Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 01:44

tolerance.jpgJe ne suis pas tolérante à la base. J'ai grandi auprès d'une mère qui était persuadée d'avoir raison, quel que soit le sujet, envers et contre tout et tous. Je crois que son attitude traduisant en fait une volonté d'être meilleure que les autres, d'être meilleure par rapport aux autres. Peut-être un vieux complexe d'infériorité/supériorité, enfin je ne sais pas...


Je n'ai jamais entendu mes parents dire du bien de quelqu'un, fut-ce un ami très proche, fut-ce un membre de notre famille. Quelqu'un avec qui ils s'entendaient bien, qu'ils voyaient régulièrement. Absolument personne, jamais.

Dès que les gens n'étaient pas là, ça n'était que critiques. Que eux ne feraient pas comme ça. Que ces gens étaient dans le faux, et qu'en plus c'était leur faute, qu'ils étaient idiots, pensaient à l'envers, ne faisaient pas d'efforts.


Ça pouvait aller de ces amis qui travaillent beaucoup et qui sont obligés de laisser leurs enfants à la garderie matinale ET à l'étude: "si on ne peut pas s'occuper de ses enfants, eh bien, on n'en fait pas!"; à cette amie proche de ma mère qui ne s'en sortait pas avec ses finances et que ma mère essayait d'aider à tenir ses comptes: "elle ne s'en sort pas, je ne comprend pas pourquoi! Elle ne fait pas d'efforts!". A cette amie proche, en plein divorce, qui peine à garder la tête hors de l'eau et à s'occuper au mieux de ses deux enfants dans cette période difficile: "elle fait n'importe quoi. Elle sort tout le temps, elle ne gère pas ses enfants."

 

Le truc c'est que personne ne s'en rendait compte, car ils étaient, auprès de tous, à l'écoute, disponibles, de bons conseils, aidant. Mais chaque fois que quelqu'un les appelait pour un coup de main, ils se vengeaient ensuite en privé, et s'ils avaient apporté de l'aide, ça n'était que pour se sentir supérieurs, et meilleurs que les autres.

 

Jusqu'à récemment j'ai cru que c'était normal. Que c'était comme ça qu'il fallait vivre. Je pensais toujours m'en sortir mieux que tout le monde, avoir raison. Je pensais que mes opinions avaient force de loi. Qu'elles étaient les meilleures, pour moi et pour les autres. A ma manière, et sans aucune connotation religieuse, j'étais intégriste, car je pensais détenir LA vérité.


Je m'en veux aujourd'hui. Je n'ai fait de mal à personne, je pense, mais j'ai eu beaucoup de pensées et de paroles négatives sur mes amis, mes proches, ceux que j'aime. Et aussi sur les autres, qui ne m'ont pourtant rien fait. Je sais que ça n'est pas ma faute, que j'ai été élevée ainsi. Mais je m'en veux de ne pas avoir eu l'esprit plus critique par rapport à ce que mes parents m'ont montré. Je m'en veux de ne pas avoir réagi plus tôt.

Ce qui m'a ouvert les yeux, c'est d'avoir moi-même fait les frais de l'intolérance. Quand mes parents m'ont prise pour cible, ils ne l'ont pas fait que dans mon dos.


J'ai, toute ma vie jusqu'à mes 28 ans, mené ma vie pour complaire à mes parents. Je m'évertuais à être le plus possible dans les cases qu'ils souhaitaient pour moi. Je m'efforçais de m'arranger pour qu'ils soient fiers de moi, pour leur faire plaisir. Ça n'était pas conscient, je m'en suis rendue compte après coup. Mais quoi que je fasse, ça n'était jamais bien, jamais ce qu'il fallait. Forcément, je n'avais jamais entendu la moindre phrase positive sortir de leurs bouches pour qualifier qui que ce soit, même moi. C'est leur système de fonctionnement, et ça n'allait pas changer pour mes beaux yeux. C'est comme si reconnaître de la valeur à quelqu'un leur en aurait enlevé...


A mes 28 ans, j'ai dû, contrainte et forcée, changer de voie. Ça n'était pas mon choix. Je n'avais jamais rien vécu de très douloureux, à part le deuil de mes grands-parents. Je n'avais jamais eu de choix cornélien à faire. Ma vie jusque là avait coulé toute seule. Et puis j'ai dû trancher, choisir. Pour moi-même, et aussi pour la Pouillette. J'ai dû gérer sa peine et la mienne. Je n'ai pas toujours été à la hauteur. J'ai parfois été débordée par ma propre peine, trop pour être une bonne mère pour ma fille. Mais j'ai fait de mon mieux, et j'ai délégué quand je ne pouvais plus. J'ai tenté de la préserver le plus possible, même si je n'ai pas suffisamment réussi. Je suis une faible, j'ai du mal dans l'adversité.


Ma mère n'a pas approuvé ce changement de vie, et n'a pas supporté que je devienne mère célibataire. Elle a pensé que je n'assumerais pas, que je délaisserais ma Pouillette. Que je ne serais plus digne de l'élever, plus capable. Dans cette épreuve de la vie, ils ont été assez cruels pour me juger, m'engueuler comme si j'étais une petite fille, me dénigrer, parler de moi en mal à ma fille.  Ils ne m'ont pas aidée, ils ont tenté de m'enfoncer. J'avais suffisamment été à leurs côtés pour imaginer ce qu'ils pouvaient dire de moi. Le ton acerbe que ma mère utilisait pour juger les gens, pour montrer à quel point ils étaient nuls, et à quelle point elle était clairvoyante.


Bon, je te raconte ma vie, là, mais c'est pour illustrer!


Et alors la lumière s'est faite dans mon esprit. Ils me jugeaient mal, comme ils jugeaient mal le reste du monde. Sauf qu'au reste du monde finalement ils n'ont fait aucun mal, mais ils ont du se venger sur moi, sûrement.


Je ne veux pas être comme eux. Je ne le voulais plus. 


Je ne suis personne pour me permettre de dire aux autres ce qui est bien pour eux. J'ai déjà assez de mal à trouver ce qui est bien pour moi. D'ailleurs, qui peut se le permettre?

La tolérance, d'abord c'est comprendre qu'il n'y a pas une bonne manière de vivre sa vie. Il y en a plein.


Personne n'a qu'une seule facette. Certains aspects de ma personne, de mon comportement, te plairont peut-être, et d'autres non. Les gens, il faut les prendre comme ils sont, car tu ne les changeras pas, ou ne pas les prendre du tout. Partant de là, les critiquer est inutile. Surtout si c'est parce qu'ils ne font pas les choses comme toi, parce qu'au final, personne ne fait les choses comme toi.


Il vaut mieux s'occuper de vivre sa vie selon ses principes, et laisser les autres avec leurs principes.


La tolérance, ensuite, c'est très reposant. Quelle paix dans mon coeur depuis que je ne cherche plus à voir ce qui cloche chez les autres! Depuis que je m'occupe de chez moi et plus de chez le voisin! Quelle tranquillité! Franchement, passer son temps à se dire que machin ne vit pas comme il faut, et ne pas lui dire en prime, c'est hyper agaçant. Quelle fatigue mentale! Quelle aigreur dans le caractère! De quoi se faire mal à l'estomac.


Aujourd'hui, je ne suis évidement pas parfaite. Mais quand quelque chose me tiens à coeur, j'ai envie de le partager, plutôt que de médire en ronchonnant, aigrie dans mon coin, sur ceux qui font différemment. J'ai envie d'expliquer les raisons qui m'ont amené à choisir cette voie plutôt qu'une autre, pour peut-être convaincre, mais si ça n'est pas le cas, tant pis! chacun ses choix. 


Et à ceux qui jugent et critiquent, je dirais juste que c'est fatiguant, et c'est du temps et de l'énergie perdue. Mais s'ils en ont pour ça, grand bien leur fasse. Je leur conseillerais juste d'essayer au mieux de considérer qu'ils ne détiennent pas LA vérité, parce qu'elle n'existe pas. Au pire, de s'en foutre, de comment les autres agissent.


Maintenant je cultive mon jardin. 

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 01:34

Et ça n'est pas peu dire. Outrée, énervée à l'extrême, scandalisée!


J'ai récemment cherché un soutien-gorge d'allaitement une taille en dessous de ceux que j'ai, car à plus de dix mois d'allaitement, ma poitrine a dégonflé. En centre-ville, rien. Pas un magasin n'en vendait. J'ai donc passé commande sur un site sympa, qui m'a livré très rapidement, et qui avait eu la gentillesse d'inclure à son envoi un magazine que je pensais chouette, "Neuf mois". Le numéro de juin.


Bon, ça ne me concerne pas vraiment en ce moment, je ne suis pas enceinte, mais je l'ai feuilleté, il est bien agréable, ce magazine, non?


Eh bien non!!! Pas du tout, mais alors pas du tout!


Page 100 de ce magazine, je tombe sur un article traitant de l'après grossesse, et notamment du baby blues.

DSCF8084.JPGIl y a un témoignage d'une maman nommée Emilie. Dans ce témoignage, elle raconte son baby-blues qui a duré 3 semaines. Elle dit avoir eu des problèmes pour allaiter sa fille, n'avoir pas eu sa montée de lait à la sortie de la maternité, ce qui la déprimait beaucoup. Du coup, "conseillée" (!!!!!!!) et soutenue (re !!!!!!!) par son médecin traitant et les puéricultrices de la PMI, elle a arrêté d'allaiter et (je vais citer parce que c'est vraiment à lire un truc pareil!) "une fois le biberon instauré, j'ai enfin pu me reposer (...) et j'ai pu profiter à fond de mon bébé".

 

Euuuhhhh! Je hurle intérieurement!!!!


D'abord par rapport à ce témoignage: cette pauvre maman désirant allaiter est sortie de la mater sans avoir eu sa montée de lait (et sans avoir eu de conseil non plus là-dessus apparemment!): c'est où cette maternité de....???? En maternité on est censé se faire aider aussi pour allaiter, non? Ils n'ont pas de conseillère en lactation? Personne ne lui a donné les coordonnées de l'une d'entre elle? Un site Internet où elle aurait pu en trouver une? L'adresse du forum de la Leache League pour avoir des conseillères en ligne, et d'autres mamans?


Ensuite, toujours sur le témoignage: c'est quoi ce médecin traitant de ...???? Depuis quand les médecins s'y connaissent en allaitement, d'ailleurs??? Je rappelle qu'au cours du cursus de médecine en France il n'y a aucun cours sur l'allaitement, car ce n'est pas une maladie. Donc les médecins, à la base, ne s'y connaissent pas du tout! Par contre celui-là qui est médecin, c'est son devoir d'aider cette maman à allaiter, et se renseigner, ou l'aiguiller convenablement, parce que "passez au bib vous n'aurez plus de problèmes", il n'y a pas besoin d'avoir bac+7 pour le dire!!!!


C'est quoi cette puéricultrice de PMI???? Depuis quand elles disent d'arrêter d'allaiter??? Pour la petite histoire que je raconte ici, quand j'ai eu des problèmes d'allaitement, c'est une puéricultrice de la PMI qui m'a encore plus enfoncée et qui a m'a provoqué, avec un conseil totalement dénué de connaissances derrière, une infection aux seins. Donc là c'est pareil, on pourrait croire qu'elles s'y connaissent, mais que dalle!!! De plus, sous couvert de leur profession, certaines donnent des conseils qui n'ont pas plus de valeur que ceux de votre poissonnier (et peut-être même moins...), auxquels on crois parce qu'on les pense compétentes en la matière, ce qui est faux.


Alors attention: je ne dis pas que TOUS les médecins et TOUTES les gens qui bossent en PMI sont incompétents en matière d'allaitement. Si tu as de la chance, tu vas tomber sur des personnes qui se sont autoformées parce que ça les intéresse, et qui seront de bon conseil.

Mais ça, c'est si tu as de la chance. Mieux vaut s'adresser à des spécialistes, des vraies, des consultantes en lactation (dont certaines ont sauvé mon allaitement).


Ensuite je hurle par rapport à ce magazine!!! Comment il s'appelle? "Neuf mois"? C'est pas pour les futures et jeunes mamans ce truc? C'est pas sensé les aider, les aiguiller, leur donner de bons conseils? Leur dire où s'adresser en cas de souci? Publier des témoignages CONSTRUCTIFS? 


Parce que là, c'est simple, ils font un lien entre baby-blues et allaitement, rien que ça! La nana raconte comment tout a été mieux en sevrant son bébé (de 3 semaines en prime...au secours...enfin...je n'ai rien à conseiller à personne mais je rappelle que l'OMS, elle, conseille un allaitement maternel exclusif au minimum deux mois...moi j'dis ça j'dis rien...)

Et s'ils veulent publier un témoignage faisant ce lien, parce que ça n'engage que la maman qui témoigne, ils devraient au moins inscrire un démenti en NDLR! Des explications, des conseils! Parce que l'allaitement ne cause pas le baby blues, enfin! Et le passage au bib ne le stoppe pas! Sinon ça fait 10 mois et demi que je suis en baby blues! 

 

Je suis une maman allaitante et heureuse de l'être. Si tu as fait le choix de pas allaiter, c'est ton affaire, je ne me permets pas de te dire ce que tu as à faire, chacun sa vie. On peut être copines, c'est pas comme si tu votais FN. Oui, parce qu'il y a un quart des votant de cette année qui ne seront pas mes copains, ça c'est sûr!

Mais ce qui m'offusque là, c'est la désinformation. Pour choisir d'allaiter ou non, il faut avoir les cartes en main. Être bien informée, conseillée. Savoir à qui s'adresser en cas de soucis. Ce magazine qui est censé informer les jeunes mamans, c'est comme le médecin qui te dit "vous avez des crevasses? Passez au biberon!", c'est utiliser la confiance que donne son statut pour faire de la désinformation et entretenir de fausses idées reçue (voire en créer de nouvelles!).

Et c'est juste scandaleux.

 

Alors "Neuf mois", c'est sûr, je ne te lirais pas!

 

Repost 0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 12:22

Lundi: Toujours à la recherche de petits biscuits genre boudoirs pour bébé sans gluten, je pars avec le Cromignon écumer les quelques supermarchés que je n'ai pas encore fait. Chez Leclerc, rien.

Je file dans un supermarché bio, et rien non plus. Par contre, ils ont des petites baguettes de pain sans gluten (enfin, du pain...c'est pas du pain du coup, mais bon...). Bingo, je prends! Et une fois rentrés à la maison, je teste, enfin le Cromignon teste. Verdict: super! Il adore, et le pain est très mou, pas de risque qu'il s'étrangle. Du coup il est resté une demi heure à manger son bout de pain, comme les autres bébés de son âge, et ça fait plaisir! Bémol: il est hors de prix, ce pain. Et je recherche toujours activement des biscuits bébé sans gluten...J'ai trouvé des boudoirs sans gluten mais pas pour bébé, et c'est vraiment encore trop dur pour lui. Si tu sais où je peux en trouver...

 

Mardi: ah, chouette journée! Ma Pouillette n'a pas école, je l'emmène déjeuner dehors! Un petit snack sain et agréable, au soleil, dans le centre de Perpi. Au menu: wrap pour moi, salade pour elle, le tout arrosé de smoothies, tout ce que j'aime! Ensuite après-midi papotage chez ma copine Family5, pour finir en beauté à déguster une glace avec le Cromignon arrivé en renfort sur la plage!

 

Mercredi: Ah, quelle chouette après-midi! rendez-vous avec un super groupe de mamans DSCF8096.JPGporteuses dans le jardin du château Pam's à Prades. Avec le Cromignon, on a passé un super moment et rencontré des mamans adorables, avec leurs beaux enfants! J'ai amélioré grâce à Milène mon portage dos en BBtai, pour le plus grand bonheur du Cromignon, qui s'y est endormi direct! Réunion autour de boissons, gâteaux, fruits...Ah ce genre de moment, ça rebooste pour un moment! J'ai juste hâte de remettre ça!DSCF8108.JPG

 

je-suis-cathare.jpgJeudi: Aller à la bibliothèque, avec un beau grand soleil et une grosse chaleur, le Cromignon et la Pouillette, c'est cool. Surtout que dans la bibli il y a la clim, ça fait du bien! J'ai rendu mes BD, j'en ai repris 8, comme à chaque fois...je vais bientôt avoir épuisé leur stock...

 

Vendredi: trouver une chouette idée de cadeau d'anniv' pour une copine que j'espère convertir au portage, c'est cool! J'espère qu'elle appréciera...

 

Samedi: Plage pour la Pouillette et l'homme, repos pour le Cromignon et moi...il fait chaud...

 

Dimanche: Ah le matin, se réveiller, prendre son citron chaud sur le balcon, à 10h du mat', il fait déjà plus de 26°...parfois je comprends pourquoi on est venus vivre ici.

 

Voilà pour ces petits bonheurs de la semaine, pour Maman Bavarde!    

 

 

 

 

Repost 0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 06:02

 

Dur de le définir, parce qu'un week-end c'est deux jours, et deux jours, pour moi, c'est trop peu pour y faire tenir mes rêves...


Je vais donc en raconter juste un!


En deux jours, je vais te montrer l'immensité de mon imagination fertile , et tu vas voir, je vais repousser les 48h imparties au max de leurs limites! 


Je vais inventer un week-end cumulant super truc avec les enfants (sages), rando en montagne (mon méga kiff), super soirée entre amis avec bonne bouffe, massage et spa! Sisisi je te dis!


Le vendredi soir...ma maison est nickel. Évidemment, car j'ai une femme de ménage, donc c'est tout le temps parfait. J'ai tout préparé. Les sacs sont prêts, avec les repas, les tenues, tout est ok, et ça ne dépasse pas. J'ai prévu deux petits billets sympa programmés pour mon blog. On est équipés. On prend la route, direction le refuge des Cortalets, au pied du Canigou. On va le faire, avec les enfants, cette fois (parce que l'homme et moi, le Canigou, on le connaît bien, c'est notre copain...). La nuit se déroule à merveille (ce qui est donc un doux rêve, parce que dormir dans ce refuge de montagne, déjà sans enfants c'est pas du tout repos assuré, alors avec le Cromignon...mais je rêve là, je te rappelle!).


Départ samedi matin. On fait une vraie grande balade en famille, le Cromignon dans le dos de son papa dans son African carrier, la Pouillette et moi avec nos sac à dos. Évidemment le temps est magnifique, des chevaux paissent devant le refuge, il y a de la rosée et un tout petit peu de brume matinale. La montée se fait en 2 heures, la Pouillette marche bien devant (je rêve je te dis!) et on tiens le rythme. Le Cromignon admire d'abord le paysage, à grand coups de "tatatatatata", puis s'endort à mi-chemin.cheval.JPG

 

DSC01179.JPG

 

Arrivés en haut...ah que j'aime ce sommet! C'est sans voix que nous prenons notre petite collation. Le temps est si clair qu'on voit la mer. Le Cromignon roupille toujours, nous pouvons faire une bonne pause sans avoir à lui courir après, ce qui, vu le terrain serait périlleux.arrivee-canigou-4.JPG

 

Pour le retour, nous descendons de l'autre côté, par la cheminée. Un peu délicat pour la Pouillette, mais, courageuse, elle se lance sans moufter. Je préfère ce versant, plus vert, plus mouillé. De jolis ruisseaux ponctuent notre descente. Nous nous trouvons bloqués sur un petit chemin par un troupeau de vaches, pour le plus grand bonheur du Cromignon qui s'est réveillé!

vache-2.JPG

 

En attendant que les vaches passent, je lui donne une tétée et une compote. Et nous reprenons notre descente.


Arrivé au refuge de Mariailles, il est 14 heure et nous prenons notre repas. La vue est toujours imprenable. La Pouillette fait marcher le Cromignon, qui s'éclate dans l'herbe (non il ne mange pas tous les cailloux de la montagne!). L'homme prend une bière au refuge, et moi un jus de pamplemousse. On est bien. On mange tous pour reprendre des forces. Evidement le repas est rustique, mais super bon!

 

A 15h, notre rendez-vous arrive en 4x4: la navette qui va nous ramener à notre voiture, aux Cortalets. Parce que oui, dans mon rêve, j'ai une super voiture aussi, grande, belle, propre, avec fonction 4x4 quand on va en montagne (parce qu'aller aux Cortalets en clio, c'est mort...). Et on redescends, les enfants dorment à l'arrière, ils sont ravis, nous aussi.

Je ne suis pas du tout fatiguée. Pas du tout je te dis. Le Canigou, gnognotte, même pas mal! La prochaine fois, je me le fais en tongs

 

Du coup en arrivant dans notre maison, j'ai la pêche, après une bonne douche, pour préparer la soirée! La Pouillette et le Cromignon jouent au jardin, ah qu'ils sont sages mes enfants! L'homme se douche, puis moi.. Je mets une jolie robe taille 34 dans laquelle je rentre parfaitement. Mes ongles sont manucurés, je me maquille légèrement, et mes cheveux sont bien lisses (mouarfff c'est plus du rêve, c'est du délire!).


L'homme s'affaire au jardin, il prépare le barbec, pendant que je finis d'installer une petite sono (parce que ma méga salade est déjà prête de la veille, ainsi que mon dessert, je suis parfaite quoi). On sonne. Nos amis arrivent, avec leurs enfants. Enfants évidement bien vivants, qui vont s'amuser toute la soirée avec les nôtres, très polis, amusants, adorables. Comme les miens quoi (re-mouarffffffff!).


Ah quelle soirée sympa! On mange bien, on boit un peu (pas moi bien sûr! je reste à l'orangina) on papote, on rigole, on danse, les gamins jouent. Des voisins sympa (alors là c'est plus du délire c'est de la folie pure!) passent un peu plus tard. Le temps est très doux.


Quand tout le monde s'éclipse, vers 1h du mat, notre Pouillette demande à aller dormir chez un de ses copains. Les amis nous proposent de prendre aussi le Cromignon, qui les connaît bien et a déjà dormi chez eux. Ah, quelle bonne idée! J'ai de trop bons amis!


Mais en fait c'était un coup monté! L'homme avait tout organisé en amont en fait... Je ne m'en doutais pas encore, car, fatiguée après cette belle journée bien remplie, je  me coucher tranquillement.


Bien reposée après cette bonne nuit de sommeil, quelle ne fut pas ma surprise de me réveiller avec un petit-dej servi au lit, avec tout ce que j'aime: le granola parfait américain que j'adore, des fruits frais, du thé à la menthe. Ah décidément mon homme me surprendra toujours! Mais ça n'était pas fini...


Sous prétexte d'aller faire un petit tour en centre ville pour boire un petit verre en terrasse, il me fait monter dans la voiture...et se dirige vers un établissement thermal sur la côte! En fait il a réservé pour nous deux la totale: massages, bains, enveloppements, soins de la peau...j'adore! Et surtout, ça faisait longtemps que je voulais partager une telle journée avec lui!

Nous nous baladons avec de jolis peignoirs (rêve de fou...t'as vu les peignoirs dans ce genre d'endroit? 3Joli" serait bien le dernier qualifiquatif qui pourrait leur aller...) et un sourire béat, de soin en soin, de massage en massage...une petite collation légère et équilibrée vient parfaire ce moment.


Après y avoir passé plusieurs heures, je ressors en ayant fait peau neuve, au sens propre! Je me sens belle, bien, détendue.

Nous prenons le chemin du retour et récupérons nos enfants, ravis de nous revoir, au passage. L'homme décide de nous faire livrer des sushis pour le dîner, que nous prenons devant un chouette film avec Ewan MacGregor dedans. Le Cromignon prends sa tétée du soir, la Pouillette prépare son cartable et ses vêtements pour le lendemain, tout le monde va se coucher.


Émerveillée par ce fabuleux week-end, j'entends pourtant l'homme me murmurer dans un demi-sommeil: "c'était juste une mise en bouche, tu verras la semaine prochaine..."

 


 

Après avoir lu ce week-end de rêve, totalement délirant, peut-être auras-tu envie de me faire interner, ou alors, de me faire gagner le séjour chez Thalazur, que Marie et E-Zabel offrent en ce moment? Parce qu'il est clair que j'en ai bien besoin, tu as vu, la folie me guette, je dois décompresser!!!!

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Jeux et concours
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 01:02

DSCF8022.JPG

 

DSCF8023.JPG

 

Une poupée qui s'est perdue?

 

C'est mon Clic-clac pour Cricri!

 

clic-clac.jpg

 

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 18:00

Une jolie ballade à faire, à 1/2h de Perpi, le village de Castelnou, classé dans les plus beaux villages de France. Je suis une fan de vieilles pierres et j'ai été servie.


DSCF7999.JPG

 

DSCF8006.JPG

 

DSCF8015.JPG

 

DSCF8026.JPG

 

Et toi, tu aimes les vieilles pierres?

 


 


Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 14:00

Samedi dernier, nous avons été à quatre au festival bébé'art. C'était un festival organisé dans les jardins du RAM de Perpignan-Nord, par les assistantes maternelles, les éducatrices de jeunes enfants et leur élèves. J'en parle un peu ici, mais c'était tellement l'éclate pour le Cromignon que j'ai voulu vous en parler plus en détail.

Le jardin était tout joliment décoré, de ballons, de réalisations des enfants du RAM: peintures, photos, petits objets...

Il y avait plein de bébés, c'était adorable! quel merveilleux métier quand même...

Les ateliers pour petits n'étaient pas tous accessibles pour mon Cromignon de 10 mois et demi, mais il a bien pu se faire plaisir à l'atelier lecture:

 

DSCF8065.JPG

 

DSCF8067.JPG

 

Une conteuse lui a raconté de belles histoires en catalan, et j'ai été étonnée de l'aplication avec laquelle il la suivait! Du coup je vais plus souvent lui raconter des histoires, ça lui pleit et il reste tranquille à écouter.

 

Il a testé la cabane sonore:

 

DSCF8059.JPG

 

Et aussi le parcours motricité, un peu dans tous les sens, mais avec la Pouillette comme guide!

 

Et le clou c'était le labirynthe musical:

 

DSCF8073.JPG

 

DSCF8075.JPG

 

Il y est resté plus d'une demi-heure, à s'éclater, à rigoler, à échanger des jouets avec d'autres bébés, c'était génial de le voir comme ça!

J'en ai retiré quelques bonnes idées de DIY de jouets de récup', que je vais réaliser très vite!

 

Une très bonne sortie pour le Cromignon!

 

C'est pour Anaïs et MamanPoussinou!

Repost 0
Published by petitsdiables - dans Vie des diablotins
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 23:13

Ah la musique! Je pense qu'on va toutes tomber d'accord, on ne peut pas s'en passer. C'est un besoin, et je pense que c'est vraiment un truc "humain" quand je vois mon Cromignon se trémousser quand il entend une mélodie, ou chantonner en gigotant les épaules.

 

Chez les diables, on écoute beaucoup de musique. De tout. Je suis fan de Brassens depuis mes 8 ans, la Pouillette aussi. J'aime Léo Ferré, Caussimon, Brel, Reggiani. J'aime écouter de la musique qui bouge aussi, et de la pop. Je n'ai rien contre un peu de Brit-Brit, et j'aime beaucoup Madonna.

 

La Pouillette est fan de Mickael Jackson, j'aime bien aussi. Elle répète des chorés avec ses copines sur LMFAO, c'est de la musique efficace pour danser, pas désagréable à mon oreille. Je ne vire pas encore "vieux schnok" à dénigrer les idoles des jeunes, et je ne vire pas non plus dans la tendance jeuniste, à n'écouter que ce qui sort de Fun Radio pour oublier mes rides naissantes.

 

J'aime le rap, le bon, le vrai, celui d'IAM (l'Ecole du micro d'argent n'a pas quitté mon walkman pendant un an )et de Fabe (reviens!!!!!). Mais aussi le décrié Orelsan. J'ai beaucoup écouté R.Kelly, Dr Dre, Warren G.


J'aime le R&B, celui de Beyoncé, de Rihanna.


J'aime Orishas.


Je peux te chanter le solo rap de "Caroline" de MC Solaar. Je suis super balaize. Tu peux, toi? Skype moi si tu veux que je te le fasse, tu vas voir, c'est de la balle!


J'aime le reggae et le jazz. Et la funk.


J'aime Imany, j'ai un album dédicacé.


J'aime Vivaldi et Choppin. Et Wagner pour faire mon jogging!


J'aime Otis Reding, U2 et Santana.


J'ai beaucoup écouté les Gun's and Roses, dossier!!!!


Et AC/DC.


Et les Béruriers Noirs!!!!


J'aime Luke, les Têtes Raides.


J'aime les Beatles et les Stones, et les Doors.


J'aime "Que je t'aime" de Johnny. Je trouve que c'est la meilleure chanson pour traduire le sentiment amoureux. J'aime Goldman. Et les BB Brunes!


J'en aime tant et tant que c'est impossible de faire une liste.


Mais ma star par dessus tout, celui dont je suis FAN inconditionnelle, celui qui regroupe un peu tout ça tant il a testé de nouveaux genres, celui dont je ne louperais aucun concert, celui qui me rend hystérique comme une midinette...c'est Sting! Ah je connais sur le bout des doigts tous les standards de Police...je les ai vus au Stade de France, grand moment! Et cet été je retourne le voir aux Déferlantes à Argeles...tu viens avec moi?

sting.jpg Là il est beau...

 

sting2.jpg Là, euh..., comment dire...

 


Et toi, c'est quoi, ta musique?

 

Pour Sysyinthecity et MaCyMa !

Repost 0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 01:33

DSCF8082.JPGAvant, je vivais en région parisienne. Ce qui a des désagréments, désagréments tels que nous en sommes partis. Mais ça avait aussi ses avantages. Et dans lesdits avantages, la possibilité de manger des sushis au prix d'un fast food, ou peu s'en faut. Donc, en grands amateurs de ces petites bouchées au poisson cru, nous en faisions grande consommation, une fois par semaine quasiment.


Et puis à notre arrivée ici, nous avons remarqué que ce type de gastronomie était bien moins démocratisé. Que c'était plus rare, et surtout bien plus cher. Période de restriction budgétaire oblige, exit donc les sushis. Dur.


Alors un jour sur Groupon, quand je suis tombée sur un bon pour un plateau de sushis pas cher, j'ai sauté sur l'occasion! Et samedi soir nous avons été le prendre...mmmm...ça faisait si longtemps...

 

Et c'est mon Mercredi Gourmand pour AnneLaureT, en blogsitting chez Sophie!

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 00:56

Eh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.


Suite de ma série dont tu peux lire ici les épisodes 1234, 5

 

analyse.jpgAlors comme ça allait mieux, malgré ma peine d'avoir perdu ce bébé, je décidais de recommencer à essayer d'en avoir un. On n'avait pas arrêté les mesures qu'on avait prises pour lutter contre notre infertilité et que tu peux lire ici. J'ai rappelé le centre de PMA et repris un rendez-vous pour plusieurs mois après. Et comme je ne m'attendais pas à ce que ça marche tout de suite du tout, vu que ça avait pris un an et demi avant que je sois enceinte avant la fausse couche, je n'ai pas calculé. Bien sûr je savais à peu près où j'en était de mon cycle, mais j'ai plus focalisé sur ma remise en forme et mon moral que sur les jours avec et sans.

Attention, ma peine était toujours là, mais je savais que je n'arriverais à faire le deuil qu'en entamant une nouvelle grossesse, et j'étais alors sûre que ça allait marcher. 

Et crois-moi ou pas, ça n'a pas tardé!

Trois mois après, pareil, suite à un retard de règles un peu important, je fais un test sans trop y croire.

 

POSITIF!!!

Je n'en crois pas mes yeux. L'homme est devant l'ordi, je lui saute au coup. On rit. On se dit qu'on a été bête de croire qu'on était infertiles. Enceinte deux fois en 4 mois c'est quand même pas de l'infertilité!

Je me promet de ne pas pas stresser cette fois. De ne pas avoir peur. De laisser la vie prendre ses décisions et de l'accepter. De vivre ce début de grossesse sereinement.

Je suis juste étonnée de ne pas avoir le moindre symptôme, mais je me dis que ça va bientôt venir. C'est sans doute trop tôt.


Mon gygy m'avait dit de venir le voir en urgence si je retombais enceinte, pour me donner un traitement favorisant la nidation du petit bonhomme. Donc j'y file, en informant mon travail que je serais en retard. Mais en chemin je m'arrête pour faire la fameuse prise de sang (parce que j'ai toujours une ordonnance pour faire LA fameuse prise de sang sous la main...).


J'ai le sourire, je suis heureuse. Je le savais bien,que ça allait marcher. Je n'avais pas souffert pour rien. Mon bébé n'était pas mort en vain.


Chez le gygy, examen de routine, écho pelvienne: il voit bien un petit machin mais n'est pas sûr que ça soit le bébé, mais il semble confiant aussi. Il me prescrit ledit traitement.

Le soir on était contents, apaisés, heureux. L'homme avait le sourire. Moi aussi.


Le lendemain je suis allé chercher mon résultat de prise de sang. Et là...j'ai compris que j'avais eu 24 heures de répit, mais que c'était terminé.

La laborantine m'a dit que le taux d'hormones était beaucoup trop bas. Que j'avais fait une fausse couche précoce ou pire, que j'avais une grossesse extra-utérine...


Argh. Panique à bord. Mes larmes n'ont pas pu rester à l'intérieur. Je sors du labo sans rien voir autour de moi. Je monte dans ma voiture et je rentre chez moi sans trop savoir comment. Je préviens l'homme, il reste calme. Je crois qu'il ne s'était pas emballé comme moi, peut-être attendait-il les résultats, je ne sais pas. J'ai passé la soirée dans une bulle de larmes, anéanties, et apeurée: si c'était vrai que j'avais une GEU? Et qu'il faille m'enlever une trompe? Dans ce scénario catastrophe, j'aurais du mal ensuite à être à nouveau maman, vu qu'avec mes deux trompes déjà c'est pas la joie...Merci au passage à la laborantine ignorante qui y est allée de son petit com' et que j'ai cru compétente pour mon malheur...enfin...


Le lendemain je fonce chez mon gygy, qui, au regard des résultat, me confirme que j'ai fait une autre fausse couche. Très précoce cette fois. Que non, il en sûr, je ne fais pas une GEU. Il a levé les yeux au ciel en voyant mon inquiétude en disant que les laborantins, souvent, devraient la fermer (leur grande g...!!!) et laisser aux médecins le soin de faire un diagnostic. Je m'en souviendrais, et souviens-en-toi aussi: n'écoute pas les verdicts des labos d'analyses, va voir ton doc. Encore des gens qui usent du fait qu'on les croit compétent pour désinformer ceux qui les écoutent. (pas tous, évidement...).


Pour ma première fausse-couche, que je te raconte ici, j'ai cru que le monde s'effondrait autour de moi. J'avais été enceinte 9 semaines.

Cette-fois ci je m'étais cru enceinte un seul jour. Je n'ai pas eu l'impression de perdre un bébé. Pourtant ce fut pire. Parce que lors de la première, je m'étais sentie très triste, en deuil, mais pas désespérée. Là, j'ai perdu espoir pour de bon.


Je n'ai fait que pleurer, enfermée dans ma chambre, laissant l'homme gérer la Pouillette. Je ne pouvais plus manger. Je ne pouvais plus aller au travail. J'arrivais tout juste à me laver. Je ne pouvais plus dormir sans médicament. Je culpabilisais énormément pour la Pouillette, qui avait besoin de sa maman, mais je n'avais aucune force.

J'étais au fond du trou. Je n'avais jamais été aussi bas. Je pensais que c'était fini, que je ne serais plus jamais maman, que je ferais fausse-couche sur fausse-couche sans jamais porter un bébé jusqu'à sa naissance. Que mon corps allait souffrir à chaque fois. Que ma vie serait triste, monotone, que je verrais ma Pouillette grandir sans pouvoir lui donner de compagnon de jeu. que l'homme ne pourrait pas avoir d'enfant de moi, et que ça nous séparerait. Que ma tristesse sans fond nous séparerait.

C'était ça que je ressentais: une tristesse sans fond. Pleurer ne me soulageait pas. Je ne faisais que pleurer, jour et nuit, sans aucun soulagement, à part un peu dans le sommeil artificiel.


Période noire de ma vie. J'aimerais avoir été plus forte. J'aimerais ne pas avoir fait subir ça à ma Pouillette et à l'homme. Mais je suis une faible. Devant cette difficulté, je n'ai pas fait que trébucher, je suis tombée, et seul le Cromignon a pu me relever.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!


Repost 0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog