Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 06:22
Le "non mais oui" ou comment l'enfant comprend les limites.

Aujourd'hui je te parle non pas RIE-éducation respectueuse, quoi que bien sûr cette approche soit très respectueuse je pense, mais comment on a appris aux diablotins ce qu'ils avaient le droit de toucher, et le reste.

 

Tout est parti de la lecture de ce bouquin que je te recommande: "J'ai tout essayé", de Filliozat.

J'y ai compris comment l'enfant comprend certaines choses, complètement à l'opposé de que pense l'adulte.

 

Le cas pratique, ce sont les placards de la cuisine. Mais on l'a adapté partout, pour les prises électriques, les autres placards de la maison, etc.

Dans la cuisine donc, il y a plusieurs placards à la portée de Cromignon. Certains contiennent des choses dangereuses, comme les produits ménagers, ou fragiles, comme les saladiers et moules en verre. D'autres contiennent des choses pas dangereuses du tout et même carrément ludiques pour un enfant, comme les tupperwares par exemple.

 

Ici tu dois faire la différence entre dangereux et gênant pour toi. Certains ne voudront pas que leur enfant joue avec les casseroles par exemple. Mon attitude c'est de lâcher du lest. Quand on a des enfants, ce n'est pas pour que la cuisine soit parfaitement rangée, et la découverte du monde qui les entoure fait partie de notre job de parents. Empecher un enfant de triffouiller un peu, sans danger aucun, juste pour ne pas avoir à ranger après, c'est un peu dommage, et ça l'empèche de découvrir, de s'éveiller, de s'amuser...et à toi de faire la vaisselle tranquille pendant ce temps!

De plus, entourer l'enfant d'interdits "de confort" le met dans une situation où il n'a pas droit d'évoluer librement, mais dans la frustration.

Donc lâcher un peu sur certains trucs permet une meilleure harmonie, pour tout le monde.

 

Pour les placards donc, chez nous il y en a deux qui ne sont pas dangereux dans la cuisine: celui des casseroles et celui des tupperwares.

 

Concernant l'interdiction en elle-même et le fait que souvent, les parents disent: "je lui dis non, il me regarde et le fait, il me défie!", j'ai appris un truc hyyyyyyper important!

Non, ton enfant ne te défie pas! il demande juste une confirmation. Voilà ce que ça donne dans sa petite tête, s'il pouvait l'exprimer:

-"Non ne touche pas à ça, c'est dangereux".

L'enfant te regarde dans les yeux et touche le truc en question. Ca signifie en fait:

-"ça, papa? C'est bien ce truc que je ne dois pas toucher et qui est dangereux?"

 

Et c'est tout. Aucune "provocation" de sa part.

Quand à ce moment là le parent s'emporte "mais je viens de te dire de ne pas toucher à ça!!!", je te laisse imaginer l'incompréhension de l'enfant.

 

En pratique, comment ça se passe?

 

Je suis en train de faire la vaisselle. Cromignon (14 mois), se balade. Il ouvre le placard des produits dangereux. J'arrive, je m'accroupis, je lui dit"ce placard contient des produits dangereux. Je ne te laisserais pas y toucher car tu risques de te faire très mal. Mais ce placard-là, tu peux l'ouvrir" et je l'emmène ouvrir le placard à tupperwarres.

Il trifouille dedans puis se tourne vers celui des assiettes. Je réitère.

Etc. Certes ça peut prendre du temps, selon l'enfant, son âge, etc. Plus de temps que de mettre des bloque-porte. Mais c'est aussi bien plus éducatif. Aujourd'hui Cromignon ne fouille jamais dans les placards interdits, n'a jamais touché une prise, et quand je prends bien le temps d'assortir une interdiction par une ouverture, il comprend tout de suite et accepte la règle. Je n'ai jamais mis de bloque-porte nulle part chez moi.

Bien sûr, on n'est jamais à l'abri d'une connerie un jour, même s'il n'y en a jamais eue, mais j'ai choisi de faire confiance à mon fils et à notre éducation. De toutes facons à son âge il pourrait ouvrir les bloque-portes s'il le souhaite, et j'ai pléthore d'exemples d'enfants qui ont bu le liquide vaisselle ou autre javel malgré les bloques-portes.

 

Je tente depuis d'ouvrir les interdits, autant que possibel: "ne marche pas sur le bord de la rivière, c'est dangereux et ça me fait peur car tu pourrais tomber. Sur ce côté-là, tu peux marcher et même courir".

Etc...

 

C'est une façon d'aborder les interdictions un peu différente, mais tellement harmonieuse!

 

Et toi, comment tu fais pour les interdictions?

 

D'autres articles RIE ici.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tsilia 06/04/2015 07:50

Ha je suis contente parce que je fais comme toi. Pour moi il y a les bêtises à ne vraiment pas faire, et celles qui sont "chiantes" pour nous comme tu dis mais complètement acceptable. Ma fille adore jouer dans la cuisine pendant que j'y suis. Donc elle a des placards qu'elle peut toucher, celui des serviettes et torchons qu'elle adore plier et déplier, et ceux qu'elle ne doit pas ouvrir, les produits dangereux ! Je trouve que c'est sympa de la voir s'amuser avec des trucs de tous les jours, autre que ses jouets.

PetitDiable 07/04/2015 09:10

voilà, il faut différencier e qui fait partie de leur développement normal même si c'est pénible pour nous, et ce qu'ils peuvent contrôler.

Estelle et ses poussières 18/03/2015 14:45

On fait exactement pareil chez nous. C'est certain ça demande de répéter très souvent, d'expliquer et encore d'expliquer et d'avoir toujours un œil au cas où, mais le jeu en vaut la chandelle. Chez nous, il y a par exemple des escaliers en fer forgé sur lesquels nous ne pouvions pas mettre de barrière et nous n'avons jamais eu de problème. Certes, il y a eu une période très fatigante où je devais répéter des dizaines de fois qu'on n'avait le droit de monter que sur la première marche de l'escalier seul et que le reste, on le montait qu'en présence de papa ou maman parce qu'on pouvait tomber et se faire mal, mais maintenant, ma fille nous fait clairement comprendre quand elle veut monter et ne monte jamais seule, même si elle sait très bien le faire (avec nous derrière).

PetitDiable 31/03/2015 15:33

Au début, on répete beaucoup, mais ensuite ça roule tout seul!

Aurore 18/03/2015 14:20

Coucou ! Merci pour ton billet. Nous avons appliqué et appliquons toujours cette méthode. Point de bloque porte, prise ou barrière d'escalier à la maison.
Si le danger est présent (ex. Feu de cheminée ou poêle chez des copains), eh bien en arrivant nous lui montrons et expliquons que c'est chaud et dangereux. Souvent devant les yeux écarquillés des autres parents qui partent du principe,que s'ils montrent le danger il y a plus de risque que leur trésor y aille voir ! Ces mêmes parents qui en soirée font la chasse à leur bambin parce qu'il retourne 10 fois à l'escalier en le houspillant et le traitant d'infernal ;-). Même que maintenant elle demande la limite quand elle voit une source potentiel de danger comme un escalier chez des amis.
Aujourd'hui notre ptite agrume répète "c'est chaud ça pas toucher" ou joue au "oui non": par exemple on lui dit de ne pas tirer la poignée de la porte de la voiture, elle touche à côté en disant "là ?", on répond oui ou non. Bien sûr elle touche la poignée mais cela lui permet de définir le périmètre et le lendemain de me dire elle même ce qui est autorisé de ce qui ne l'est pas.
Au moins pour ça je me sens RIE ;-)

PetitDiable 31/03/2015 15:34

Je fais exactement ça quand on arrive chez des gens, je lui montre les choses dangereuses, ce qu'il ne peut pas toucher!

coralie de cetaitcommentavant 18/03/2015 13:56

j'ai aussi lu ce livre quand ma puce était petite, et j'ai compris plein de choses même si la mise en application est toujours difficile pour moi
Mais j'ai surtout appris à lacher du lest sur les choses moins importantes, ou moins dangeureuse aussi...Et elle en a passer du temps à jouer avec mes moules silicones au final :)

PetitDiable 31/03/2015 15:34

Courage, je suis sûre que tu arriveras à retrouver l'harmonie!

Laetilou 18/03/2015 12:36

Bonjour,

merci pour ce partage ;)

Avec notre fille aussi nous avons choisi de la laisser explorer et de poser des interdits principalement sur l'essentiel pour nous c'est à dire le danger.
Nous utilisons les même méthodes que vous. De plus, on lui parle au maximum de façon positive. Et ça aide vraiment. Nous lui disons ce qu'elle peut faire plutôt que ce qu'elle ne peut pas faire.

PetitDiable 31/03/2015 15:35

C'est tellement plus éducatif!

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog