ai complêtement craqué pour le burger catalan (!!!!) au jambon cru, terrible, une vraie tuerie! Avec de bonnes "vraies" frites!

P1050245.jpg

 

 

C'était pour AnneLaureT et ses Mercredis Gourmands!

 

 

 

 

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 09:08

astuce-liste-de-courses-247.jpgVu que je suis une maman-mamelle, comme tu pourras l'avoir compris si tu me lis de temps en temps, j'aime bien aider celles qui veulent allaiter, parce qu'en 10 mois d'allaitement pour Cromignon, comme tu peux le lire ici, j'ai appris plein de trucs plus qu'utiles que j'aurais bien aimé savoir avant d'avoir des galères, celles que je raconte ici et .


Il faut savoir que le corps médical n'est pas formé en ce qui concerne l'allaitement. Donc ils ne peuvent être utiles que s'ils se sont auto-formé dessus, mais souvent malheureusement ils énoncent des lieux communs sans aucun fondement, du type de ceux que ta grand-mère va te sortir alors qu'elle a allaité 3 jours il y a 45 ans.


Non pour se faire aider, il faut une VRAIE consultante en lactation, que tu peux trouver près de chez toi ou au téléphone en regardant sur le site de la Leache League


En attendant, pour une future maman qui se reconnaîtra parce que son prénom commence par R., j'ai eu envie de dresser l'inventaire du trousseau de la future allaitante avec les produits qui sont selon moi incontournables. Mieux vaut les avoir acheté en avance que de se retrouver dans le pétrin, un dimanche à 22H14.


D'ailleurs je remarque que là aussi il y a une méga lacune: personne ne vous donne la moindre liste de ce qu'il faut avoir pour allaiter, alors que quand on ne l'a jamais fait, eh bien, on n'y connaît rien de rien!


Alors dans le désordre et sans exhaustivité aucune (et ce billet n'est pas sponsorisé!), il m'a fallu:


-un tire-lait manuel Avent. Tu le trouvera ici: Boutique avent entre autres. Il va te servir à vider tes seins qui vont être trop pleins les premiers temps, et crois-moi ça fait mal, et en plus ça peut vite dégénérer en infection. Au début souvent on fabrique trop de lait pour bébé, il faut quelques temps pour que ça se régule. De plus grâce à ce tire-lait tu vas pouvoir tirer du lait que tu pourras conserver dans les petits récipients vendus avec, et conserver ça au congélateur. Ça peut servir au cas où tu dois t'absenter, ou si tu as ensuite une petite baisse de production. J'ai testé plusieurs tire-lait, c'est vraiment le meilleur pour moi, comme tu peux le lire ici.


-De la crème pour les mamelons. Il semble que la meilleure actuellement soit la crème Lansinoh, qui coûte un bras et se trouve en pharmacie. Car tes mamelons vont subir un traitement de choc et peuvent se crevasser, ce qui fait très mal. Donc masse tes mamelons avec cette crème, je dirais un mois avant d'accoucher pour bien les hydrater, et ensuite garde-en à portée de main si tes mamelons deviennent douloureux. Elle a l'avantage de pouvoir être avalée par bébé sans problème, donc elle évite de devoir nettoyer ses seins avant chaque tétée.


-trois TRES BONS soutiens-gorge d'allaitement. La, ça dépend de toi et de ta poitrine. A tester dans les boutiques, donc. Je sais que chez Etam lingerie par exemple il y en a un plutôt joli, qui soutient bien.


- des bouts de sein en silicone. Je n'ai pas testé de marques particulières, j'ai pris ce qu'ils m'ont vendu à la pharmacie. Ultra utile, vital même, en cas de crevasse du mamelon.


-des coquilles d'allaitement Avent. Attention n'achète pas les coquilles d'une autre marque, car beaucoup ne sont pas du tout physiologiques et peuvent te blesser les seins. J'ai testé une marque quelconque vendue en pharmacie, ça m'a fait mal et en plus ça fuyait. Dès que j'ai acheté les Avent mes seins on guéri. Elles sont super bien faites et très confortables, on ne les sent pas.


-des coussinets d'allaitement. Ça permet d'absorber le lit qui coule un peu (ou beaucoup!) en dehors des tétées, le premier mois. A ne pas mettre en cas de crevasse, là il faut les coqquilles!

 


Ce qui précède, c'est vraiment vital à mon avis. En tous cas c'est ce que j'aurais eu beson d'avoir en amont. Maintenant voilà deux ou trois petites choses bien sympa mais pas indispensables:


-de la tisane d'allaitement. Comme tu vas éviter le café et le thé pendant ta période d'allaitement (enfin tu vas en boire juste un peu, et pas en fin de journée, les exitants passent dans le lait...), c'est sympa de trouver une bonne tisane. Si elle favorise la lactation, c'est encore mieux. Je bois celle de la marque Welleda, tu peux en trouver ici: bébé au naturel ou ailleurs. Elle est bonne, enfin moi j'aime bien. Mais tu peux en chercher d'autres si celle-là ne te pleit pas.


-de l'huile de massage pour les seins. Ca permet de les hydrater, d'éviter que les vergetures te rattrapent lors des grosss montées de leit du premier mois, d'éviter les engorgements en massant bien, et de favoriser le bon fonctionnement de la lactation. J'ai également utilisé celle de Welleda, disponible aussi chez bébé au naturel, mais il doit en exister d'autres si tu n'aimes pas celle-là.


 

Voilà, je pense qu'une liste de ce genre devrait être distribuée dans les maternités AVANT les accouchements. Quand je pense que dans beaucoup d'endroits de jeunes mamans repartent sans même savoir ce qu'est un tire-lait...on n'est pas aidées, vraiment...

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Tests et avis
commenter cet article

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog