Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 05:55

DSCF5372.JPGDans la liste des apprentissages difficiles à faire, pour nos enfants, il y a l'expérience du deuil.


Vendredi, nous sommes allés au salon du modélisme. La Pouillette, sa copine, l'homme, et moi. C'était très chouette. Nous y avons passé l'après-midi entière.


A notre retour...Léïa, le lapin, nous attendait devant la grille. Elle ne fait jamais ça, elle ne vient jamais devant la grille, d'habitude. Elle reste dans le jardin. J'ai tout de suite compris que quelque chose n'allait pas.

Elle sautait partout, d'une manière étrange. L'homme l'a prise, me l'a donnée.

Dans me bras, elle tremblait, et faisait un bruit bizarre.

Je l'ai serrée contre moi, je me suis assise, et je l'ai câlinée.

J'ai vu du sang sur elle. Pas beaucoup, mas quand même assez. Sur ses pattes.


Elle tremblait fort. Il faut savoir que les lapins ne font pas de bruit quand ils ont mal. Difficile de savoir ce qu'ils ressentent du coup. Elle faisait tout de même un bruit étrange, comme un ronronnement, mais plus aigu.

Elle était manifestement très choquée. Je l'ai gardée un moment, puis l'ai mise dans sa cage, pour qu'elle se calme et se sente en sécurité. Elle y est resté une petite demi heure, le temps de téléphoner aux vétérinaires du coin pour en trouver un ouvert.

L'homme l'y a emmenée, dans sa petite cage de transport. Avec la Pouillette, et sa copine.


Jusque là, j'étais inquiète, mais pas trop. Je pensais qu'elle s'était blessé la patte, et qu'elle reviendrait avec un bandage plus des antibiotiques. Elle avait déjà été soignée pour des petites blessures.


L'homme est revenu, avec une Pouillette en larmes, sans Léïa. Il m'a dit qu'elle avait une fracture ouverte, et que le véto avait dit qu'il allait remettre la patte, poser une attelle, mais ne promettait rien.


"Il ne promet rien".


Ça peut s'interpréter de plusieurs manières. On pouvait imaginer qu'il pensait ne pas forcément réussir à "réparer" sa patte, et devrait l'amputer, ou qu'elle resterait boiteuse. Ça ne voulait pas forcément dire que le pire pouvait arriver.


La Pouillette na pas pensé au pire. Elle pleurait car elle avait eu du mal à laisser Léïa chez le vétérinaire, dans une cage de labo, toute seule. Elle avait peur que le lapin reste malade de sa patte. Elle n'a pas pensé à la mort.

J'ai essayé de ne pas y penser non plus. Mais je l'avais sentie vraiment mal. J'avais peur.


On est tous allés se coucher. Le matin, j'ai entendu le téléphone de l'homme sonner, au salon. Grrr. Ça arrive souvent, qu'il laisse traîner son portable partout. Parfois il nous réveille de l'autre bout de la maison, et il faut foncer, à moitié endormis, les pieds nus sur le carrelage froid, pour le retrouver avant que ça ne réveille le Cromignon.

L'homme a donc sauté du lit et a foncé.

Je me suis à moitié ré-assoupie. Je n'avais pas Léïa en tête, j'étais encore dans mes rêves.

L'homme est revenu...je ne te dirais pas dans quel état.


Je n'ai pas compris tout de suite, vu qu'il n'arrivait pas à parler...et puis il me l'a dit.

"Le lapin est mort".


C'est étrange l'effet que ça fait, c'est imprévisible. Je n'aurais pas pu deviner l'état dans lequel ça m'a mis.

Nous avons pleuré très fort, en pyjama, dans notre lit.


Puis il a fallu aller prévenir la Pouillette. La détresse de son enfant, c'est quelque chose qui fait très mal. Et là, pas de possibilité de la consoler. On a fait un gros câlin, dans les larmes.


Il a fallu aller chercher Léïa, et l'enterrer.

L'homme lui a creusé un petit trou. On a mis de la paille dedans, et un objet chacun. J'ai mis une de mes peluches (je suis très peluche). La Pouillette a mis un Petshop. L'homme a mis son Rubicube. Le Cromignon a mis un body (bon j'ai choisi pour lui...).


On l'a regardée. Elle avait une jolie petite attelle sur la patte. Elle aurait pu guérir, mais son petit coeur a été trop sollicité, et il a lâché pendant l'opération.

Elle avait l'air de se reposer.


On l'a caressée. Le Cromignon aussi. Puis l'homme l'a mise dans une serviette blanche, et on l'a posée dans le petit trou. Dans la paille. On lui a mis sa gamelle et son eau. Et on l'a recouverte de paille. Même le Cromignon a mis de la paille dedans.


L'homme a rebouché le trou. 


Les filles ont décoré la tombe, avec des fleurs, des cailloux tout autour, et les petits bâtons que Léïa aimait ronger, dans sa cage.

Le tout en pleurant, tous autant qu'on était.


Sauf le Cromignon qui grimpait à l'échelle, tout content d'y arriver.


Nous avons passé le samedi à pleurer et à parler du lapin. Le Cromignon semblait tout étonné de nous voir comme ça. Je ne savais pas quoi dire à la Pouillette pour atténuer sa peine. Elle qui est si optimiste, qui trouve toujours que rien n'est grave, qui cherche des solutions aux problèmes, là, elle était coincée. Pas d'échappatoire.


Le pire c'est que je me sentais bien plus triste que je ne l'aurais pensé. Je pense que c'est la brutalité de sa mort, le fait de n'avoir pas été là, le fait de ne pas savoir ce qui s'est passé, et le fait qu'elle soit morte toute seule, sans nous. Elle a du se sentir abandonnée.

Ensuite on refait l'histoire: si on l'avait mise dans sa cage avant de partir...oui mais il faisait si beau...si on était rentrés plus tôt...si et si et si...

On culpabilise. Je ne me suis pas beaucoup occupée d'elle depuis la naissance du Cromignon. J'aurais du plus la câliner, la toiletter...en profiter.


C'était un gentil petit lapin, elle n'aurait pas dû mourir comme ça. Elle a du souffrir, et avoir très peur.


Depuis je n'arrive pas à parler vraiment de ma peine. Là, je pleure devant mon écran. J'ai des images...que je n'arrive pas à chasser de ma tête.


Je sais que ça n'est pas la fin du monde. Je sais qu'il y a la guerre et la famine. Je sais que des gens souffrent et sont malades. Je sais ce que c'est, aussi, de perdre un proche. Mais ça ne rend pas ma peine, ni celle de la Pouillette et de l'homme, moins forte. Je ne saurais pas l'expliquer.


Alors ne me dit pas que ça n'est pas grave. Ne me dit surtout pas que j'en rachèterais un autre. Ne me dis pas de prendre un chien , ou un autre animal. Ne fais pas d'humour à deux francs.

C'était Leïa, il n'y en avait qu'une, et nous l'aimions beaucoup. Elle était jeune, cette année elle devait faire des bébés. Nous venions de lui offrir une nouvelle cage en bois, pour l'extérieur.


Et elle nous manque.

 

C'est mon bien triste Quoi de neuf les Loulous, pour Anais et MamanPoussinou. J'espère qu'elles ne m'en voudront pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by petitdiable - dans Vie des diablotins
commenter cet article

commentaires

Marilys 12/11/2012 14:12


Je ne te dirai pas que c'est pas grave. Perdre un animal de compagnie, c'est comme perdre un proche (j'ai vécu ça il y a 20 ans, et il m'arrive encore d'en rêver la nuit).


Gros bisous à ta Pouillette

petitdiable 12/11/2012 22:15



Merci! 


Bisous!



Myriam 08/11/2012 20:58


C'est VRAIMENT très dur de perdre un animal mais... ça reste un animal et heureusement le temps fait son oeuvre !... On croit ne jamais pourvoir le remplacer et puis un jour... Je me rappelle
avoir hurlé et pleuré dans les vignes, petite, après avoir vu une belette saigner un lapereau (et maintenant nous tuons nos lapins pour les manger...) La mort de mon 1er cochon d'inde et le
torrent de larmes que j'ai pu verser (j'avais 13/14 ans...) Notre 1ère chienne a disparu de façon inexpliquée (ça fait mal aussi de ne pas savoir, d'être dans l'incertitude de ce qu'elle a pû
endurer mais... c'est différent) et nous avons gardé sa fille (12 ans maintenant) et sa petite-fille (6 ans). Un peu d'elle vit encore à la maison du coup !... Mais je n'ose imaginer leur
disparition le moment venu... ainsi que celle de nos chevaux !... De tout coeur avec toi... avec vous en attendant ! Bizzz. Mymy.

petitdiable 09/11/2012 11:34



Ce sont des expériences très douloureuses, et malheureusement très courante...


Merci de ton soutien!


bisous!



Audrey 08/11/2012 16:48


Oh bah voilà, tu me fais pleurer. Je me souviens petite, quand j'ai perdu mes animaux, mon chien, mes oiseaux, ma tortue d'eau, mon hamster. Je suis très animaux !!


Là je n'imagine pas un jour perdre mon chien, mon tout petit chien qui m'a choisie (et non l'inverse) et mon lapin sur lequel j'ai craqué littéralement...


Bouh ! 


Merci pour ta triste participation, je comprends ta peine, des bisous à toi et aux tiens !!

petitdiable 09/11/2012 11:32



Désolée de rendre tout le monde triste avec mon histoire!


N'y pense pas, profite!



Séverine 08/11/2012 14:14


Quand nos chiennes sont parties il y aura deux ans, je n'ai pas pu l'annoncer à Zoé car je savais la peine que j'allais lui causer et ça accentuer encore plus la mienne; c'est M. Papa qui s'en
est chargé; et même après 2 ans sans elles, Zoé n'arrive toujours pas à en parler s'en pleurer; elle a réclamé une photo, on lui a donné. Il m'a fallu du temps avant d'accepter un autre chien et,
malgrè tout l'amour que j'ai pour mes animaux, il est difficile de s'attacher à nouveau de peur de souffrir encore en les perdant. bon courage dans cette épreuve. bises

petitdiable 09/11/2012 11:32



Merci, bisous!



Arwen 08/11/2012 13:45


non, je ne ferais pas d'humour à deux balles cependant (et ceci pour l'avoir vécu avec mon chat d'amour), je sais d'expérience que lorsque la peine est trop grande, un autre animal peut s'avérer
d'un grand secours! Un animal qui ne sera pas là pour remplacer celui que vous avez aimé mais qui par sa différence, sa jeunesse,...vous fera penser à autre chose et du coup, atténuera la peine !
Voilà, je te dis ça parce que je l'ai vécu moi-même alors que j'étais inconsolable....


Bisous ma belle!

petitdiable 09/11/2012 11:31



C'est vrai, tu as raison. Mais pour le moment on pleure Léïa, on commencera à envisager un autre animal dans quelques temps...



bigmama 08/11/2012 10:40


ici les animaux ont la place des hommes.


 


pas facile en effet pour les enfants ma doune a vécu la perte de notre lulu elle avait 2 ans et n'a pas trop manifesté de peine mais en a parlé bcp et en parle encore de son lulu.


 


pas facile d'être un soutien pour tes enfants ou ton mari quand tu es toi même effondrée...


y'a 6 ans j'ai du faire piquer mon gros j'étais éffondré mais le lendemain c'est mon papi qui est parti du coup je n'ai pas eu le temps de réaliser sa perte mon papi 5 jours plus tard ma
grossesse.


mais il me restait toujours mon petit lulu chez mon père qui le maltraitait !! du coup je l'ai pris ds mon appart minus sans jardin sans terrasse et il nous a suivi jusqu'à notre nouvelle maison
là aussi on a du le faire piquer à contre coeur on venait de déménager j'étais honteuse de le faire piquer (j'avais peur qu'on nous dise ha t'a s changé de maison t'en veux plus!!!) et quand on
est arrivée le vétérinaire nous a dit qu'il fallait venir avant qu'il était mal en point qu'il devait souffrir depuis un bon moment .... j'étais déjà mal en point de le faire piquer mais là
c'était le pompom !!!! on a pleuré bcp ma puce avait 2 ans elle a 5 ans et demi et en parle toujours de son lulu son chien. c'était lemien aussi il m'a suivi pendant 15 ans je l'ai eu petite.
j'ai fait un caca nerveux pour en avoir un autre de suite je ne voulais pas rentrer dans une maison vide sans chien on en a trouvé un une semaine plus tard un petit saucisson qui en était déjà à
sa 3 ème maison (j'aurai du me douter !!!) on a vite compris pourquoi !!!! mais bon il est là il a eu sa place de suite chez nous. j'ai quand même mis du temps à m'aclimater à lui ce n'était pas
mon lulu. mais on y est arrivé il nous en fait voir de toute les couleurs mais on l'aime !!


 

petitdiable 09/11/2012 11:30



Les nouveaux ne remplcent pas les anciens, mais ils nous montrent que la vie continue!



laetitia 08/11/2012 09:17


voilà un texte qui m'as bien touché, je suis en larme devant votre tristesse, je ne peux que compatir a votre chargrin, j'ai vecu une histoire similaire il y a un peu pres un ans et sa a été
quelquechose de très dur d'expliqué a ma fille de tous juste 3 ans le pourkoi du comment alors que l'on ai soi meme en prise avec le chargrin et la colere d'un telle drame.....courage

petitdiable 09/11/2012 11:29



oh, désolée! Bisous!



Rosa 08/11/2012 09:08


Oh la la... je suis devant ton message, en train de pleurer!


Je comprends ta peine, ta douleur et ton desarroi face à cette situation, face à ce deuil et face à la Pouilleette... 


Petite je me souviens avoir beaucoup pleuré pour un poisson rouge. Mes parents m'avaient bien aidé mais m'avaient aussi montré le dessin animé "Charly" je crois (un chien qui meurt) et j'avais
énormement pleuré.
Mais cela me renvoit surtout à décembre dernier quand il a fallu se résoudre à faire piquer mon chat, après 17 ans passés ensemble. J'avais écris, tout comme toi, en pleurs un article sur elle
ici http://tinylasouris.wordpress.com/2012/01/03/%e2%98%85-ce-netait-peut-etre-quun-chat-%e2%98%85/


Leïa sera irremplaçable et avec le temps, je pense et j'espère que tu pourras penser à elle sereinement et avec beaucoup d'amour!


Bon courage à toi et toute ta famille dans cet épreuve (parce que oui, je pense que ce n'était peut être "qu'un lapin" aux yeux de certains mais pour vous c'était bien plus).

petitdiable 09/11/2012 11:29



oh, désolée!


Oui, ce ne sont pas "que" des animaux, d'ailleurs je n'aime pas cette idée de hiérarchie de valeur entre êtres vivants.


 



Simplement moi 08/11/2012 08:56


Punaise tu m'a faite pleurer !


 


Je pense à ma vieille chienne qui a plus de 14 ans, qui ne va pas tarder à nous laisser... Je ne m'en occupe plus beaucoup non plus depuis l'arrivée de Raphaël, le grand. Mon mari n'aime pas ma
chienne, alors forcément, y a moins de câlins, de promenades etc...


Je vais aller lui faire des caresses tient ^^


Grosses bises

petitdiable 09/11/2012 11:28



oh, désolée! Mais effectivment, profite, rien n'est éternel!



Maman louzoù 08/11/2012 08:37


Oui ce sont ces moments-là qu'on redoute de devoir affronter.


Nous déjà on a tellement mal alors pour savoir quoi dire, quoi faire avec nos bouts de choux ???


Ton article est émouvant

petitdiable 09/11/2012 11:27



Dur de consoler quand on aurait soi-même bien besoin de réconfort!



Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog