Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 00:56

Eh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.


Suite de ma série dont tu peux lire ici les épisodes 1234, 5

 

analyse.jpgAlors comme ça allait mieux, malgré ma peine d'avoir perdu ce bébé, je décidais de recommencer à essayer d'en avoir un. On n'avait pas arrêté les mesures qu'on avait prises pour lutter contre notre infertilité et que tu peux lire ici. J'ai rappelé le centre de PMA et repris un rendez-vous pour plusieurs mois après. Et comme je ne m'attendais pas à ce que ça marche tout de suite du tout, vu que ça avait pris un an et demi avant que je sois enceinte avant la fausse couche, je n'ai pas calculé. Bien sûr je savais à peu près où j'en était de mon cycle, mais j'ai plus focalisé sur ma remise en forme et mon moral que sur les jours avec et sans.

Attention, ma peine était toujours là, mais je savais que je n'arriverais à faire le deuil qu'en entamant une nouvelle grossesse, et j'étais alors sûre que ça allait marcher. 

Et crois-moi ou pas, ça n'a pas tardé!

Trois mois après, pareil, suite à un retard de règles un peu important, je fais un test sans trop y croire.

 

POSITIF!!!

Je n'en crois pas mes yeux. L'homme est devant l'ordi, je lui saute au coup. On rit. On se dit qu'on a été bête de croire qu'on était infertiles. Enceinte deux fois en 4 mois c'est quand même pas de l'infertilité!

Je me promet de ne pas pas stresser cette fois. De ne pas avoir peur. De laisser la vie prendre ses décisions et de l'accepter. De vivre ce début de grossesse sereinement.

Je suis juste étonnée de ne pas avoir le moindre symptôme, mais je me dis que ça va bientôt venir. C'est sans doute trop tôt.


Mon gygy m'avait dit de venir le voir en urgence si je retombais enceinte, pour me donner un traitement favorisant la nidation du petit bonhomme. Donc j'y file, en informant mon travail que je serais en retard. Mais en chemin je m'arrête pour faire la fameuse prise de sang (parce que j'ai toujours une ordonnance pour faire LA fameuse prise de sang sous la main...).


J'ai le sourire, je suis heureuse. Je le savais bien,que ça allait marcher. Je n'avais pas souffert pour rien. Mon bébé n'était pas mort en vain.


Chez le gygy, examen de routine, écho pelvienne: il voit bien un petit machin mais n'est pas sûr que ça soit le bébé, mais il semble confiant aussi. Il me prescrit ledit traitement.

Le soir on était contents, apaisés, heureux. L'homme avait le sourire. Moi aussi.


Le lendemain je suis allé chercher mon résultat de prise de sang. Et là...j'ai compris que j'avais eu 24 heures de répit, mais que c'était terminé.

La laborantine m'a dit que le taux d'hormones était beaucoup trop bas. Que j'avais fait une fausse couche précoce ou pire, que j'avais une grossesse extra-utérine...


Argh. Panique à bord. Mes larmes n'ont pas pu rester à l'intérieur. Je sors du labo sans rien voir autour de moi. Je monte dans ma voiture et je rentre chez moi sans trop savoir comment. Je préviens l'homme, il reste calme. Je crois qu'il ne s'était pas emballé comme moi, peut-être attendait-il les résultats, je ne sais pas. J'ai passé la soirée dans une bulle de larmes, anéanties, et apeurée: si c'était vrai que j'avais une GEU? Et qu'il faille m'enlever une trompe? Dans ce scénario catastrophe, j'aurais du mal ensuite à être à nouveau maman, vu qu'avec mes deux trompes déjà c'est pas la joie...Merci au passage à la laborantine ignorante qui y est allée de son petit com' et que j'ai cru compétente pour mon malheur...enfin...


Le lendemain je fonce chez mon gygy, qui, au regard des résultat, me confirme que j'ai fait une autre fausse couche. Très précoce cette fois. Que non, il en sûr, je ne fais pas une GEU. Il a levé les yeux au ciel en voyant mon inquiétude en disant que les laborantins, souvent, devraient la fermer (leur grande g...!!!) et laisser aux médecins le soin de faire un diagnostic. Je m'en souviendrais, et souviens-en-toi aussi: n'écoute pas les verdicts des labos d'analyses, va voir ton doc. Encore des gens qui usent du fait qu'on les croit compétent pour désinformer ceux qui les écoutent. (pas tous, évidement...).


Pour ma première fausse-couche, que je te raconte ici, j'ai cru que le monde s'effondrait autour de moi. J'avais été enceinte 9 semaines.

Cette-fois ci je m'étais cru enceinte un seul jour. Je n'ai pas eu l'impression de perdre un bébé. Pourtant ce fut pire. Parce que lors de la première, je m'étais sentie très triste, en deuil, mais pas désespérée. Là, j'ai perdu espoir pour de bon.


Je n'ai fait que pleurer, enfermée dans ma chambre, laissant l'homme gérer la Pouillette. Je ne pouvais plus manger. Je ne pouvais plus aller au travail. J'arrivais tout juste à me laver. Je ne pouvais plus dormir sans médicament. Je culpabilisais énormément pour la Pouillette, qui avait besoin de sa maman, mais je n'avais aucune force.

J'étais au fond du trou. Je n'avais jamais été aussi bas. Je pensais que c'était fini, que je ne serais plus jamais maman, que je ferais fausse-couche sur fausse-couche sans jamais porter un bébé jusqu'à sa naissance. Que mon corps allait souffrir à chaque fois. Que ma vie serait triste, monotone, que je verrais ma Pouillette grandir sans pouvoir lui donner de compagnon de jeu. que l'homme ne pourrait pas avoir d'enfant de moi, et que ça nous séparerait. Que ma tristesse sans fond nous séparerait.

C'était ça que je ressentais: une tristesse sans fond. Pleurer ne me soulageait pas. Je ne faisais que pleurer, jour et nuit, sans aucun soulagement, à part un peu dans le sommeil artificiel.


Période noire de ma vie. J'aimerais avoir été plus forte. J'aimerais ne pas avoir fait subir ça à ma Pouillette et à l'homme. Mais je suis une faible. Devant cette difficulté, je n'ai pas fait que trébucher, je suis tombée, et seul le Cromignon a pu me relever.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!


Partager cet article

Repost 0

commentaires

FAF 13/08/2012 13:46

Si je te dis que j'ai fait 10 ans de PMA (30 inséminations) et 25 fc tu comprendras à quel point j'imagine ce que tu as pu ressentir et vivre. Pour ma part j'ai tenu bon malgré les déceptions,
malgré les kg pris et j'ai eu la chance de rencontrer à 38 ans un grand grand professeur mondialement connu qui a trouvé "the" solution et aujourd'hui je suis l'heureuse maman d'un grand de presque
12 ans, mon joli cadeau de Noel de l'année 2000.

petitdiable 15/08/2012 08:58



Quel courage tu as eu pour affronter tout ça! Heureusement tout est bien qui finit bien!



Madame Moustick 20/06/2012 12:38


Quels co*s les laborantins ! moi elle m'a dit que je faisais une fausse couche alors que la gygy m'a dit qu'avec un taux unique on ne pouvait rien dire (accessoirement c'etait une GEU, qu'on ne
détecte toujours pas avec un unique taux)

petitsdiables 20/06/2012 12:45



Ah ma pauvre, une GEU! Ma hantise! Je te jure j'en fais des cauchemars! Et comment ça s'est terminé? Sinon c'est fou cette propension qu'ont certaines personnes à dépasser les limites de leurs
compétences pour te dire des conneries...



chanone 19/06/2012 20:47


c'est encore super dur pour moi de lire ça mais je le fais et j'imagine que ça a été dur pour toi de l'écrire aussi ;) je t'embrasse 

petitsdiables 19/06/2012 22:00



Tu sais, aujourd'hui ça fait deux ans, et pourtant j'ai toujours du mal à lire les témoignages des autres, ça me fait invariablement pleurer...


Courage, le temps est un bon docteur!



bigmama 19/06/2012 15:12


comme tu le dis c'est un long chemin.


 


je n'ose imaginer si j'avais vécu une seconde fausse couche ...

petitsdiables 19/06/2012 19:17



Dans la foulée de la première, c'était plutôt violent.



Anita 19/06/2012 14:39


Ce n'est pas facile de raconter cette histoire, je crois qu'au contraire, tu es bien courageuse...Bises

petitsdiables 19/06/2012 19:17



Oh non, j'ai un petit coeur tout mou, et je n'arrive pas à le blinder!



Mère Lacunaire 19/06/2012 13:54


Je voulais aussi te dire, bravo de nous faire partager ce long chemin, ça ne doit pas être facile pour toi de te replonger dedans !

petitsdiables 19/06/2012 19:15



Effectivement, au début je voulais juste raconter ça vite fait, et puis ça a pris de l'ampleur!



Mère Lacunaire 19/06/2012 13:49


Dis, madame, tu pourrais être moins dure avec toi ?! Moi je ne vois pas une serpillère, juste une femme qui souffrait et se désespèrait. Comme beaucoup d'autres femmes à un moment ou un autre de
leur vie. Et cette période aussi noire fut-elle, a forcément contribué à qui tu es aujourd'hui, non ?

petitsdiables 19/06/2012 19:15



MMMM je ne pense pas être blindée pour autant...



FoxyMama 19/06/2012 12:55


La vache, encore beaucoup d'émotions que nous livres là, merci pour ton témoignage!

petitsdiables 19/06/2012 19:14



Bientôt, le Cromignon!



Mimilady 19/06/2012 10:56


Quel chemin difficile! Je n'ai jamais connu de fausse-couche, tout a été si rapide pour moi... je comprends pourtant ton désespoir à ce moment là!

petitsdiables 19/06/2012 10:57



Tu as de la chance, je ne le souhaite pas à mon pire ennemi...



Séverine 19/06/2012 09:40


dur dur de lire tout ça! je sais que ça se finit bien mais à chaque article j'ai le coeur qui se serre.

petitsdiables 19/06/2012 10:40



Oui, heureusement, le Cromignon va bientôt arriver...



Mayssa Preity 19/06/2012 09:11


Je ne pense pas que tu sois une faible, il ne faut pas dire cela. Tu sais, c'est très difficile à vivre quand on le vit. Bien sûr, tout le monde te dira que ce n'est pas si grave, que ça sera
pour la prochaine fois parce que vu de l'extérieur, ça paraît anodin mais pas pour celle qui le vit puisqu'elle a perdu quelqu'un. Moi, c'est comme ça que je le conçois.


On n'est peut-être pas encore arrivé à l'époque où les gens peuvent comprendre ou se donne la peine de comprendre. LEs remarques du genre : tu es jeune, ...on s'en passerait volontiers.


Allez, j'ai hâte de découvrir le prochain épisode

petitsdiables 19/06/2012 10:39



C'est vrai que ce genre de phrases, pourtant avec les meilleures intentions du monde, blessent au final plus qu'autre chose...c'est comme si ta peine n'avait pas de raison d'être.



inzemood 19/06/2012 08:03


Petit diable, merci pour ce partage de vie, très bel article, et quel parcours, je suis très émue de te lire, et je voudrais juste ajouter que je te trouve  quetu as été très courageuse
quoique tu en penses. je t'embrasse fort fort

petitsdiables 19/06/2012 10:37



T'es gentille Inzemood! Mais sur ce coup-là je te garantis que j'ai été une serpillière...



Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog