Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 19:25

Ces derniers temps dans la blogosphère et sur des forums je suis tombé sur plusieurs articles et discussions autour de l'accouchement avec et sans péridurale. Certaines discussions, et surtout le ton de certaines discussions, m'a amené à réfléchir un peu. Pas à mon expérience personnelle (pour une fois je ne me regarde pas le nombril!) mais à une tendance qui prend vraiment del'ampleur.peridurale.jpg

Quand la péridurale a été inventée, c'était une révolution. Que les femmes attendaient. Depuis que l'homme existe. Depuis que l'homme existe les femmes souffrent (et meurent aussi parfois...) pour donner la vie. On peut dire que c'est un grand progrès.

En ce moment il y a un courant "naturaliste" qui consiste à considérer comme positif le fait de s'en passer et d'accoucher "naturellement", et donc comme négatif le fait de réclamer la péri. On admire les femmes qui "ont réussi", qui"ont tenu" et qui n'"ont pas craqué". Du coup celles qui ont choisi d'atténuer la douleur se sente dévalorisées par rapport à ces wonder-parturientes, insensibles à la douleur, fortes et qui ont "pleinement vécu leur accouchement". Il y a des variantes, avec le renouveau de l'accouchement à la maison, etc...

Attention je ne souhaite pas minimiser l'exploit. Mais je ne vois pas en quoi il serait plus admirable de choisir de souffrir que de choisir le contraire. Ce qui est admirable,c'est de donner la vie. Le reste est une question de choix personnel. La plupart du temps aujourd'hui les péri sont bien faites et bien dosées, ce qui permet à la mère de ne pas trop souffrir tout en ayant les sensations de la naissance (j'ai accouché par césarienne avec une péri, je vous garanti que j'ai tout senti alors que franchement j'aurais préféré le contraire! Sentir qu'on vous ouvre le ventre c'est très particulier!). Evidement il y a toujours la possibilité que la péri soit mal faite, mal dosée, c'est possible. Mais c'est de plus en plus rare. Je pense qu'on peut tout à fait vivre pleinement son accouchement avec une péri, ne pas trop souffrir et du coup etre plus dispo pour accueillir son bébé car moins épuisée par les douleurs. Si on voit les choses sous cet angle, il me semble, à moi et à moi seule hein, je ne donne de leçon à personne, que si j'avais le choix, je choisirais de voir si je souffre beaucoup et si c'est le cas, demander la péri. On n'est pas aux J.O.

J'ai lu un témoignage sur un forum, qui m'a bouleversée. C'était une malheureuse primipare () qui disait son angoisse de l'accouchement et qui exposait son choix d'accoucher sans péridurale. Elle était super angoissée, terrorisée par la perspective de souffrir trop et de "craquer" et de demander la péri, ce qu'elle risquait de se reprocher ensuite. Se reprocher! Comment se reprocher de demander à vivre un des évenements les plus marquants de sa vie dans les meilleures conditions possibles? Si pour certaines c'est sans péri, pour d'autres c'est avec! Est-ce qu'on se reproche de prendre un doliprane quand on a la migraine???

Alors je m'interroge sur les motivations de cette pauvre nana qui exposait son malaise sur la toile, et qui ne doit pas être la seule dans ce cas...

C'est un choix personnel, je le répète, qui n'a rien de plus ou moins admirable et qui regarde chacune d'entre nous...

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:27

test.jpgEh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.

 

Certaines femmes arrêtent la contraception et sont enceintes dans la foulée. Ça n'est pas mon cas. Quand nous avons décidé, l'homme et moi, de faire des petits parce qu'on est trop exceptionnels pour laisser notre magnifique patrimoine génétique se perdre (j'rigole hein!), c'était avant même de se marier. C'était pendant l'hiver 2008, vers février je crois. Nous venions de déménager.


Dans la foulée, nous avons décidé de nous marier, je te raconterais ça une autre fois, parce que ça vaut le détour, comme petite histoire de mariage. Programmation du mariage pour octobre, toujours 2008, et débuts d'essais bébé dans la foulée.


J'ai tout de suite su que quelque chose ne tournait pas rond. D'abord mon cycle ne revenait pas. Je suis d'un naturel anxieux, alors j'y pensais tout le temps, ce qui évidement n'aide pas! Au bout de 3 mois sans cycle, j'ai consulté ma gygy, femme charmante mais très old school, au bord de la retraite depuis des années. Elle m'a d'abord prescrit un médoc charmant à prendre chaque jour, qui devait faire revenir mon cycle et régulariser tout ça.


Pourquoi ai-je senti que ça ne suffirait pas? Est-ce que mon corps m'envoyait des messages subliminaux? Toujours est-il que je n'y ai pas cru un instant, à ce cachet.


Mon cycle est effectivement revenu, mais toujours pas de grossesse. Étant très sportive, j'ai appris que la pratique intensive pouvait être un facteur d'infertilité, j'ai ralenti. Et puis j'ai grossi un peu, parce que ça aussi, c'est un facteur.


Ça a pris plusieurs mois tout ça.


Avec l'angoisse qui me tenaillait: et si je n'arrivais plus à avoir d'enfant? Si ma Pouillette, devenue grande maintenant, était la seule? Si l'homme se rendait compte que j'étais infertile, qu'il voulait absolument avoir des enfants, que ferait-il? et si...enfin tout ce qui peut passer la tête quand on a une idée fixe, qu'on est pessimiste, qu'on culpabilise pour tout.


Des mois à scrutter les signaux de mon corps. A faire des tests de grossesse au moindre retard de règle, donc presque tous les mois.


Des mois à pleurer devant les tests négatifs. En refaire au cas où le premier test était mauvais. Ne pas oser boire d'alcool au cas où. Ne pas oser faire de cheval au cas où. Finalement des mois à adopter le comportement d'une femme enceinte, au cas où. Mais sans être enceinte.


Au boutd'un moment, ma gygy a décidé de passer à l'attaque. J'ai eu droit à deux ou trois monitorings d'ovulation, pour voir ce qui se passait là dedans. On a vu que mes ovulations étaient insuffisantes. J'ai du faire des piqûres pour booster tout ça, à jour et heure fixe. Encore quelques mois. A programmer les galipettes aussi. Bon pour ça on s'en est bien sortis, parce qu'on a assaisonné ces contraintes avec une bonne dose d'humour. Mais il faut se rendre à l'évidence: ce genre d'épreuve ne rapproche pas un couple. 


J'entendais dire "n'y pense pas!".


C'est vrai que c'est ce qu'il faut faire, car fixer toute son attention sur son fonctionnement ovarien ne sert qu'à augmenter l'anxiété et dérégler encore plus le mécanisme de la fertilité. Mais c'est drôlement facile à faire quand vous êtes une femme. Un homme peut plus facilement s'en détacher je pense, parce qu'il n'a pas, une fois par mois, du sang qui vient rappeler que ça ne sera pas encore pour cette fois. Mais pour moi, c'était dur. J'avais si peur de réussir et finalement de faire une imprudence qui m'aurait fait tout perdre. Je voulais absolument, si j'étais enceinte, le savoir au plus tôt afin d'adopter un comportement protecteur, ne pas aller courir, ne pas porter de trucs lourds...ne prendre aucun risque.


Au bout d'un an et quelques mois, je me suis rendu à l'évidence. Ma gygy était très bien pour me faire des frottis. Mais pour l'infertilité, il fallait du lourd. J'ai donc pris rendez-vous chez les pontes de la PMA (procréation médicalement assistée). Cependant ces pontes-là sont très demandés, de plus ils sont dans un hôpital public ET parisien, et donc il faut des mois avant d'avoir un rendez-vous. J'ai donc eu un rendez pour 3 mois après.


3 mois de plus à espérer puis à désespérer, à broyer du noir, à faire ressentir mon mal-être à mes proches.


Et puis le jour du rendez-vous arriva.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 10:14

 


jumper.jpg

Alors ce machin n'est pas en vente en France. Je n'en n'avais jamais vu!  J'étais en ligne avec une copine qui vit aux USA, sur Skype, et derrière elle je vois sa petite de 6 mois dans ce truc, en train de sauter et manifestement de s'éclater comme une folle! Je lui demande ce que c'est que ce jouet, et là elle me dit que c'est un Jumperoo, qu'aux USA tous les parents en ont un...Ca m'a tellement semblé génial que je me suis mise en quète de ce jouet extraordinaire pour le Cromignon. En France il n'y en a qu'un en vente, chez Fisher-Price, il a l'air bien moins chouette (pas autant de joujoux qui pendouillent partout!) et coûte autour de 140 euros neuf. On a hésité à en prendre un d'occasion sur le boncoin, mais on n'en n'a pas trouvé pléthore non plus...et sur un site marchand aux USA je vois qu'on peut se le faire expédier en France! Là bas il coûte à peu pres 60 dollars...vive l'euro fort parfois!

PAr contre avec les frais de port ca nous a coûté le même prix que si on avait acheté le fisher price neuf en France...mais ça vaut le coup!!!! Cromignon s'éclate comme un fou là dedans! il saute, chope les jouets, tourne sur lui-même, c'est un vrai bonheur de le voir là dedans! Alors d'après la PMI, attention à ne pas le mettre trop longtemps dedans...pour le développement psychomoteur il parait que c'est pas terrible...maintenant rien que d ele regarder s'amuser on se dit que ca ne peut pas être mauvais!!! A partir de 4/5 mois.

 

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Tests et avis
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 14:43

femme-enceinte.jpgJe suis toujours énervée devant ces deux lieux communs: la grossesse te déforme, l'allaitement rend tes seins moches.

 

De manière générale, je suis toujours énervée devant les a priori, même si bien sûr, j'en ai aussi...ce qui a le don de m'énerver après moi-même quand je m'en rend compte!

Mais je m'égare.

 

Donc il est communément admis que la grossesse va te faire prendre 30 kg, qu'à terme il t'en restera 20, évidement que ça ne t'ira pas du tout (parce qu'on peut tout à fait prendre 30 kg et être belle hein!) et qu'évidement encore tu ne ressembleras plus à rien.

Que tu seras couverte de vergetures. Que tu seras totalement dé-musclée. Que la peau de ton ventre sera toute relâchée. Je ne te parle même pas de tes fesses, et de la cellulite qui t'enveloppera comme un sac de couchage. Adieu, vêtements moulants, petits hauts sexy, féminité et séduction (veaux, vaches, cochons, poulets...). Tu deviendras une MERE et puis c'est tout. 

Si d'aventure tu as la chance de ne pas garder lesdits 20 kg, c'est pour voir tes mignons petits seins (ou fiers et plantureux...) tomber lamentablement, se couvrir également de vergetures et ressembler à des gants de toilette pendouillant après la douche...

Quoique tu peux aussi cumuler les deux! +20 kg ET seins qui pendouillent.

 

Eh bien je dis non!

 

Parce que d'abord chacune fait avec sa nature, sa morphologie, son métabolisme. 

Grossesse ou pas, tu peux être: grosse, maigre, belle, moche, avec ou sans cellulite, avec ou sans vergetures. Avec ou sans jolis seins.

Tu peux être du genre à prendre 1 kg en pensant à un fondant au chocolat, ou du genre à ne rien laisser paraître après une cure pizza-raclette d'une semaine.

Le comportement qu'aura ton corps pendant et après tes grossesses va en dépendre.

 

Chacune réagira différemment. Celle-ci prendra 25 kg et les reperdra avec régime et sport. Celle-là en prendra 10 mais en gardera 5. Celle-ci a une bonne élasticité de peau et ne marquera pas, en plus elle se mettra les bonnes crèmes tout au long de la grossesse (ça aide quand même). Celle-là aura le ventre tout zébré. Celle-ci n'aura aucune marque sur sa poitrine car elle a de la chance (et elle a crémé aussi à fond, ça aide je vous dit!), celle-là aura effectivement les seins marqués.

 

Ensuite il est vrai que la grossesse va ficher un coup à ton corps, il ne faut pas se leurrer. Les athlètes de haut niveau peuvent avoir un enfant et revenir au top, mais elle vont vraiment en ch... pour y arriver. Mais elles vont revenir au top. C'est possible.

 

Évidemment, telles les stars qui hantent nos tabloïds et qui rentrent dans leurs fringues deux semaines après avoir accouché, c'est plus simple quand on est aidé, quand on a de quoi se payer femme de ménage, coach, cuisinier, nounous...et se dégager des contraintes du quotidien.

 

Mais on connaît toutes, ou peut-être même en es-tu une, des nanas toutes simples, qui récupèrent leur corps (à peu près...) après un ou deux ou trois ou plus...enfants. Et allaitements. Elle sont sûrement : de la chance, une bonne nature, certes. Mais c'est la preuve que rien n'est inéluctable, ni même définitif. Pour certaines c'est facile, naturel. Pour d'autres il faut beaucoup d'efforts. Mais c'est possible.

 

Le comportement pendant la grossesse va sans doute beaucoup jouer, même s'il ne fait pas tout. Il est plus facile de retrouver la forme, je pense, quand on a eu une grossesse active, qu'on n'en n'a pas profité pour se goinfrer de tout ce dont on se privait avant, quand on avait des envies de fraises plutôt que de profiteroles. Encore une fois on n'est pas toutes logées à la même enseigne face à sa grossesse.

 

Quant à l'allaitement, c'est un peu la même chose. On a plus de chances de retrouver ses jolis seins d'avant (s'ils étaient jolis, enfin ceux d'avant quoi...) sans trop de dégats si on gère le crèmage, les bons soutiens gorges d'allaitement, etc.

 

Alors quand certains/certaines affirment que la grossesse ou l'allaitement flingue le corps de la femme, ben moi je dis non. Il n'y a pas de fatalité. Pas de généralité.

 

A chacune son histoire.

 

 

Et toi, quelles séquelles gardes-tu de ta/tes grossesse(s)?

 

 

Repost 0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 09:10

Je n'ai pas un bel appareil photo, qui me permettrait de prendre de belles photos.

 

Et puis je ne suis pas très douée pour les "belles" photos.

 

Pourtant j'adore ça. Je photographie tout, tout le temps, j'aimerais avoir un bête d'appareil, pour que ça ressemble un peu à de l'art (un peu...).

 

Mais en attendant je prends des photos avec Cromignon.


Parce qu'après tout, c'est le modèle qui compte, non?DSCF7736.JPG

 

C'est mon Clic-clac pour Cricri!

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Vie des diablotins
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 09:29

J'ai déjà parlé ici des couches lavables que j'utilise, les Bumgénius organics et les V4. J'en suis toujours ravie, et mainteannt je vais expliquer concrètement comment ça se passe, comment faire quand on n'y connaît rien pour débuter avec ces couches. Je vais parler des V4 parce qu'à mon sens elles ont une capacité d'absorption évolutive et meilleure que les organics. De plus elles sèchent très vite ce qui chez moi n'est pas un souci vu que soit il fait chaud soit il y a du vent, donc ça sèche toujours vite, mais sous d'autres latitudes ça doit être pris en compte.


Donc en amont il faut acheter une bonne vingtaine de couches avec leurs deux inserts. Il vaut mieux les acheter d'occasion, on peut les trouver à moitié prix sur le boncoin ou sur ebay. Sinon on peut les acheter neuves, ça reste évidemment très rentable par rapport aux jetables. Une couche neuve avec ses deux inserts coûte une vingtaine d'euros, on peut en trouver d'occasion entre 10 et 15 euros. L'avantage c'est qu'elles peuvent ensuite servir à plusieurs bébés: soit les tiens, soit d'autres, tu pourras aussi les revendre.

 

On doit acheter également des rouleaux de voiles pour couches, ces voiles sont destinés à récupérer les selles. Il y en a de deux sortes, ceux pour selles liquides, donc bébé qui a une alimentation exclusivement liquide, et ceux pour selles solides. Si tu te goures pas de panique, moi j'avais acheté trop de rouleaux pour selles liquides et finalement ça fait 3 mois que je continue à les écouler sur selles solides, ça marche toujours.


Il faut avec ça un seau. N'achète pas la poubelle exprès en vente sur les sites à prix d'or, pas besoin. Un bête seau avec couvercle ou une bête poubelle qui ferme fera bien l'affaire. Perso j'ai acheté un seau avec couvercle 2 euros dans une brocante et c'est très bien.


Ensuite un truc qui n'est pas obligé mais bien pratique quand même, c'est le filet à mettre dans la poubelle. C'est cher neuf, surtout pour ce que c'est, mais franchement c'est pratique. Ça remplace le sac poubelle en fait dans le seau à couche et ça va à la machine avec les couches.


Il faut de l'huile essentielle d'arbre à thé, ou tea tree, qu'on trouve partout maintenant, particulièrement en pharmacie. C'est un puissant antibactérien.


Et je te conseille également d'acheter des lingettes lavables. Ce sont des lingettes en tissus tout doux qui te permettent de nettoyer les fesses quand tu changes les couches uniquement avec de l'eau. Elles me servent aussi à nettoyer le Cromignon après le repas, elles sont très douces et ne nécessitent que de l'eau. Après elles passent à la machine avec les couches.


Il faut de la lessive bio. Les couches doivent toujours être lavées avec de la lessive bio. 


Tu peux acheter tout ceci en une fois sur le site d'eco-bébé par exemple, comme ça tu ne paye pas de frais de port. Mais il y a d'autres sites aussi. Moi, je commande chez eux.


Et te voilà prête à commencer!


Tu peux préparer ton seau à couches: dedans tu mets ton filet à couches et au fond, une lingette lavable sur laquelle tu auras versé quelques gouttes d'huile essentielle de tea tree.


Pour préparer ta première couche, n'oublie pas de l'adapter avec les boutons pression devant à la taille de ton bébé. A 9 mois le Cromignon en est à la taille du milieu.

Ensuite tu glisse un insert dans la poche de la couche, et tu mets un voile récupérateur de selles par dessus. Il y a une bonne vidéo ici qui te montre bien tout ça. 


Et tu mets bébé dedans. Comme ça ferme avec scratchs, tu lui mets la couche comme une jetable, tout pareil. Fastoche hein?


C'est plus gros qu'une jetable, forcément, ça va lui faire un gros derrière, c'est normal! Du coup souvent il va falloir prendre une taille au dessus en body, mais pas forcement non plus, ça dépend du gabarit de bébé.


Ensuite pour la première fois ne lui laisse pas la couche trop longtemps. Les premières fois ça peut lui irriter un peu les fesses, c'est normal, ça l'a fait pendant un jour ou deux au Cromignon, il faut que la peau s'habitue à ce nouveau contact.

Dans ce cas évite les crèmes habituelles qui ont la mauvaise idée d'encrasser les couches et de les rendre moins absorbantes. Achète en pharmacie du liniment oléagineux, c'est tout aussi efficace et le gros flacon coûte entre 5 et 6 euros.

Sinon tu pourras lui laisser ces couches aussi longtemps que les jetables, surtout que tu peux rajouter le deuxième insert avec le premier. Je n'ai jamais de fuites avec ces couches, et je mets systématiquement le deuxième insert depuis que le Cromignon a 7 mois et demi, car maintenant il fait de gros pipis! Par contre pour la nuit je n'y arrive pas, trop de fuites car le Cromignon dort beaucoup. Donc la nuit je lui mets une jetable, mais ça reste un micro budget du coup, un paquet dure des mois. Je sais qu'il existe des couches lavables spéciales nuit mais je ne me suis pas penchée sur la question.

Quand tu enlèves la couche: si le bébé a fait popo, tu jettes le voile aux WC (ou à la poubelle) et tu mets la couche dans le seau. Si le popo a débordé sur la couche, pas de soucis, c'est normal, ça part très bien au lavage. S'il ça a vraiment beaucoup débordé tu peux quand même rincer un peu la couche, mais franchement ça ne m'est arrivé qu'une fois en 9 mois.

 

Si le bébé n'a fait que pipi, tu mets le tout, couche et voile, dans le seau. Eh oui, le voile aussi se lave! C'est tip top économique!

Et tu nettoie le petit cul avec une lingette lavable imprégnée d'eau, éventuellement tu rajoutes du liniment. C'est tout.


Quand le seau est plein de couches, tu mets le filet plein dans la machine, avec lessive bio et quelques gouttes d'huile essentielle de tea tree. Tu peux tout à fait laver les couches à 40 ou 60 avec le reste de ton linge, le tea tree désinfecte super bien. 


Après tu étends les couches en sortant bien les inserts qui ne seraient pas sortis tous seuls au lavage.

Et voilà, il faut une petite semaine pour être totalement dans le mouv', mais ça vaut le coup!

Le tout en photos:

DSCF7909.JPG

Le rouleau de voiles de récupération des selles. Les voiles sont prédécoupés à la bonne taille. Comme du PQ, quoi.


DSCF7910.JPG

Une couche réglée à la taille médiane. Comme tu peux le voir, la taille se règle avec les boutons-pressions. Il y a 3 tailles.


DSCF7911.JPG

Gros plan sur la poche où mettre le ou les inserts.


DSCF7912.JPG

Un insert. Comme tu vois, ils sont aussi réglables à la bonne taille.


DSCF7913.JPG

Le seau à couches! Pas très joli le mien, mais 2 euros quoi!


DSCF7914.JPG

L'intérieur du seau avec quelques couches. Comme ça tu vois le filet.


DSCF7915.JPG

Le flacon d'huile essentielle de tea tree. Ce flacon dure plusieurs mois, je n'en ai racheté que 2 fois en 9 mois.


DSCF7916.JPG

Le flacon de liniment. Il y a d'autres marques mais celui-là est très bien et pas cher. Et en plus il dure vraiment longtemps, pour moi c'est le même depuis le début!

 

Voilà, quand je me suis mise aux couches lavables, je trouvais que ça manquait de conseils vraiment pratiques, d'un plan concret sur ce qu'il fallait acheter, etc. Heureusement que j'ai eu des copines qui m'ont bien tout expliqué!

C'est mon article pour ma copine J. qui va, j'espère, se mettre aux lavables!

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Tests et avis
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 08:38

DSCF7815.JPGLe temps est assez capricieux ici cette année. Difficile de prévoir un truc en vacance. Difficile de s'habiller et d'habiller les enfants.

 

Donc la plage pour le moment on n'y allait que pour se balader, sans trop s'y arrêter.

Et puis on a quand même eu du beau temps cette semaine, et on a fait un petit saut. J'ai pu pour la première fois poser le Cromignon sur le sable. Maintenant il tient très bien assis. 


Ça l'a complètement fasciné! Il prenait le sable, le lâchait, le reprenait, en mangeait un peu (malgré tous mes efforts pour l'empêcher d'en mettre à la bouche!). Je crois qu'il aurait pu rester des heures à jouer avec!


C'était ma participation à Quoi de neuf les Loulous? chez Anaïs et Maman Poussinou.

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Vie des diablotins
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:24

En spéciale dédicace à Foxymama et MaCyMa, la recette de la quiche en question!

 

Il faut:

-un rouleau de pâte brisée. Tu peux aussi faire ta pâte toute seule comme une grande.

-des légumes secs genre lentilles, pois chiches crus, haricots blancs crus...

-300g de fonds d'artichauts cuits. En boite ou surgelés, comme tu veux.

-30g de beurre + beurre pour le moule.

-le jus d'un demi-citron

-1 cuillère à soupe de persil ciselé. Frais c'est meilleur.

-150g de jambon blanc.

-3 oeufs.

-25cl de crème fraîche. Allégée ou pas, ça roule.

-1 pincée de noix de muscade râpée. Pas trop hein, c'est fort!

-100g de parmesan râpé. Il est absolument interdit de remplacer par du gruyère!

-sel et poivre, of course.

Prévoir 20 minutes de préparation et 30 minutes de cuisson.


DSCF7902.JPG

 

 

Alors maintenant c'est tout facile: Tu préchauffes ton four à 200°, tu étales ta pâtes dans un moule à tarte beurré, tu la recouvre de papier d'alu beurré aussi et de légumes secs. Tu mets le tout au four 15 minutes.

 

Tu coupes les fonds d'artichauts en 4. Dans une poêle, tu les fais revenir 5 minutes à feu moyen avec beurre, jus de citron et persil. A la fin tu rajoutes sel et poivre.

 

Tu tailles le jambon en petits bouts.

 

Tu bats les oeufs et la crème fraîche dans un récipient adapté. Ça veut dire pas dans le casque de moto de ton chéri, ni dans le bidet.

Tu rajoutes la muscade et la moitié du parmesan,  un peu de sel et de poivre. Et tu mélanges bien le tout. Hop hop hop, faut mélanger!

 

Tu sors ta pâtes du four parce que logiquement ça fait 15 minutes qu'elle y est. Tu enlèves bien l'alu et les légumes secs, parce que sinon ça va te faire une quiche aux pois chiches crus et je ne suis pas sûre que ça soit bon.

 

Tu mets sur le fond de pâte les bouts de jambon et les artichauts. Par dessus tout ça, tu verses la préparation aux oeufs et à la crème.

 

Tu saupoudres le tout avec le reste du parmesan.

 

Et tu mets ta quiche au four 30 minutes!

 

Franchement c'est la quiche préférée de l'homme, je l'aime beaucoup aussi.

 

Comme tu sais que je n'ai pas de four en ce moment, je t'ai mis une vieille photo de la recette original que j'ai un peu améliorée au fil du temps. J'ai pas réussi à désactiver le flash de ce #@&"§!ù£* appareil photo donc tu vois le reflet sur la photo. C'est nul mais c'est tout ce que j'ai réussi à faire!

 

Et voilà ma participation aux Mercredis Gourmands chez AnneLaureT !

 

 

 

 

 

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 09:43

Donc comme tu l'as compris, j'ai eu un démarrage difficile pour allaiter Cromignon, mais ensuite tout allait bien. Un Cromignon qui grossissait vraiment beaucoup, tellement qu'à la PMI ils ne voulaient pas me croire quand je disais ne pas lui donner de complément. Eh non pas du tout. Idée reçue fausse numéro 1: un bébé au sein grossit moins qu'un bébé au bib. Idée reçue numéro 2: les petits seins font moins de lait. 

 

6 mois d'allaitement exclusif, comme recommandé par l'OMS, et moi toute fière d'y être arrivée malgré la fatigue et les difficultés du début, car j'y tenait vraiment beaucoup.

 

Mon mamelon gauche, celui qui avait été très amoché par les crevasses et avait mis 2 mois à cicatriser restait plus sensible que le droit, mais tout allait bien.

Et puis un jour sur ledit mamelon, je remarque une petite, toute petite boule blanche. Comme un petit bouton blanc ou une cloque. En vraiment petit. 

Comme ça n'était pas douloureux, je n'y ai pas trop prêté attention.

Et puis au fil des jours, ça a commencé à grossir. A durcir. Et à être douloureux.

 

J'ai cherché sur le net ce que ça pouvait être et j'ai trouvé que j'avais un canal bouché, et que du coup le lait ne s'en écoulait plus et faisait cette petite cloque.

J'ai donc appelé ma super consultante LLL, écrit à Adèle l'autre super consultante. Verdict: il n'y a qu'une seule solution. Percer la cloque avec une aiguille désinfectée à mort et vider le canal, soit en appuyant dessus, soit en faisant téter le Cromignon.

mamelon.jpgCa m'a vraiment paniquée. Je n'avais pas du tout le cran (croyais-je) de me percer le mamelon avec une aiguille! J'ai appelé ma généraliste, une nana très sympa mais qui m'a dit ne vraiment rien pouvoir pour moi parce qu'elle ne savait pas quoi faire. J'ai appelé mon gygy, me disant qu'il s'y connaîtrait un peu, mais pas de rendez vous avant 3 semaines. Adèle m'a conseillé d'appeler un dermato, j'en ai appelé 4, pas de rendez-vous avant plusieurs semaines non plus.

 

Je me suis dit que ça allait bien finir par passer seul. Et j'ai attendu. Quelques jours de plus. La douleur n'était rien par rapport à ce que j'avais enduré le premier mois, c'était surtout gênant, mais j'avais peur que ça ne dégénère ensuite en infection ou autre truc sympa. J'ai ressorti mes coquilles d'allaitement rangées depuis des mois, pour atténuer la gène liée au frottement avec mes vêtements. J'ai cherché, cherché, une autre solution, ou quelqu'un pour m'aider. Rien. Ni personne.

 

Alors j'ai pris tout le courage dont je dispose, et franchement laisse-moi te dire que je ne suis pas une warrior de la douleur, donc je n'en n'ai pas beaucoup.

J'ai pris une aiguille à coudre, la plus fine que j'ai. Je l'ai désinfectée, avec de l'alcool à 70 (t'en trouve encore toi, à 90?), et chauffée à blanc, et re-alcool.

Et j'y suis allée. Tout doucement au début, puis voyant que ça ne donnait rien, plus franchement. Rien à faire, la petite boule était toute dure, je n'arrivais pas à la percer. J'ai tout au mieux réussi à amocher la peau autour et à faire un peu saigner.

 

Et alors j'ai paniqué. J'avais fait ce qu'il fallait, la seule chose à faire, et ça ne marchait pas. J'ai rappelé la consultante LLL près de chez moi, mais elle m'a dit que là elle ne pouvait rien, que le lait était calcifié et que si je n'y arrivait pas seule, ça serait une solution opératoire.

 

Mais ça n'est pas hallucinant qu'il n'y ait personne pour te donner un coup de main dans ces cas-là? Car c'est un tout petit truc, c'est tout bénin! C'est pas compliqué l'allaitement, mais quand il y a certains petits soucis, il n'y a vraiment nulle part où s'adresser!

Ca tient aussi beaucoup au fait que je vive maintenant un peu loin de tout, car à Paris je suis sûre que j'aurais trouvé de l'aide, ne serais-ce qu'une autre consultante LLL plus à même peut-être de me faire ce petit geste. A Paris ou ailleurs, mais quelque part ou j'aurais eu plus d'interlocuteurs.

 

J'ai décidé que non, je n'irais pas me faire opérer ma boule blanche, entendre qu'il fallait que j'arrete d'allaiter, et que j'allais y arriver.

 

J'ai laissé cicatriser, et j'y suis retournée. Avec cette fois une aiguille d'acupuncture donnée par ma kiné qui fait aussi de l'acupuncture.

 

Et laisse moi te dire que ce fut un peu Dexter sur mon mamelon. Je te passe les détails.

 

A la fin je ne pouvais plus voir si la boule était toujours là, j'étais désespérée car j'avais l'impression de n'y être toujours pas arrivée. J'avais lu qu'en cas de succès on ressent un soulagement immédiat, ce ne fut pas le cas. J'en ai pleuré. J'ai imaginé le pire, devoir arrêter d'allaiter. Pour moi c'est le pire.

 

Et j'ai fait téter Cromignon. Ca ne faisait pas très mal, contrairement à ce que j'aurais pu penser, c'était très supportable, surtout vu la gueule qu'il avait, ledit mamelon (pardon pour gueule mais là c'est vraiment le mot!). Et j'ai laissé cicatriser. 

 

Deux jours après, Cromignon tétait. Il s'est étranglé en buvant, une fois, deux fois. Je n'ai pas tilté même si ça arrive rarement.

Et ensuite j'ai vu que...la boule avait disparu! J'avais réussi! Cromignon avait réussi! Comme le lait était calcifié, ça devait être dur et il s'était étranglé en avalant!

Depuis, tout va bien de nouveau...

Promis la prochaine fois j'écris un billet sur le bonheur, enfin sur mon bonheur d'allaiter!

 

 

Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 13:09

Je hais déménager. Attention quand c'est moi qui déménage, sinon j'aime beaucoup aider les copains/copines, je suis championne du porter de carton toutes catégories, c'est moi qui conduit le camion, j'adore ça! J'ai dû rater ma vocation de routier! Mais quand il s'agit de moi, je déteste.

D'abord, c'est épuisant. Il faut tout préparer, empaqueter, démonter, pendant des semaines en avance, ce qui t'empêche d'avoir d'autres activités et toute vie sociale. Pendant des semaines tu manges des trucs tous prêts parce que t'as encartonné tes casseroles.

Ensuite il faut trouver des copains sympa qui vont t'éviter de payer les déménageurs une fortune, et le jour J il ne faut pas de couac dans l'organisation. Et ensuite...faut tout remonter, déballer, agencer. Le tout dans un bordel sans nom et des litres de poussière.

Tout ceci est très anxiogène pour moi.

L'an dernier nous avons fait THE déménagement. Paris-Perpignan. quasi 900 bornes. avec donc des données très précises:

- nous ne savions pas avant fin juin où nous allions être en poste, et nous devions être au plus tard le 1er septembre sur place pour reprendre le travail. Ça fait 2 mois pour: trouver un appart, sur le net sur photo (crainte de la mauvaise surprise à l'arrivée...), rendre l'appart parisien, déménager.

- vu le kilométrage, pas moyen de faire des aller-retours. Un seul voyage. 

-donc: tout l'appart doit tenir dans le camion. qui sera le plus grand que l'on puisse conduire avec un permis voiture, l'homme n'ayant que ce permis là!

-donc: il va falloir dégager du meuble. Ventes dès le mois de mars sur le boncoin.

-donc: à l'arrivée il va falloir trouver du monde pour aider l'homme à décharger tout ça. Au départ on a des copains, mais à l'arrivée...

-last paramètre, BUT NOT LEAST: enceinte jusqu'au yeux, je suis censée accoucher le 4 août. Je tiens absolument à accoucher dans ma maternité, où j'ai été suivie. Je ne vais pas me pointer aux urgences dans un hôpital inconnu le DDay.

Compte tenu des données du problèmes, j'ai juste envie de me recoucher plutôt que de faire des cartons. Ah oui, étant donné que j'ai passé 8 mois allongée en attendant le Cromignon, ben les cartons, j'ai rien fait.

En juillet nous avons trouvé un appart, pris virtuellement. On a eu de la chance il était conforme à la description et aux photos. Par contre ce qui n'était pas stipulé c'est que les murs sont en papier mâché. J'entends mon voisin ronfler la nuit. Sans rire!!!

Et le déménagement s'est finalement fait en 2 fois. Premier départ en juillet pour aller entreposer notre bordel chez des amis adorables qui nous avaient laissé leur maison pendant leurs vacances. Donc ce jour là, je devais serrer les fesses et ne pas accoucher, l'homme étant indisponible. Ce fut somme toute simple et rapide: plein de copains pour aider, les cartons à mettre en vrac dans leur garage. Ca a pris 4h, et voilà.

Et ensuite, nous avons attendu Cromignon. Qui a traîné si bien que le 4 août, jour du terme, on a du aller le chercher en me faisant une césarienne. Ce qui n'a pas simplifié les choses, en me rendant indisponible pour tout effort physique pendant deux mois, et m'affaiblissant considérablement pour la suite des opérations.

5 jours après, je sortais de la mater et m'installais avec Cromignon chez lesdits adorables copains. Mes beaux-parents étaient venus préter main-forte, car l'homme allait me laisser avec Cromignon, Pouillette et le lapin pour se farcir les 900 bornes, seul dans son camion. Ce qu'il a fait 3 jours après notre sortie.

Comme les copains étaient quasi tous en vacance en août, on a payé les grands fils de deux copines pour venir aider l'homme à charger le camion définitif. Et il est parti. Heureusement, s'il a fait le voyage seul dans son camion rempli tellement à ras bord qu'il pouvait à peine accéder au levier de vitesse, ma super sister et son fiancé on pris la voiture (ben oui parce qu'on a une voiture aussi!) et son venus lui prêter main-forte pour le déchargement, ainsi qu'un super copain. Merci les gars (je dis les gars parce que ma soeur, c'est un bonhomme pour le coup!).

Et je suis restée avec ma cicatrice, mes seins douloureux (cf ici), mon Cromignon d'une semaine, ma Pouillette, le lapin et mes beaux-parents.

Et j'ai trouvé ça dur. D'être sans mon homme, d'être inquiète pour lui arce que c'est tout de même drôlement crevant tout ça. D'être avec ma douleur aux seins sans pouvoir lui parler. D'être démunie parfois avec Cromignon. Je voulais me reposer 2 semaines, lui laisser le temps d'installer un peu le nouvel appart. Mais je voulais le rejoindre. Alors 4 jours plus tard, j'ai pris le train.

Il faut visualiser la chose.

J'avais deux ENORMES valises. Plus deux ou trois petits sacs supplémentares. Le Cromignon en écharpe JPMBB. La Pouillette qui me fut d'une aide plus que précieuse. Et, dans sa minuscule cage de transport, l'inévitable lapin. Qu'il fallait abreuver et câliner régulièrement pour s'assurer qu'il n'arrive pas tout crevé, pauv'bête, c'est fragile ces machins.

J'ai pensé qu'il allait me manquer: des bras, de la force, des porteurs, du sommeil, des anti-douleur.

Demenagement-transport.jpgPour aller jusqu'à la gare nous partîmes une belle bande d'éclopés, à 3 adultes. Moi donc dans l'état que tu peux imaginer, avec en prime de la fièvre due à mon infection aux seins. Ma belle-mère de très bonne volonté mais ne pouvant pas soulever les valises vu qu'elle souffre du dos. Ma super copine J. qui nous a accompagnées en voiture mais qui ne peut pas soulever non plus vu qu'elle est enceinte.

Belle brochette!!!! Dans le genre bras cassés c'était charmant!

Comme mes valises roulent, le soucis consistait surtout à les monter dans le train. Je comptais alors sur la solidarité humaine en me disant qu'il était moralement impensable de nous voir arriver sans se ruer sur nous à l'entrée du train pour me porter les valises (lourdes comme un âne mort tu t'en doutes...) et les installer dans le compartiment. Quiconque n'aurait pas eu ce geste naturel se serait senti voué pour l'éternité aux flammes de l'enfer, non? Eh bien non.

Gare de Lyon, Paris.

Après s'être gourées de quai, avoir marché (cavalé) partout, je sens que j'ai la tete qui tourne.  Ah oui j'avais oublié, il y a 10 jours j'étais sur le billard, le bide ouvert. Normal donc, faudrait que je puisse m'asseoir. Et poser un peu Cromignon.

On arrive devant mon wagon qui évidement était le dernier au bout du quai. Loi de Murphy, quand tu nous tiens, tu nous tiens bien!

Je suis juste épuisée. Le contrôleur est une contrôleuse. Qui me dit que ça n'est pas son taf de m'aider avec les valises. OK, sympa. Dans le wagon, eh bien...personne!!!!!! Ce sont ces wagons à étage, où l'on ne voit pas l'intérieur!

Finalement c'est super J., enceinte, qui a porté les valises. J'ai failli tomber de trouille qu'elle n'ait un problème à cause de ça, mais elle n'a rien voulu entendre...et aujourd'hui sa petite va très bien, ouf! Elle ne m'a même pas aissé le temps de m'interposer en fait, sinon je l'en aurais empêchée je pense.

Et nous voici dans le TGV, en première parce que là c'était vraiment nécessaire. 5h de train, ça n'est si long finalement, avec un Cromignon qui dort et tête, et une super Pouillette qui gère le lapinou.

Et arrivés sur place...ah un appart plein de cartons, de poussière, tout est crade, et l'eau chaude dont j'ai besoin pour dégorger mes seins malades ne marche pas...vision d'horreur, j'ai failli repartir!!

Je pense tout de même que ce rocambolesque voyage n'est pas étranger aux longs mois qu'il m'a fallu pour récupérer après mon accouchement...

Quand je pense qu'on va remettre ça dans deux mois, j'ai juste envie d'émigrer au Kamachatka...

 

 

 

 

Repost 0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog