Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 05:34

Je suis maman et je travaille.

Ce n'est pas vraiment un choix, mais c'en est quand même un.

 

maman

 

Je t'explique: Je n'ai jamais envisagé de ne pas pas être indépendante financièrement. Je travaille depuis que j'ai 17 ans, tant j'ai toujours haï l'idée de devoir quoi que ce soit à qui que ce soit.

 

Ensuite, le style de vie que j'ai nécessite que je travaille: mon homme n'est pas en mesure d'assumer tout, de loin.

 

Nous avons deux enfants (et un foutu cleb's). Nous avons décidé de nous mettre tous à l'abri en achetant notre maison (je suis une terrible angoissée de la life et je ne supporte pas l'idée d'être juste, de ne pas avoir de quoi voir venir, de ne pas pouvoir assurer mes arrières en cas de coup dur. Et crois moi, ça m'a bien servi).

 

Nous voulions vivre dans une commune tranquille et sympathique, avec des écoles publiques correctes: dans ces villes, l'immobilier est cher.


Il y a peu de transports en commun, nous avons donc deux voitures pour pouvoir nous déplacer. En zone quasi rurale, la moindre course est motorisée.

 

J'ai pris un congé parental après la naissance de Cromignon, et j'ai juste adoré cette période. Mon travail n'est pas ma passion même si je l'ai choisi. Il ne m'a vraiment pas manqué.

Devoir laisser mon petit Cromignon tout bébé aurait été une terrible déchirure.

J'aurais aimé vivre comme ça tout le temps, chez moi, à gérer l'intendance, les enfants...vivre au doux rythme des siestes...

 

Mais j'ai détesté devoir compter le moindre centime.

J'ai détesté dépenser toutes nos économies pour seulement manger du premier prix.

J'ai détesté qu'un MacDo soit un luxe.(Ne parlons même pas de sushis!)

J'ai détesté ne pas pouvoir payer de glace à ma Pouillette en allant à la plage.

J'ai détesté ne pas pouvoir faire plaisir à mes amis, faire attention aussi aux dépenses pour les cadeaux.

 

J'ai pensé fort aux gens pour qui c'est le quotidien sans espoir de changement.

 

Si j'habitais en location, un appart, sans jardin, dans un quartier bof, je pourrais rester chez moi et vivre sur le salaire de l'homme. Mais ce n'est pas la vie que je veux, ni celle que je veux offrir à mes diablotins.

 

Au quotidien, je veux des loisirs, quelques weekends, emmener ma fille à Barcelone ou à Toulouse, manger de bonnes choses, sortir un peu.

 

Si on a un jour un souci, je veux pouvoir assumer. Si un de mes enfants a besoin qu'on paye cher pour sa scolarité par exemple, ou pour des soins spéciaux, ou pour ses longues études plus tard...

 

C'est un choix sans l'être, parce que je ne supporterais pas (pour l'avoir goûtée) la précarité, les finances trop justes, la peur du lendemain, devoir priver mes enfants de manège.

 

C'est vrai que le réveil de 6h15 me fait chaque matin l'effet d'un supplice chinois.

C'est vrai que souvent ma fatigue me fait tout voir en noir.

C'est vrai que je cours, je cours, je cours...

C'est vrai que le moindre grain de sable dans la mécanique dérègle une semaine entière, surtout quand on n'a pas de relais familial pour nous aider avec les enfants.

C'est vrai que je me plains d'avoir fait ce choix, quand ma journée n'est rythmée que de contraintes.

C'est vrai qu'une sieste quotidienne ne serait pas de trop.

C'est vrai que le prix à payer me semble parfois élevé.

C'est vrai que je devrais être deux pour que tout soit fait.

 

Mais quand je vois la contrepartie, notre famille, le chien, la jolie maison sous le soleil à 15 minutes de la plage où nous emmenons les diablotins après l'école, pouvoir dormir paisiblement parce que nous arrivons à remettre un peu d'argent de côté, les bonnes choses  dans mon frigo...je sais que j'ai fait le bon choix.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 08/01/2017 03:04

Je t'admire. Moi j'ai eu la chance d'hériter de mes parents à 35 ans et du coup nous n'avons plus besoin de travailler tous les deux avec mon homme. À vrai dire nous n'aurions même plus besoin de travailler du tout mais il ne peut pas rester en place besoin d'être actif et il a conservé son emploi de cadre chez BNP... Je le lui reproche souvent mais je comprends quelque part son besoin. Il y a 5 ans nous travaillions tous les deux sur Paris deux jeunes cadres avec deux enfants c'était l'enfer. Le stress la pression mon Mari avait failli tout plaquer après un burnout. Du coup cet héritage est vraiment venu nous sauver la mise, sinon je ne vois pas comment on aurait fait

PetitDiable 08/01/2017 13:31

Eh bien, quelle chance...je t'envie!

pauline maman trouvetou 08/07/2014 12:20


Ton billet est plein de sens. Mais contrairement à toi, il est plus intéressant pour ma famille que je sois en congé parental. Nous avons notre maison, on arrive à se faire plaisir de temps en
temps avec une sortie, un cadeau, un bout de tissu (ouai je suis devenu trop addict au tissu), un livre etc Travailler à l'extérieur pour moi n'est pas intéressant: trop de frais de déplacement +
garde des enfants... C'est bizarre pour certains mais je préfère de loin m'occuper de ma petite famille, accompagner toutes les sorties scolaires, être bénévole par ci par là et coudre... Le pire
c'est que mes journées sont encore trop courtes hihi. 

PetitDiable 08/07/2014 14:20



Pour moi ce n'est pas bizarre: j'en rêve, de rester chez moi! Mais je n'ai pas cette possibilité si on veut garder la vie qu'on a.



maman est occupée 04/07/2014 23:16


J'ai fait ce même choix moi aussi, d'ailleurs ton billet j'aurais pu l'écrire. En ce moment, je me pose pas mal de questions, professionnellement essentiellement : Est-ce que je me vois exercer
encore ce même métier alimentaire dans 10 ans ? Est-ce qu'il ne serait pas temps d'exercer un métier qui me plaise ? J'ai fait le choix de l'argent, je ne le regrette pas mais aujourd'hui
l'avenir me pose question. Chaque médaille a son revers comme on dit.

PetitDiable 06/07/2014 10:06



Voilà...mon métier me plaît, mais ce n'est pas une passion non plus....



sandy 04/07/2014 19:06


en effet vivre dans ces conditions adoucie le fait de devoir se lever tous les jours pour travailler, nous nous travaillons tous les deux, certes nous sommes dans une maison à la campagne mais
chaque jour est un combat  et nous devons faire attention à tout, alors parfois quand je vais bosser j'ai vraiment trop les boules..


 

PetitDiable 06/07/2014 10:06



C'est pour ça que je disais que je pense fort à ceux dont c'est le quotidien et pas une parenthèse...nous ne sommes ni rieches ni même " à l'aise", mais on peut se permettre des extras, des
plaisirs, des loisirs...et je n'y renoncerais pas! J'espère que votre situation deviendra plus confortable...



kikine31 04/07/2014 13:54


Avec mon conjoint nous avons fait le choix d'habiter en ville. Malheureusement notre commune a les loyers les plus chers du département, cela est dû à la présence d'une entreprise de renommée
internatioanle qui attire beaucoup de cadres avec de haut revenus. Sauf que nous nous ne travaillons pas dans cette entreprise. Cependant nous avons fait le choix de rester sur cette commune car
c'est une ville a taille humaine, pleine de parcs, de petits commerces et qui est limitrophe avec Toulouse, ce qui nous permet d'avoir une vie personnelle riche : riche du point de vue des
loisirs, des amis, des festivités,... Mon conjoint et moi avons tous deux un diplôme bac+5 mais on cumule les CDD. Mon conjoint n'est même pas à temps complet et est payé sur la base du smic.
Nous vivons dans un T2 en location dont il va falloir pousser les murs depuis l'arrivée de notre bébé. Avoir un jardin, un balcon, un cellier, un parking privatif est un luxe qui me fait rêver
car j'ai vécu à la campagne toute mon enfance. Du coup, je termine à peine mon congés maternité que je dois repartir travailler, c'est un déchirement de devoir m'éloigner de ma puce sauf que je
ne peux prétendre à un congés maternité en étant en CDD et que c'est moi le pilier financier de la famille. Certes c'est une vie pleine de contraintes mais pour moi avoir une vie privée riche est
important, le cadre de vie est important, l'indépendance financière quand on est une femme est important, pouvoir subvenir aux besoins de ma fille est important. Je suis triste de devoir
retourner travailler mais étant donné que c'est son père qui prend le relais pendant 2 mois pour s'occuper d'elle et qu'en me levant très tôt, je pourrais revenir très tôt à la maison pour
m'occuper de ma fille tous les après-midis, cela me donne le courage de retourner travailler car c'est pas pour rien, c'est pour offrir une vie la plus douce qui soit à ma petite famille.

PetitDiable 04/07/2014 14:19



Il faut payer de sa personne pour avoir ce qu'on veut...



Madame Moustick 04/07/2014 11:33


Dans mon cas, il en va aussi de ma santé mentale. J'ai besoin de quitter la maison pour travailler pour mieux profiter de la maison.

PetitDiable 04/07/2014 14:19



Si j'avais les moyens je ne travaillerais pas, mais je saurais m'occuper!



Maman louzoù 04/07/2014 10:24


Je serai heureuse, mais à condition d'avoir un nouveau baby, car avec Tit cul à l'école, je ne vois aucun intérêt à être à la maison ;)

PetitDiable 04/07/2014 14:16



Il va venir!!!!



Maman louzoù 04/07/2014 09:09


Je n'avais pas vu ça comme ça, mais tu as raison ...


Mais je voudrais quand même savoir moi aussi, ce qu'est "être mère" au foyer ;)


Mais financièrement, je ne suis pas sûr de le pouvoir ...

PetitDiable 04/07/2014 10:07



Pouvoir c'est une chose, mais serais tu heureuse? Et ta fille? Temporairement c'était parfait, si j'avais les mouens d'avoir la même vie sans travailler je le ferais, mais j'ai la vie que je veux
et elle nécéssite que j'aille bosser.



Allye 04/07/2014 08:10


Comme toi, pas moyen de compter sur qui que ce soit, que sur moi... c'est ma mère qui me l'a apprit et je ferai la même chose avec ma fille. L'indépendance financière rien de tel...

PetitDiable 04/07/2014 10:06



Mes parents aussi travaillaient tous deux, c'est le modèle que j'ai eu.



Colorine 04/07/2014 07:57


Je travaille à 50% et je n'imaginerais pas arrêter également...même si pour cela je dois me lever tôt et être crevée...ici le réveil sonne à 5h50 (oups.... !). J'ai gardé ma fille à la maison
jusqu'à ses 12 mois, et je peux dire que je n'ai pas aimé me sentir "juste" en faisant mes courses, me sentir  redevable et tout compter...

im 04/07/2014 10:05



Ah, j'avoue que j'aimerais bien un 50%!



Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog