Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:27

test.jpgEh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.

 

Certaines femmes arrêtent la contraception et sont enceintes dans la foulée. Ça n'est pas mon cas. Quand nous avons décidé, l'homme et moi, de faire des petits parce qu'on est trop exceptionnels pour laisser notre magnifique patrimoine génétique se perdre (j'rigole hein!), c'était avant même de se marier. C'était pendant l'hiver 2008, vers février je crois. Nous venions de déménager.


Dans la foulée, nous avons décidé de nous marier, je te raconterais ça une autre fois, parce que ça vaut le détour, comme petite histoire de mariage. Programmation du mariage pour octobre, toujours 2008, et débuts d'essais bébé dans la foulée.


J'ai tout de suite su que quelque chose ne tournait pas rond. D'abord mon cycle ne revenait pas. Je suis d'un naturel anxieux, alors j'y pensais tout le temps, ce qui évidement n'aide pas! Au bout de 3 mois sans cycle, j'ai consulté ma gygy, femme charmante mais très old school, au bord de la retraite depuis des années. Elle m'a d'abord prescrit un médoc charmant à prendre chaque jour, qui devait faire revenir mon cycle et régulariser tout ça.


Pourquoi ai-je senti que ça ne suffirait pas? Est-ce que mon corps m'envoyait des messages subliminaux? Toujours est-il que je n'y ai pas cru un instant, à ce cachet.


Mon cycle est effectivement revenu, mais toujours pas de grossesse. Étant très sportive, j'ai appris que la pratique intensive pouvait être un facteur d'infertilité, j'ai ralenti. Et puis j'ai grossi un peu, parce que ça aussi, c'est un facteur.


Ça a pris plusieurs mois tout ça.


Avec l'angoisse qui me tenaillait: et si je n'arrivais plus à avoir d'enfant? Si ma Pouillette, devenue grande maintenant, était la seule? Si l'homme se rendait compte que j'étais infertile, qu'il voulait absolument avoir des enfants, que ferait-il? et si...enfin tout ce qui peut passer la tête quand on a une idée fixe, qu'on est pessimiste, qu'on culpabilise pour tout.


Des mois à scrutter les signaux de mon corps. A faire des tests de grossesse au moindre retard de règle, donc presque tous les mois.


Des mois à pleurer devant les tests négatifs. En refaire au cas où le premier test était mauvais. Ne pas oser boire d'alcool au cas où. Ne pas oser faire de cheval au cas où. Finalement des mois à adopter le comportement d'une femme enceinte, au cas où. Mais sans être enceinte.


Au boutd'un moment, ma gygy a décidé de passer à l'attaque. J'ai eu droit à deux ou trois monitorings d'ovulation, pour voir ce qui se passait là dedans. On a vu que mes ovulations étaient insuffisantes. J'ai du faire des piqûres pour booster tout ça, à jour et heure fixe. Encore quelques mois. A programmer les galipettes aussi. Bon pour ça on s'en est bien sortis, parce qu'on a assaisonné ces contraintes avec une bonne dose d'humour. Mais il faut se rendre à l'évidence: ce genre d'épreuve ne rapproche pas un couple. 


J'entendais dire "n'y pense pas!".


C'est vrai que c'est ce qu'il faut faire, car fixer toute son attention sur son fonctionnement ovarien ne sert qu'à augmenter l'anxiété et dérégler encore plus le mécanisme de la fertilité. Mais c'est drôlement facile à faire quand vous êtes une femme. Un homme peut plus facilement s'en détacher je pense, parce qu'il n'a pas, une fois par mois, du sang qui vient rappeler que ça ne sera pas encore pour cette fois. Mais pour moi, c'était dur. J'avais si peur de réussir et finalement de faire une imprudence qui m'aurait fait tout perdre. Je voulais absolument, si j'étais enceinte, le savoir au plus tôt afin d'adopter un comportement protecteur, ne pas aller courir, ne pas porter de trucs lourds...ne prendre aucun risque.


Au bout d'un an et quelques mois, je me suis rendu à l'évidence. Ma gygy était très bien pour me faire des frottis. Mais pour l'infertilité, il fallait du lourd. J'ai donc pris rendez-vous chez les pontes de la PMA (procréation médicalement assistée). Cependant ces pontes-là sont très demandés, de plus ils sont dans un hôpital public ET parisien, et donc il faut des mois avant d'avoir un rendez-vous. J'ai donc eu un rendez pour 3 mois après.


3 mois de plus à espérer puis à désespérer, à broyer du noir, à faire ressentir mon mal-être à mes proches.


Et puis le jour du rendez-vous arriva.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daphy 12/02/2013 17:35


Au hasard de quelques clics (ça part de facebook, passe par Syldéco et) j'arrive poooomm ici!!


Je trouve le blog sympa... pis là j'vois un long chemin... tiens ça fait comme un écho... et bim! Dans l'mille, une "copine" de parcours...


Je suis qu'au premier chapitre mais je suis sûr que déjà je vais y trouver comme des écho à ce que toutes celles comme nous vivent, donc je m'avance  pour dire merci de faire connaitre ce
"quotidien" là et de partager ce parcours des combattants!

petitdiable 12/02/2013 22:26



eh oui, on est nombreuses...et encore, je m'estime heureuse, je n'ai pas galéré "si" longtemps que ça...



khukhirmu 02/10/2012 17:57


"Certaines femmes arrêtent la contraception et sont enceintes dans la foulée. Ça n'est pas mon cas. 


J'ai tout de suite su que quelque chose ne tournait pas rond. 


Avec l'angoisse qui me tenaillait: et si je n'arrivais plus à avoir d'enfant? Si ma Pouillette, devenue grande maintenant, était la seule? Si
l'homme se rendait compte que j'étais infertile, qu'il voulait absolument avoir des enfants, que ferait-il? et si...enfin tout ce qui peut passer la tête quand on a une idée fixe, qu'on est
pessimiste, qu'on culpabilise pour tout.





Des mois à scrutter les signaux de mon corps. A faire des tests de grossesse au moindre retard de règle, donc presque tous les
mois.


Des mois à pleurer devant les tests négatifs.


Ne pas oser boire d'alcool au cas où. Ne pas oser faire ... au cas où. Finalement des mois à adopter le comportement d'une
femme enceinte, au cas où. Mais sans être enceinte.





 A programmer les galipettes aussi. Bon pour ça on s'en est bien sortis, parce qu'on a assaisonné ces contraintes avec une
bonne dose d'humour. Mais il faut se rendre à l'évidence: ce genre d'épreuve ne rapproche pas un couple. 


J'entendais dire "n'y pense pas!".


Un homme peut plus facilement s'en détacher je pense, parce qu'il n'a pas, une fois par mois, du sang qui vient rappeler que ça ne sera pas
encore pour cette fois. Mais pour moi, c'était dur. J'avais si peur de réussir et finalement de faire une imprudence qui m'aurait fait tout perdre. Je voulais absolument, si j'étais enceinte, le
savoir au plus tôt afin d'adopter un comportement protecteur, ne pas aller courir, ne pas porter de trucs lourds...ne prendre aucun risque.


 J'ai donc pris rendez-vous chez les pontes de la PMA (procréation médicalement assistée). Cependant ces pontes-là sont très demandés,
de plus ils sont dans un hôpital public ET parisien, et donc il faut des mois avant d'avoir un rendez-vous. J'ai donc eu un rendez pour 3 mois après.


3 mois de plus à espérer puis à désespérer, à broyer du noir, à faire ressentir mon mal-être à mes proches."


Je comprends tout cela, car j'ai vécu presque la même chose.


Bon je vais lire la suite de l'histoire...

petitdiable 03/10/2012 10:37



On est nombresues, malheureusement...



Sophie-mum 26/05/2012 08:57


tout est bien qui finit bien !!

la baleine 23/05/2012 14:58


ah oui en effet, ça devrait énormement m'interesser et encore plus m'aider je pense , hâte de voir ça :)

annelaigrie 23/05/2012 14:23


On sent la sagesse et le recul dans ce que tu écris. J'ai déjà fait de gros progrès dans l'acceptation de la situation, mais, effectivement, certaines choses ne passent pas encore.


Ca sera certainement le cas. Un jour.

Annel'aigrie 23/05/2012 14:05


Merci :)

petitsdiables 23/05/2012 14:13



Tu sais je te comprends vraiment, j'avais du mal à l'époque à me réjouir des grossesses des autres, je me maudissais et je me trouvais égoiste mais je n'y pouvais rien, ça me retournait le
couteau dans la plaie...Mais ici il est normal aussi que chacune raconte sa petite expérience, qu'elles aient eu des problèmes ou non.


Bon courage.



Anne l'agrie 23/05/2012 13:55


Bon, si je m'appelle Anne l'aigrie, c'est parce que je suis aigrie. Aigrie de ne toujours pas être enceinte de BB2 au bout de 13 mois. (BB1 n'avait mis que 9 mois, finalement).


Alors comme je suis aigrie, je vais faire une remarque aigrie...Faire un article sur l'infertilité, la douleur que représente tous ces mois d'attente, d'angoise, et avoir en retour des
commentaires qui disent "moi je suis tombée enceinte de suite", je ne trouve pas ça très sympa. Tant mieux pour vous, mais je n'appelle pas ça de l'empathie.


 


Bon, je suis aigrie, je suppose que je dois être la seule à penser ça, et que je vais me faire lyncher...

petitsdiables 23/05/2012 14:03



On est toutes différentes Anne...chacune sa croix...Attend la suite il y a beaucoup d'espoir...Mais quand j'en étais à 13 mois d'attente je te garantis que moi aussi, j'étais vraiment tendue, et
évidement les bidons s'arrondissaient de partout autour de moi...je te souhaite plein de bonheur en tous cas.



la baleine 23/05/2012 13:15


Excellent ton article...j'espère que dans 3 mois tu auras plus d'espoir...j'ai mis 1 an et demi à retrouver un cycle "normal" avec une ovulation pourrie, le dernier cycle à durer 35j et celui
d'avant 77j...d'après mes médecins c'est encore trop tôt pour aller voir plus haut, les essais n'ont officiellement débuté qu'en Novembre...en tout cas je te suis, parceque dans le fond, on à la
même envie, et que j'ai envie de savoir la suite de ton histoire, que je te souhaite très positive ;)

petitsdiables 23/05/2012 14:00



Alors je suis en train d'écrire la suite, ça devrait t'intérésser, ou toutes les méthodes "parallèles" que j'ai testé avant d'aller frapper à la porte de la PMA.



Isabelledanslesetoiles 23/05/2012 12:18


C'est vrai qu'on ne réalise le parcours du combattant que cela peut être pour certaines. Ma Sucrette était un bébé surprise. Pas d'attente, pas de calculs mais ça a été d'autres angoisses... La
maternité au final est rarement une histoire simple.


J'ai hâte de connaître la suite!

FoxyMama 23/05/2012 10:58


Vivement la suite, je sais que ça se finit bien. Je n'ai jamais eu de problèmes d'infertilité au contraire, GumBoy est arrivé par surprise avec un déni de grossesse de 3 mois ... et MissT est
arrivée au bout de 15 jours.

Séverine 22/05/2012 20:30


quand on a décidé d'avoir notre grande poulette, il a fallu attendre 8 longs mois mais je me rends compte que cette attente n'est rien comparée à la souffrance et la détresse qui a du être la
tienne....amitiés

chanone 22/05/2012 19:27


oh difficile parcours...j'attends la suite bises :)

La Fée Passie 22/05/2012 18:43


J'adore !!!! La suite !

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog